Liens d'accessibilité

L'organisation américaine PETA dénonce la chasse au trophée suite à la mort du lion Cecil


Piper Hoppe, 10 ans, originaire de Minnetonka, dans l'Etat du Minnesota, manifeste devant la clinique du dentiste ayant abattu Cecil, le célèbre lion zimbabwéen

Piper Hoppe, 10 ans, originaire de Minnetonka, dans l'Etat du Minnesota, manifeste devant la clinique du dentiste ayant abattu Cecil, le célèbre lion zimbabwéen

Les critiques de Mme Newkirk interviennent alors que la mort du lion Cecil, tué début juillet au Zimbabwe par un riche dentiste américain, Walter Palmer, a suscité une vague d'indignation mondiale.

La présidente de PETA, plus grande association de défense des droits des animaux au monde, a appelé samedi à la fin des "crimes" commis par les amateurs de chasse au trophée, qu'elle juge être un indigne passe-temps pour riches en manque de sensations fortes.

"Parfois, ils tirent sur un lion ou un rhinocéros qui dort. Ils tirent très souvent la nuit parce qu'ils peuvent ensuite (utiliser un projecteur pour) aveugler l'animal qui a été appâté", a déclaré Ingrid Newkirk, la présidente de PETA, sur la chaîne américaine CNN.

La militante des droits des animaux a esquissé un portrait peu flatteur des chasseurs de gros gibier: "Américains stupides" et "ordures européennes" qui "agitent beaucoup d'argent devant les gens" en Afrique.

"Ils pourraient donner cet argent aux villages, ils pourraient lancer des programmes, ils pourraient faire quelque chose d'utile - mais ils ne le font pas", a-t-elle ajouté.


Les critiques de Mme Newkirk interviennent alors que la mort du lion Cecil, tué début juillet au Zimbabwe par un riche dentiste américain, Walter Palmer, a suscité une vague d'indignation mondiale.

Cecil, attraction numéro un du parc national de Hwange et équipé d'un collier émetteur dans le cadre de recherches scientifiques, aurait été appâté en pleine nuit pour l'attirer hors de la réserve, et traqué 40 heures après avoir été blessé d'une flèche, selon une ONG zimbabwéenne.

L'organisateur zimbabwéen du safari affirme lui que le lion s'était aventuré sur une réserve de chasse privée sans avoir été appâté, et son client dit s'être aperçu qu'il s'agissait d'un spécimen protégé une fois l'animal mort, quand il s'est approché et a découvert le collier GPS.

Le lion Cecil

Le lion Cecil

Walter Palmer, dont le Zimbabwe a réclamé vendredi l'extradition, a quitté le pays avant que le scandale n'éclate, prenant des dispositions pour qu'on lui expédie son trophée, la tête de l'animal débarrassée de son collier.

Samedi, Ingrid Newkirk s'est elle aussi prononcée pour l'extradition du riche dentiste. "Je pense qu'il devrait faire face à ses responsabilités", a-t-elle lancé. "C'est un lâche. Il devrait retourner au Zimbabwe et avoir un procès", a-t-elle ajouté. "Je veux qu'il réponde de ses crimes, et je veux qu'il soit mis fin à ce genre de crimes commis par les amateurs de trophées de chasse".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG