Liens d'accessibilité

Essor du secteur minier en Sierra-Leone

  • Camille Grosdidier

Des mineurs en quête d'or sur le site de Baomahun, en Sierra Leone

Des mineurs en quête d'or sur le site de Baomahun, en Sierra Leone

La société britannique Cluff Gold lance un projet d’extraction de l’or dans le sud de la Sierra Léone. A noter que l’exploitation minière est au cœur de l'agenda des réformes du gouvernement sierra-léonais.

La société britannique Cluff Gold lance un projet d’extraction de l’or dans le sud de la Sierra Leone. A noter que l’exploitation minière est au cœur de l'agenda des réformes du gouvernement sierra-léonais, et qu’il fait maintenant partie de la trentaine de gouvernements qui ont mis en œuvre l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), mécanisme qui établit une norme internationale volontaire visant à renforcer la gouvernance en améliorant la transparence et la responsabilité dans le secteur des industries extractives.


Le secteur minier représente désormais environ 30% du PIB de la Sierra Leone, bien que la plus grande part de cette activité soit artisanale, voir même illégale.


La prospection des rochers par la société britannique Cluff Gold sur le site de Baomahun, dans les collines de Kangari, s’est avérée prometteuse. Mais les populations locales s’inquiètent, car si la majorité des futurs 500 employés seront des Sierra-Leonais, la future mine utilisera surtout des machines pour extraire l’or, plutôt que de la main-d’œuvre, lorsque ses opérations débuteront en 2012.


Clifford Patnelli, haut responsable de Cluff Gold, fait valoir que ce sera la première fois que l’on exploitera les gisements d’or non alluviaux. « C'est une découverte significative en Sierra Leone parce que cela n'est jamais arrivé auparavant. Parce que la plupart des gisements d'or découverts dans le pays, sur les sites desquels on avait travaillé, étaient des dépôts alluviaux. Donc, nous nous concentrons ici sur le développement de l'or en provenance des rochers et en Sierra Leone, c’est une première » affirme M. Patnelli.


Conformément au contrat qui la lie au gouvernement sierra-leonais, Cluff a accepté d’investir 10% de ses revenus annuels dans les communautés locales. Mais les mineurs artisanaux sont inquiets. Lorsque la mine lancera ses opérations, il leur faudra déménager. Nombre d’entre eux espèrent alors travailler pour la société britannique. Sinon, disent-ils, ils perdront leur gagne-pain, la concession de Cluff Gold couvrant une zone vaste de 137 km qui comprend les sites d’exploitation artisanale.

XS
SM
MD
LG