Liens d'accessibilité

Mois de l’histoire africaine-américaine : Obama reçoit les musiciens qui ont défendu les droits civiques


Chaque année, le président des États-Unis marque le Mois de l'histoire afro-américaine par une proclamation et une célébration à la Maison-Blanche, mais cette année, la neige a quelque peu bouleversé le programme.

L'est des États-Unis s'employait jeudi à refaire surface, le blizzard qui a fait rage mardi et mercredi, ayant enseveli une bonne partie de la région sous des quantités énormes de poudre blanche. Par contre, c’était au tour de la ville de Dallas, au Texas, d’affronter la neige jeudi.

Les intempéries survenues mardi soir, après une première tempête le weekend dernier, ont bouleversé les festivités prévues à la Maison-Blanche pour marquer le Mois de l’histoire afro-américaine.

La Maison-Blanche a accueilli mardi un concert prévu initialement pour mercredi soir, et qui visait à honorer les chansons revendicatives des années 1960 – des chants de protestation, gospels et autres hymnes qui avaient servi de cris de ralliement aux militants en faveur des droits civiques tout en consolant ceux qui se sentaient bafoués dans leur dignité. Une musique qui, selon le président Barack Obama, raconte l’histoire de l’Amérique.

« Au-dessus du vacarme de la haine, dans le silence assourdissant de l'inaction, les hymnes du mouvement pour les droits civiques ont aidé à soutenir la cause d’un peuple et à avancer les idéaux d'une nation » a déclaré M. Obama.

Parmi les chanteurs conviés aux festivités : John Baez, Smokey Robinson et Bob Dylan, de la génération des années 1960, qui devaient se produire aux côtés d’artistes plus contemporains tels que Natalie Cole, Jennifer Hudson, Seal, l'acteur Morgan Freeman et le groupe Blind Boys de l'Alabama.


XS
SM
MD
LG