Liens d'accessibilité

La récession se confirme au premier trimestre au Brésil


Sao Paulo, Rio de Janeiro, Salvador, Fortaleza, Belo Horizonte, Brasilia, Curitiba, Manaus, Recife, et Belem, Bresil

Sao Paulo, Rio de Janeiro, Salvador, Fortaleza, Belo Horizonte, Brasilia, Curitiba, Manaus, Recife, et Belem, Bresil

La récession se confirme au Brésil, première économie d'Amérique latine, où le produit Intérieur Brut (PIB) a reculé de 0,3% au premier trimestre de cette année par rapport au trimestre précédent, dans un pays en pleine crise politique.

Il s'agit du cinquième recul consécutif du PIB, selon les chiffres publiés mercredi par l'Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE, public). Toutefois la récession est inférieure au premier trimestre aux prévisions des économistes de la Banque Itau, première banque privée du Brésil, qui tablaient sur un recul de 0,8%.

La crise économique est aggravée par une crise politique qui a écarté provisoirement du pouvoir la présidente de gauche Dilma Rousseff et un gigantesque scandale de corruption qui secoue l'élite politique et industrielle de ce pays de 204 millions d'habitants.

L'organisation pour la Coopération et le développement économiques (OCDE) a estimé mercredi que l'économie brésilienne chutera de 4,3% cette année et restera en récession en 2017, avec un recul du PIB de 1,7%.

Ces prévisions sont bien plus pessimistes que celles des marchés brésiliens.

Selon le dernier bulletin Focus, publié lundi par la Banque centrale, le PIB reculera cette année de 3,81% - même prévision que le gouvernement. Il connaîtra même une croissance de 0,55% en 2017, selon la centaine d'opérateurs consultés par la Banque centrale.

La consommation des familles a chuté de 1,7% et les investissements de 2,7% dans la période mais la consommation du gouvernement a augmenté de 1,1%.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG