Liens d'accessibilité

Guinée : scepticisme après l’appel à la paix et la justice du président Condé


Le président guinéen Alpha Condé (archives)

Le président guinéen Alpha Condé (archives)

Les obsèques de six militants de l’opposition guinéenne tués dans la répression policière de la semaine dernière ont eu lieu sans aucun incident aujourd’hui à Conakry. Suite à ces incidents, le ministre de la Sécurité a été limogé.

Dans un discours à la nation mardi soir, le président Alpha Condé a fermement condamné les violences contre les manifestants et demandé l’ouverture d’un enquête. Pour le président Guinéen, lui-même ancien opposant, le droit de manifester est inscrit dans la constitution et doit être respecté.

Fatou Baldé, militante des droits fondamentaux à Conakry, attend de voir comment les propos du chef de l’Etat guinéen vont se traduire en réalité. « Ce n’est pas la première fois que qu’il prononce des discours avec des tons… on l’impression que dès demain matin il y aura la mise en œuvre , mais malheureusement, ça ne s’arrête qu’aux discours », a dit la militante des droits fondamentaux.

« En 2007, il y a eu 300 morts, en 2009, il y a eu 150 morts, et depuis que lui est au pouvoir, on dénombre une cinquantaine avec les exactions commises par les forces de l’ordre », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’il n’y a « jamais eu d’enquête sérieuse qui ait abouti à une quelconque condamnation des auteurs. »

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG