Liens d'accessibilité

Appel à une grève illimitée contre la hausse soudaine du prix du carburant au Nigeria


Les Nigérians font la queue pour acheter du carburant à Okene au Nigeria le 31 mars 2016.

Les Nigérians font la queue pour acheter du carburant à Okene au Nigeria le 31 mars 2016.

Les syndicats nigérians ont appelé samedi à entamer une grève la semaine prochaine pour protester contre l'augmentation soudaine de 67% du prix de l'essence à la pompe, alors que le Nigeria est le premier producteur de brut en Afrique.

"Si mardi à minuit, le gouvernement n'a pas ramené le prix de l'essence à 86,5 nairas (0,38 euro/0,43 dollar) par litre, nous n'aurons pas d'autre solution que d'appeler les travailleurs à entamer une grève illimitée à partir de mercredi", a annoncé à l'AFP Peter Ozo-Eson, secrétaire général d'un groupement de syndicats, le Nigeria Labour Congress (NLC).

Mercredi, le Nigeria a relevé les prix du pétrole à 145 nairas (0,64 euro/0,73 dollar) par litre, après des mois de pénurie due au manque de devises étrangères, qui ont affaibli l'économie du Nigeria, dont 70% des revenus dépendent du pétrole.

La décision d'une grève a été prise après une réunion conjointe entre le NLC et un autre groupement de syndicats, le Trade Union Congress (TUC), a précisé Peter Ozo-Eson.

"Nous encourageons nos adhérents et nos alliés de la société civile à se mobiliser pour cette épreuve de force à venir avec le gouvernement sur sa politique dirigée contre le peuple", a-t-il ajouté.

Selon lui, cette grève est également destinée à obliger le gouvernement à revenir sur la récente hausse des tarifs de l'électricité, dans un pays dont la production est à la peine, avec seulement 4.000 mégawatts pour 170 millions d'habitants.

D'après les syndicats, cette grève devrait affecter les banques, les aéroports, les ports, les marchés et les administrations.

Pendant des mois, des files d'automobilistes de plusieurs kilomètres se sont formées aux pompes, tandis que d'autres habitants se rabattaient sur le marché noir où le prix du litre pouvait être multiplié par trois.

Bien que premier producteur de pétrole du continent Africain, le Nigeria est contraint d'importer des produits pétroliers, ses quatre raffineries ne suffisant pas à sa consommation.

Le gouvernement maintient un prix à la pompe assez bas et paie la différence aux importateurs, qui prennent régulièrement le pays en otage en refusant de distribuer le pétrole tant qu'ils n'ont pas touché les subventions de l'Etat.

En janvier 2012, le gouvernement avait tenté de mettre fin à ces subventions, ce qui avait fait doubler les prix. Les violentes manifestations de dizaines de milliers de personnes, qui ont fait une dizaine de morts, l'avaient ensuite obligé à renoncer à cette mesure.

Aujourd'hui, le gouvernement se défausse sur les importateurs, dans l'incapacité de se procurer des devises étrangères au cours légal. Au Nigeria, le taux officiel tourne en effet autour de 197 à 199 nairas pour un dollar, tandis que sur le marché noir, répandu dans le pays, son cours atteint des sommets, jusqu'à 350 nairas pour un dollar.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG