Liens d'accessibilité

Centrafrique : libération du ministre Armel Mingatoloum Sayo


Un combattant anti-balaka dans Bangui, 22 janvier 2014.

Un combattant anti-balaka dans Bangui, 22 janvier 2014.

Les conditions de cette libération n'ont pas été révélées

C’est un ouf de soulagement pour la famille du ministre retenu en otage pendant près de trois semaines. Armel Mingatoloum Sayo a été libéré par ses ravisseurs aux environs de minuit.

Joint par VOA Afrique, le frère du ministre, Daniel Tomté Sayo, affirme "qu'il se porte très bien et jouit de toutes ses facultés. C'est le gouvernement qui a mené toutes les négociations. Je ne sais ce que le gouvernement a fait pour le libérer mais nous les remercions."

Sans préciser l’endroit de la libération, le ministre centrafricain de la sécurité publique, Nicaise Samedi Karnou, affirme qu'il s'agit d’une libération sans condition.

Armel Mingatoloum Sayo a été kidnappé le 25 janvier dernier par quatre hommes armés dans le 8e arrondissement de Bangui.

Dans un communiqué, le gouvernement avait attribué le rapt au même groupe anti-balaka qui a enlevé mi-janvier, une humanitaire française et un religieux centrafricain.

Par ailleurs, un calme relatif règne à Bria dans le centre-est du pays.

La ville est passée totalement sous contrôle des forces internationales après les violents combats qui les ont opposées mardi à des membres de l’ex-Séléka.

Selon la MINUSCA, les forces onusiennes appuyées par des soldats français de l’opération Sangaris ont mené une opération de grande envergure pour récupérer les bâtiments de l’Etat occupés par des membres de l’ex-Séléka hostiles aux négociations.

XS
SM
MD
LG