Liens d'accessibilité

Corne de l’Afrique : la lutte contre la piraterie passe par une solution à la crise somalienne, estiment les leaders africains


Les leaders africains soulignent la nécessité d’aider la Somalie à résoudre ses problèmes comme première étape dans la lutte contre la piraterie au large des côtes de ce pays. Le monde doit adopter une approche coordonnée au problème, a dit le ministre kenyan des Affaires, Moses Wetangula. Toutefois, la communauté internationale ne saurait mettre un terme à la piraterie sans apporter de solutions aux troubles politiques en Somalie, a-t-il souligné.

« Mon président a ordonné à mon collègue, le ministre de la Défense, et à moi d’organiser une grande conférence internationale ici aux Kenya, dans les plus brefs délais possibles, conférence à laquelle le chef de l’Etat mènera les discussions sur les moyens de lutter contre la piraterie », a expliqué le chef de la diplomatie kenyane.Moses Wetangula a laissé entendre que la conférence pourrait aussi se concentrer sur les moyens de mettre un terme à 17 ans d’une guerre civile qui a pratiquement détruit la Somalie et contraint 43% de la population à dépendre de l’aide internationale.

Les chefs de clan somaliens doivent jouer un rôle de premier plan pour mettre un terme à l’anarchie dans leur pays et à la piraterie au large des côtes somaliennes, estime, de son côté, le commissaire à la Paix et à la sécurité de l’Union africaine, Ramtane Lamamra.Le commissaire à la Paix et à la sécurité de l’Union africaine s’exprimait vendredi, à la signature, par des responsables de l’Union africaine et de l’Union européenne, d’un accord allouant 300 millions de dollars à la mise sur pied d’une Force africaine de déploiement rapide.

Celle-ci devrait être opérationnelle dans un délai de 18 mois. Elle sera un élément dissuasif, a souligné le ministre français des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner qui signé l’accord d’Addis Abeba pour l’Union européenne, la France assumant la présidence tournante de cette organisation.Les pirates somaliens ont attaqué plus 120 navires dans l’Océan indien et le golfe d’Aden cette année et, selon le gouvernement kenyan, ils auraient perçu jusqu’à 150 millions de dollars en rançons.

XS
SM
MD
LG