Liens d'accessibilité

Sénégal : le Forum social de Dakar se penche sur la question de l’accaparement des terres


Des femmes swazi préparent une parcelle agricole

Des femmes swazi préparent une parcelle agricole

Selon un rapport de la Banque mondiale publié en septembre 2010, dans de nombreux pays africains ou, plus généralement, dans les régions où la propriété foncière n’est pas enregistrée ou protégée, les données relatives aux investissements sont considérées comme confidentielles.

Le Forum social mondial de Dakar se veut l’alternative au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. A cette occasion, les ONG réunis dans la capitale sénégalaise ont dénoncé l’accaparement des terres dans les pays en développement, notamment en Afrique, et l’opacité financière dans les paradis fiscaux.

« Il y a des millions d’hectares de terres qui sont ainsi accaparés par des entreprises étrangères essentiellement, ou des Etats étrangers, et qui chassent les populations d’agriculteurs locaux de l’accès à la terre », a expliqué Catherine Godard, responsable du plaidoyer au CCFD Terre Solidaire.

Un paysan africain à l'oeuvre

Un paysan africain à l'oeuvre

Selon un rapport de la Banque mondiale publié en septembre 2010, dans de nombreux pays africains ou, plus généralement, dans les régions où la propriété foncière n’est pas enregistrée ou protégée, les données relatives aux investissements sont considérées comme confidentielles.

Les informations sur les droits fonciers sont stockées dans des bases de données incompatibles, ou ne sont tout simplement pas conservées. Ce qui fait que les personnes vulnérables et les occupants des terres sont souvent exclus des transactions foncières et peuvent se retrouver dépossédés.

XS
SM
MD
LG