Liens d'accessibilité

Sommet spécial sur  l’assurance-maladie: démocrates et républicains se séparent dos à dos


Le président Barack Obama a réuni, jeudi, à Washington, un sommet spécial dans l’espoir de faire avancer son projet de réforme de l’assurance-maladie, une de ses principales promesses électorales. Pendant six heures, les leaders républicains et démocrates du Congrès se sont retrouvés à Blair House, la résidence des hôtes de marque, à quelques pas de la Maison-Blanche.

Devant les caméras, le chef de l’exécutif américain a lancé un appel à l’unité. « Nous savons tous que cela urge », a-t-il plaidé. Barack Obama a rappelé les longues discussions et délibérations ayant déjà eu lieu au Congrès, mais aussi l’amertume et la controverse qui font désormais partie du débat sur la réforme de l’assurance-maladie.

Le ton du débat doit changer, a-t-il déclaré, ajoutant que le moment est venu de laisser la politique de côté. « J’espère que ceci n’est pas un théâtre politique, où nous jouons devant les caméras en nous critiquant mutuellement, mais plutôt que nous essayons réellement de résoudre le problème », a encore insisté le chef de l’exécutif, pratiquement en pure perte.

Car très rapidement, le ton partisan a repris ses droits. Les républicains, comme le sénateur du Lamar Alexander du Tennessee, ont dit avoir été ignorés par la majorité démocrate dans l’élaboration du projet de loi sur la réforme de l’assurance-maladie. Pour Alexander, il faut abandonner le projet des démocrates et repartir à zéro.

Il est hors de question de reprendre le processus électoral ayant abouti à ce projet de loi, a fait savoir, de son côté, la démocrate Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants. Toutes les familles américaines rencontrent d’énormes difficultés à payer leurs frais médicaux, a-t-elle souligné.Le projet des démocrates est trop coûteux et fera exploser la dette nationale, rétorquera le député Eric Cantor de Virginie, numéro 2 des républicains à la Chambre.

A l’issue des six longues heures de discussions, il semblait clair que peu de positions avaient changé, mais qu’un dialogue avait au moins commencé. Les deux camps vont maintenant se regrouper pour évaluer le sommet.

Les leaders démocrates du Congrès disent qu’ils espèrent que quelque chose sortira de cette rencontre. Mais ils ont aussi averti qu’ils sont prêts à faire cavalier seul si nécessaire pour faire adopter le projet de réforme de l’assurance-maladie.

XS
SM
MD
LG