Liens d'accessibilité

états-unis

Afro pizzaïolos : les Africains à la conquête de la pizza à New York


La pizza fait partie du patrimoine culinaire aux Etats-Unis. Il existe une véritable histoire d’amour des Américains pour cette spécialité made in Italie. VOA Afrique a rencontré Salif, malien d’origine, qui espère devenir le roi de la pizza à Harlem.

Non loin du mythique Apollo Théâtre, c'est là que Salif a implanté sa Pizzeria Crêperie, une combinaison qui selon lui allait de soi.

" Oui-Oui, c’est crêpe et pizza en fait. Cela n’a jamais été fait. Moi je me suis dit : bing ! Pizza crêperie, farine, huile, beurre, lait, sucre, c’est la même chose en fait."

Oui Oui Pizza - pizza hors du four

Oui Oui Pizza - pizza hors du four

Malgré les 9000 pizzerias recensées rien que dans la ville de New York, Oui-Oui-pizza-et-crêpes s’est progressivement fait une clientèle fidèle. Son secret, sa sauce.

" J’ai une sauce; je fais un mélange spécial de ma sauce. Dès que tu la manges tu dis waouh ! La sauce…franchement, la sauce. "confie Salif.

Avec 38 milliard de dollar de chiffre d’affaire, le marché de la pizza est en plein essor. 3 milliards de pizza sont vendues chaque année aux USA et pour la plupart des pizzerias de la place, 70% des ventes se font en livraison.

Salif poursuit: "J’ai décidé d’acheter des scooters électriques. Ça va vite et c’est électriques, c’est « green ». "

Son succès, Salif ne l’a pas obtenu sans sacrifice, mais c’est son sens de l’entraide qui lui procure le plus de satisfaction.

" La plupart n’ont jamais touché de pizza de leur vie…jamais ! Donc je leur apprends tout de A à Z. Si je n’avais que des employés genres mexicains ou blancs, pas des africains, je ne te le cache pas j’aurais gagné beaucoup plus d’argent. C’est triste à dire mais c’est la vérité. Des fois je me dis que je ne vais mettre que des blancs et je vais gagner dix fois plus. Je vais mettre que des mexicains, c’est un peu moins cher en plus et voilà, les gens auront moins de préjugés. Quand les gens ils passent et tout, ils pètent des plombs. [Ils se disent] Il n’y a que des « renois » là-dedans ils font des pizzas waouh ! Ça me fait plaisir. "

Salif continue: "Je vois pas mal d’africains qui viennent et ne parlent pas la langue. Ils ne parlent que soit Bambara ou soit Peul, ou soit moré… les mecs, ils viennent et ils ouvrent des boutiques. J’ai mon potto qui est là et tout, il a commencé en tant que plongeur. Aujourd’hui il a trois bars. Il fait des tunes à mort. En tant que plongeur il a commencé le mec. Moi j’ai commencé en tant que « delivery guy ». "

Salif Keita, proprietaire de Oui Oui Pizza

Salif Keita, proprietaire de Oui Oui Pizza

"La vie elle est belle. C’est les gens qui te la rendent difficile. Le Mali j’adore. Ça fait longtemps que je n’y ai pas été, mais après que j’ai bien investi ici et que j’ai un peu de tune c’est l’Afrique…Moi je conseille à tout le monde. Que ce soit "robeux, renois", l’avenir c’est le bled.

"Tu ne veux pas fermer ton blouson là ? Tu n’as pas froid ? " Demande Salif à son fils.

"La famille grâce à Dieu je suis béni. Je veux que mes enfants soient tout le temps près de moi. Ils viennent, ils aident, ils regardent comment ça se passe, ils font les box…Comme je disais tout à l’heure il sait faire la caisse, l’autre aussi fait la caisse. C’est la relève hein…"

Ce soir, pour Salif, c’est une nouvelle soirée passée la main à la pâte à construire son rêve d’entrepreneur. Un rêve qui dure depuis déjà huit ans et comme il le dit lui-même, n’est pas prêt de s’arrêter maintenant.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG