Liens d'accessibilité

RDC: incident près de Goma entre la Monusco et des éléments armés


Des rebelles du M23, dans l'est de la RDC

Des rebelles du M23, dans l'est de la RDC

A Kanyaruchinya, dans le Nord-Kivu, les forces de la Mission des Nations Unies en RDC (Monusco) ont répliqué tôt mercredi à des tirs d’un groupe armé "non identifié" à une dizaine de km de Goma.


Selon le porte-parole de la Monusco à Goma, Alexandre Essomé, les tirs visaient des positions du M23, proches de celles de la Monusco. «Le M23 naturellement a riposté à l’attaque» a dit M. Essomé à la Voix de l’Amérique. «La Monusco a mis ses troupes en alerte en vue de suivre la situation pour assurer la protection des populations civiles.»

Toujours selon le porte-parole, quelques éléments ont commencé à tirer en direction des positions de la Monusco. «Malgré les coups de semonce des casques bleus, conformément aux règles de l’engagement, ces éléments armés ont persisté.» C'est ainsi que la Monusco a engagé sa force d'intervention rapide pour riposter à cette attaque, a-t-il dit à Nathalie Barge.

M. Essomé a signalé 4 blessés légers parmi les éléments armés, qui ont été transporté dans un hôpital de Goma pour des soins immédiats.

La population locale craint que d'autres incidents surviennent entre les groupes armés, a poursuivi le porte-parole, ce qui risquerait d'entrainer de nouveaux déplacements de civils.

Vianney Kazarama, le porte-parole militaire du M23, contacté à Rutshuru par la VOA, affirme de son côté qu’il y a eu plusieurs morts dans cette attaque près de Goma le 10 juillet, qu’il impute aux rebelles FDLR et aux Forces régulières congolaises. Il ajoute par ailleurs que le même jour le M23 a tué plusieurs FDLR dont un de leurs chefs près de Rutshuru.
XS
SM
MD
LG