Liens d'accessibilité

Au Malawi, essor des consultations médicales par mobile


Grâce aux mobiles, des habitants de villages ou régions isolées ont enfin accés aux soins de santé

Grâce aux mobiles, des habitants de villages ou régions isolées ont enfin accés aux soins de santé

Le Malawi a lancé un service téléphonique qui permet à des dizaines de milliers de parents ou gardiens de jeunes enfants vivant dans des villages isolés, loin des cliniques, d’obtenir des conseils en matière de santé. Surnommé « Chipatala Cha Pa Foni », en français, « Centre de santé par téléphone », le nouveau programme a été bien accueilli.

Le Malawi est l'un des pays les plus pauvres au monde, et son taux de mortalité maternelle reste parmi les plus élevés au monde. On le chiffre à 675 décès pour 100.000 naissances vivantes, tandis que le taux de mortalité infantile, chez les moins de cinq ans, est de 112 décès pour 1.000 naissances.

Ces chiffres sont en grande partie attribuables au fait que les femmes en âge de procréer manquent d’informations, et que les villageois n’ont pas accès aux soins de santé, en raison des distances.
Selon des responsables du programme VillageReach, le déploiement des téléphones dans quatre districts vise à combler ce vide.

Zachariah Jezman, qui gère le programme, explique que les particuliers peuvent appeler gratuitement un numéro et poser des questions sur n’importe quel problème de santé. Des spécialistes de la santé maternelle et infantile leur répondront. Ils sont supervisés par des infirmiers et infirmières formés, ajoute-t-il.

L’un d’eux, Novice Gauti a précisé à la Voix de l’Amérique (VOA) que le centre reçoit entre 25 and 30 appels par jour de mères ou gardes d’enfants recherchant des conseils. Autre effet bénéfique, ajoute M. Gauti : le programme Chipatala Cha pa Foni a contribué à réduire les queues dans les dispensaires et les hôpitaux, les parents n’ayant plus comme seule option de se précipiter vers eux au moindre problème.

Le programme rencontre même un tel succès que les autorités n’arrivent pas à satisfaire la demande, fait valoir M. Jezman.

« Je citerai un exemple : quand il y a eu rupture de stock de comprimés de fer pendant peut-être six semaines » explique-t-il. Le programme serinait aux femmes que si elles avaient atteint le second semestre de leur grossesse, il était impératif de prendre des comprimés de fer. Alors, elles se précipitaient vers les centres de santé, exigeant ces comprimés alors que les stocks étaient épuisés, poursuit l’expert.

Le programme Centre de santé par téléphone encourage également les femmes enceintes à se rendre chez le médecin durant leur premier trimestre, mais cela reste un défi, vu les pénuries de tests de grossesse. Néanmoins, constate VillageReach, le programme donne dans l’ensemble de bons résultats, et les autorités comptent l’élargir à d’autres régions du Malawi.
XS
SM
MD
LG