Liens d'accessibilité

Abdelaziz Bouteflika poursuit Le Monde en diffamation


Le président algérien poursuit le journal français après la publication début avril d'une photo le montrant en Une du quotidien et le liant à tort au scandale financier des Panamas Papers.

"La citation directe a été reçue le 14 avril" et une audience au Tribunal de grande instance de Paris aura lieu ultérieurement, a précisé cette source, confirmant une information de l'hebdomadaire Jeune Afrique.

Les avocats du président algérien réclament 10.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral, une condamnation du directeur de la publication, Louis Dreyfus, et de la société éditrice du Monde à un euro symbolique ainsi que la publication du jugement à la une du quotidien.

Le journal avait publié le 5 avril une photo du président algérien parmi celles de dirigeants mis en cause dans le scandale financier des +Panama Papers+.

Le journal avait précisé le lendemain que le nom du chef de l'État algérien n'apparaissait pas dans les révélations sur cette affaire de fraude fiscale à dimension internationale. "Ce sont des proches du chef de l'Etat qui sont soupçonnés d'avoir détourné une partie des ressources du pays", précisait-il.

Mais cette rectification n'avait pas apaisé les autorités algériennes. Lors de la visite du Premier ministre Manuel Valls en Algérie, le 11 avril, des journalistes du quotidien s'étaient vu refuser un visa pour se rendre dans le pays.

Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, avait indiqué que cette décision avait été prise parce qu'"un journal respecté et respectable a porté atteinte à l'honneur et au prestige" du président algérien Abdelaziz Bouteflika "de manière gratuite".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG