Liens d'accessibilité

L'Iran rate une occasion


L’Iran gaspille en ce moment les chances qu’il a de tirer partie de son programme nucléaire, dit le porte-parole adjoint du département d’état américain, Tom Casey. « Si seulement l’Iran choisissait de suspendre ses activités d’enrichissement de l’uranium, les Etats-Unis, la Russie, ainsi que les trois autres membres permanents du Conseil de Sécurité de l’Onu plus l’Allemagne, seraient disposés à s’asseoir à la table de négociations avec le gouvernement iranien pour résoudre ces questions - une solution qui permettrait au peuple iranien d’avoir un programme nucléaire civil, tout en garantissant au reste du monde que Téhéran n’utilisera pas ce programme pour chercher, en fait, à se doter d’une arme nucléaire. »

En revanche, dit Monsieur Casey, l’Iran lance un défi à deux résolutions du Conseil de Sécurité de l’Onu qui fait obligation à Téhéran de suspendre toutes ses activités liées à l’enrichissement et au retraitement de l’uranium et de l’eau lourde. C’est pourquoi des délégués de la Grande-Bretagne, de la France, de la Chine, de la Russie, des Etats-Unis et de l’Allemagne cherchent en ce moment à rédiger une troisième résolution du Conseil de Sécurité qui imposerait des sanctions supplémentaires à l’Iran.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice dit que les efforts de l’Iran pour se doter de la technologie qui lui permettrait de fabriquer des armes nucléaires sont une préoccupation de la communauté internationale. Madame Rice ajoute que l’objectif d’une nouvelle résolution de l’Onu est de convaincre Téhéran, par des moyens diplomatiques, de changer sa politique.

XS
SM
MD
LG