Liens d'accessibilité

Dopage : Pound estime que la Russie "pourrait ne pas faire son retour à temps pour Rio"


L'équipe de France plonge dans la piscine au cours d'une session de formation du tournoi de qualification pour la natation synchronisée comptant pour les Jeux Olympiques au Centre aquatique Maria Lenk à Rio de Janeiro, au Brésil, le vendredi 4 mars 2016. Le tournoi est aussi un événement de test pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 . (AP Photo/Felipe Dana)

L'équipe de France plonge dans la piscine au cours d'une session de formation du tournoi de qualification pour la natation synchronisée comptant pour les Jeux Olympiques au Centre aquatique Maria Lenk à Rio de Janeiro, au Brésil, le vendredi 4 mars 2016. Le tournoi est aussi un événement de test pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 . (AP Photo/Felipe Dana)

Dick Pound, président de la commission d'enquête indépendante de l'AMA qui a conduit à la suspension de la Russie de toute compétition internationale d'athlétisme, a déclaré mercredi à Londres que le pays "pourrait ne pas faire son retour à temps" pour les JO de Rio.

La Russie a été suspendue par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) mi-novembre dernier après qu'un rapport établi par la commission indépendante présidée par Pound a mis au jour un système de dopage institutionnalisé dans l'athlétisme russe.

"Les Russes semblent partir du principe que la polémique va s'éteindre et que leur participation aux JO de Rio ne devrait pas être mise en doute", a déclaré Pound lors d'une conférence sur la lutte contre le dopage à Londres.

"A mon avis, la Russie pourrait ne pas faire son retour à temps pour Rio. L'IAAF et l'AMA ne vont pas risquer leur réputation en se couchant et en faisant le mort", a-t-il ajouté.

Au lieu de concentrer leurs efforts sur les nécessaires réformes à mettre en oeuvre pour que sa suspension soit levée à temps pour les Jeux de Rio (5-21 août), la Russie se contente de "réaménager les chaises longues sur le Titanic", a encore déploré l'ancien patron de l'Agence mondiale antidopage.

L'actuel président de l'AMA, le Britannique Craig Reedie, également présent à cette conférence, a indiqué de son côté que l'organisation était prête à élargir ses investigations à d'autres sports en Russie, deux jours après l'annonce par la star du tennis russe Maria Sharapova de son contrôle positif au meldonium fin janvier.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG