Liens d'accessibilité

Le groupe État islamique perd une fabrique d'explosifs à Syrte en Libye


Un lance roquettes du CNT près de Syrte le 17 septembre 2011.

Un lance roquettes du CNT près de Syrte le 17 septembre 2011.

Les forces du gouvernement libyen d'union nationale (GNA) ont annoncé dimanche la prise d'un important centre de fabrication d'explosifs du groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans son fief de Syrte.

Cette fabrique d'explosifs est "la plus grande à être prise depuis le début de l'opération pour la libération de Syrte" lancée le 12 mai, a précisé le centre d'information des forces du GNA.

Repris samedi, ce centre est situé dans un bâtiment d'un quartier du sud-est de la ville côtière, à 450 km à l'est de Tripoli.

Le centre d'information a publié des photos montrant des engins explosifs retrouvés sur les lieux, au milieu de câbles, de téléphones portables désassemblés et de matériel électrique. Les murs portaient les inscriptions "Etat islamique", "Welayat de Tripolitaine" et "direction des mines et de la fabrication".

Les forces du gouvernement d'union soutenu par l'ONU tentent de reprendre la totalité de Syrte dans laquelle elles sont entrées le 9 juin et où elles assiègent depuis les jihadistes.

Les pro-GNA ont toutefois été ralentis par la forte résistance de l'EI qui mène des contre-attaques, notamment en perpétrant des attentats suicide à la voiture piégée.

Ces forces avaient annoncé jeudi avoir progressé sur divers fronts à Syrte, aidées par l'artillerie lourde et les raids de l'aviation militaire.

Depuis le début des opérations, environ 280 membres des forces gouvernementales ont été tués et plus de 1.500 blessés, selon des sources médicales à Misrata (200 km à l'est de Tripoli), siège du commandement de l'opération militaire.

L'EI avait profité du chaos dans lequel était plongée la Libye depuis la chute de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi pour s'emparer de Syrte en juin 2015.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG