Liens d'accessibilité

CPI : réunion a huit clos pour statuer sur l'état de santé de Laurent Gbagbo


Laurent Gbagbo lors de sa première comparution à la CPI (5 déc. 2011)

Laurent Gbagbo lors de sa première comparution à la CPI (5 déc. 2011)

La défense avait demandé le 27 octobre aux juges de la Cour "d’ordonner la comparution des trois experts, nommés par la Chambre pour fournir leurs rapports respectifs », selon la CPI.

Ce mardi à la Haye, les avocats de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo ont rencontré des d’experts sur l’état de santé de leur client. Lors de cette audience, à huit clos, les trois experts qui ont procédé à des examens médicaux de M. Gbagbo, ont répondu aux questions de la défense, selon Fadi El Abdallah, porte-parole de la CPI.

La défense avait demandé le 27 octobre aux juges de la Cour « d’ordonner la comparution des trois experts, nommés par la Chambre pour fournir leurs rapports respectifs », selon la CPI dans un communiqué relayé par plusieurs media.

« L'objectif de l'examen médical ordonné était de faciliter le règlement de toutes questions relatives à l'aptitude de Laurent Gbagbo à participer au procès», avait précisé la Cpi dans un communiqué.

Dans une décision de la Cpi de 2012, deux experts avaient déterminé que Laurent Gbagbo n'était pas en état de suivre son procès, alors que la Cour avait jugé qu'il était «en état de participer aux procédures».

La Cpi a annoncé le mercredi 28 octobre que l’ouverture du procès pour crimes contre l’humanité de Laurent Gbagbo et de son ex-chef de milice Charles Blé Goudé a été reportée au 28 janvier 2016.

Agé de 70 ans, l’ancien président ivoirien est poursuivi pour son rôle présumé dans la crise née de son refus de céder le pouvoir à Alassane Ouattara à l’issue de la présidentielle de 2010.

Les violences avaient fait plus de 3 000 morts en cinq mois.

XS
SM
MD
LG