Liens d'accessibilité

Élections en Tanzanie : l'opposition dénonce de possibles fraudes, tensions à Zanzibar


John Pombe Magufuli, candidat du parti au pouvoir, le Chama Cha Mapinduzi, montre son doigts marqué de l'encre indélébile après avoir voté dans son village de Chato district, dans la région de Geita, Tanzanie, 25 octobre 2015. REUTERS/Stringer

John Pombe Magufuli, candidat du parti au pouvoir, le Chama Cha Mapinduzi, montre son doigts marqué de l'encre indélébile après avoir voté dans son village de Chato district, dans la région de Geita, Tanzanie, 25 octobre 2015. REUTERS/Stringer

La tension monte en Tanzanie au lendemain des élections générales en Tanzanie, dont les résultats définitifs sont attendus mercredi ou jeudi.

Le principal parti d'opposition en Tanzanie parle de possibles fraudes et des irrégularités lors de l’élection présidentielle de la veille.

Le décompte des voix se poursuivait lundi, sans toutefois que se profile l'annonce de résultats partiels dans la journée, comme espéré initialement.

"Il y a des allégations de fraude électorale", a déclaré dimanche soir Tumaini Makena, le porte-parole du Chadema (Parti pour la démocratie et le développement), le principal parti d'opposition.

Un autre responsable du Chadema, Mwesiga Baregu, a quant à lui assuré avoir reçu des informations concernant des "bourrages d'urnes".

"Nous semblons nous diriger vers des résultats qui pourraient ne pas être crédibles, et en conséquence pourraient ne pas être acceptés, non seulement par les partis politiques mais aussi par les électeurs eux-mêmes", a-t-il mis en garde.

Le parti d'opposition accuse également la police d'avoir arrêté dimanche soir une trentaine de ses membres affairés à compiler des résultats.

Les accusations du Chadema ne pouvaient pas être vérifiées de manière indépendante.

Quelque 23 millions d'électeurs sur 52 millions d'habitants devaient choisir le successeur de l'actuel chef de l'Etat Jakaya Kikwete qui, conformément à la Constitution, ne se représentait pas après avoir achevé son second mandat.

La course à la présidence se joue entre John Magufuli, 55 ans, du parti Chama Cha Mapinduzi (CCM) au pouvoir, considéré comme le favori parmi les huit candidats, et l'ex-Premier ministre Edward Lowassa, 62 ans, un vétéran du CCM désormais à la tête de la coalition d'opposition Ukawa.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG