Liens d'accessibilité

Arrestation au Botswana d'un prédicateur américain anti-gay


Le parlement du Botswana, le 18 juillet 2009.

Le parlement du Botswana, le 18 juillet 2009.

Un prédicateur américain très controversé pour ses positions contre les homosexuels a été interpellé mardi au Botswana après avoir accusé les gays d'être "pédophiles", ont annoncé les autorités de ce pays qui ont décidé de l'expulser.

"Le pasteur Steven Anderson, un citoyen des Etats-Unis d'Amérique, a été déclaré immigré illégal et par conséquent est expulsé du Botswana", a annoncé le gouvernement dans un communiqué.

Cette décision a été prise à la suite d'un entretien accordé par Steven Anderson à la radio locale GabzFM, où il s'en est une nouvelle fois pris aux homosexuels.

"Je hais les homosexuels. Mais je hais uniquement les homosexuels. Je ne hais pas les autres personnes", a déclaré le prédicateur, qualifiant les gays de "pédophiles".

"Dieu a montré ce qu'il pensait des homosexuels quand il a détruit Sodome et Gomorrhe", a-t-il encore ajouté, en référence à un épisode de la Bible où Dieu détruit ces deux villes symboles de débauche.

La semaine dernière, le pasteur avait été interdit d'entrée sur le territoire sud-africain, où la communauté gay s'était mobilisée contre sa venue. Mais il avait pu se rendre au Botswana voisin où il comptait "conquérir des âmes".

Steven Anderson, de la Faithful Word Baptist Church dans l'Etat américain d'Arizona, suscite régulièrement la controverse.

En 2009, il avait prié pour la mort du président américain Barack Obama en raison de ses convictions pro-avortement et qualifié les victimes de l'attentat du Bataclan à Paris, en novembre 2015, de "fidèles du diable".

L'homosexualité reste illégale au Botswana, alors que l'Afrique du Sud a légalisé le mariage gay en 2006.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG