Liens d'accessibilité

Burundi : le cerveau présumé du putsch manqué à la barre


L'ancien ministre de la Défense, le général Cyrille Ndayirukiye, indique une direction lors du coup d'Etat manqué à Bujumbura, 13 mai 2015

L'ancien ministre de la Défense, le général Cyrille Ndayirukiye, indique une direction lors du coup d'Etat manqué à Bujumbura, 13 mai 2015

Le général Cyrille Ndayirukiye, présenté comme le cerveau du putsch manqué du mai 2015 contre le régime du président Pierre Nkurunziza, a été le seul accusés à être entendu lundi à la reprise du procès sur ce coup d’Etat.

Adolphe Manirakiza, substitut du procureur général de la République a indiqué qu’une des raisons d’interjeter l’appel était que la Cour suprême n’a pas montré une corrélation entre les manifestations et les putschistes.

Accusé de tentative de putsch, des tueries des militaires et policiers, de destruction d’infrastructures publiques estimées à 18 milliards de francs burundais, le général Cyrille Ndayirukiye a, lors de sa comparution lundi, demandé à la Cour suprême de Gitage d’amener devant la barre l’ancien ministre de Défense Faustin Potien Gacibungenge, l’actuel chef d’état-major de l’armée Prime Nyongabo et le général Godefroid Niyombare, ancien chef des renseignements burundais.

Il a aussi interpellé la cour pour qu’elle demande au chef d’état-major de l’armée ce qu’il a fait pour protéger les accords de paix et réconciliation qui sont bel et bien inscrits dans la Constitution.

Si le putsch avait réussi la population burundaise serait aujourd’hui tranquille, de même que le président burundais, a déclaré le présumé cerveau du coup d’Etat-manqué dans sa plaidoirie.

La cour a indiqué qu’il a pris bien note de toutes ces observations et qu’elle en tiendra compte le jour du jugement.

Trois autres généraux ont été condamnés à réclusion à perpétuité en première instance. Neuf autres militaires ont, eux, écopé d’une peine de 15 ans de prison ; huit autres, pour la plupart des chauffeurs et agents de transmission, à une peine de cinq ans. Et, sept militaires et policiers ont été libérés.

Leur procès va reprendre mardi. Les autres généraux vont également être entendus.

Vingt-et-un accusés détenus à la prison de Gitega au centre du Burundi doivent comparaitre dans ce procès en appel.

XS
SM
MD
LG