Liens d'accessibilité

Le Parlement ivoirien approuve la réforme de la Constitution


Le président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, lors d'une conférence de presse à Abijan, le 15 mars 2016.

Le président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, lors d'une conférence de presse à Abijan, le 15 mars 2016.

Le Parlement ivoirien a voté mardi en faveur de la réforme de la Constitution souhaitée par le président Alassane Ouattara pour supprimer notamment la clause d'"ivoirité" qui a contribué pendant des années à alimenter des troubles et même la guerre civile de 2002-2003.

Alassane Ouattara avait promis l'an dernier pendant la campagne en vue de sa réélection qu'il reviendrait sur l'obligation faite aux candidats à la présidence d'avoir des parents nés ivoiriens, une source de tensions dans un pays qui a accueilli de nombreux immigrants. Le nouveau texte supprime cette clause qui avait été brandie par les adversaires de l'actuel chef de l'Etat pour l'empêcher de se présenter à de précédents scrutins et qui était devenu un symbole d'exclusion pour de nombreux habitants, notamment ceux du nord du pays dont les racines familiales sont souvent de part et d'autre des frontières. Sur les 250 élus, 239 se sont prononcés en faveur de la réforme et six ont voté contre. La nouvelle Constitution va désormais être soumise à référendum le 30 octobre. Le texte supprime également la limite d'âge légale de 75 ans pour les candidats à la présidence et rend plus faciles les futures réformes constitutionnelles. Certains opposants et des organisations de la société civile ont critiqué la réforme, notamment la création d'un poste de vice-président et d'un sénat dont le tiers des membres seraient nommés par le chef de l'Etat.

Avec Reuters

XS
SM
MD
LG