Liens d'accessibilité

L'Etat français poursuivi en justice pour insalubrité dans la prison de Fresnes


Les cafards pululent à la prison de Fresnes selon l'Observatoire international des prisons.

Les cafards pululent à la prison de Fresnes selon l'Observatoire international des prisons.

Des rats qui pullulent, des lits infestés de punaises et de cafards : l'Observatoire international des prisons poursuit l'État français en justice pour insalubrité au centre pénitentiaire de Fresnes.

La requête déposée lundi par l’OIP sera examinée en urgence mercredi par le tribunal de Melun, à 40 km au sud-est de Paris, a confirmé le greffe.

La section française de l'OIP a compilé une série de témoignages de détenus. "Nous sommes infestés de punaises, piqués chaque nuit au visage, dans le cou, les épaules, le dos, les jambes et les bras", détaille l'un. Un autre se dit indisposé par "les odeurs des rats morts en bas qui remontent" quand un troisième dit cohabiter avec "plus de 200 à 300 cafards" dans sa cellule.

Les problèmes d'insalubrité ont été signalés depuis plusieurs mois dans la prison de Fresnes, une des plus anciennes et des plus grandes prisons de France, où sont incarcérés 2.800 détenus pour 1.607 places. Dans la maison d'arrêt pour hommes, le taux de surpopulation dépasse les 200%.

Fin mai, les autorités sanitaires avaient confirmé par courrier à l'OIP que deux détenus avaient été contaminés en février par la leptospirose, une maladie transmise par les rats.

Un syndicat pénitentiaire avait par ailleurs révélé qu'"un personnel technique (avait) été mordu récemment" par un rat. "Les postes de travail sont souillés par les déjections diverses et variés de ces nuisibles", poursuivait le texte.

Selon le ministère de la justice, "un plan d'action de lutte contre les rongeurs a été engagé depuis fin 2015."

Le nombre de détenus a atteint un niveau record cet été en France, avec 68.819 détenus pour 58.507 places, suscitant de fortes tensions et de nombreux incidents ces derniers mois.

Le gouvernement a annoncé fin septembre la construction de nouvelles cellules pour réduire la surpopulation carcérale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG