Liens d'accessibilité

La CEDEAO menace d’intervenir au Mali


Banderole contre le coup d'Etat, vue à Bamako le 26 mars 2012

Banderole contre le coup d'Etat, vue à Bamako le 26 mars 2012

L’organisation régionale a suspendu le statut de membre du Mali et annoncé l’envoi à Bamako d’une délégation de haut niveau

La junte militaire qui s’est emparé du pouvoir à Bamako le 22 mars dernier pourrait bientôt faire face à de fortes pressions de la part de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Lors d’un sommet dans la capitale économique ivoirienne (Abidjan), la CEDEAO a menacé d’imposer des sanctions et envisagerait même une réponse militaire au coup d’État qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu du président Amadou Toumani Touré.

L’organisation régionale a annoncé mardi l’envoi à Bamako d’une délégation d’au moins cinq chefs d’État dans les prochaines 48 heures, afin d’essayer de négocier un retour à l’ordre constitutionnel au Mali. Cette délégation de haut niveau pourrait inclure les présidents de la Cote d’Ivoire, du Nigéria, du Bénin, du Libéria et du Burkina Faso.

Alassane Ouattara (à dr.) président de la CEDEAO, s'entretient avec l'un des participants au sommet d'Abidjan

Alassane Ouattara (à dr.) président de la CEDEAO, s'entretient avec l'un des participants au sommet d'Abidjan

Les leaders de la région veulent envoyer un message clair aux putschistes pour qu’ils sachent que leur action ne sera pas tolérée, a déclaré à la VOA le porte-parole de la CEDEAO Sonny Ugoh. « la CEDEAO croit que la junte va céder sous la pression » de la communauté internationale, a-t-il ajouté.

Entre-temps, les nouveaux leaders maliens ont publié mardi une nouvelle Constitution comprenant des articles sur la protection de la liberté de la presse et la non éligibilité de tous les membres de la junte pour les prochaines élections.

Des milliers de personnes ont manifesté mercredi dans les rues de Bamako en appui à la junte militaire.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG