Liens d'accessibilité

CEMAC: l’intégration régionale toujours en projet


Le 9e sommet ordinaire de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) s’est ouvert mardi, à Yaoundé. Tous les leaders de la sous-région sont présents, à l’exception du président Idriss Déby Itno du Tchad, qui est représenté par le Premier ministre Youssouf Saleh Abbas. A cette occasion, le président Paul Biya a appelé ses pairs à « être ambitieux et ouverts » aux nouvelles idées qui sont, dit-il, « porteuses d’avenir. » Le chef de l’Etat camerounais a plaidé pour une CEMAC « plus ouverte », qui ferait une place à chaque ressortissant des pays de l’organisation. Il a également appelé à transformer l’Afrique centrale en un pôle d’attraction pour les investissements.

« Le propos du président Paul Biya montre que la CEMAC a de la difficulté à décoller véritablement, à lancer un processus efficace d’intégration nationale, qui ne se limite pas simplement à des discours politiques », explique Eric Mathias Owona Nguini, professeur de sciences de politiques à l’université de Yaoundé II. M. Nguini met les problèmes sur le compte des « divergences qui existent entre les pays, qui ne font pas montre des mêmes intérêts nationaux » sur les réformes.

Toutefois, « le fait pour ces pays de se réunir dans un cadre communautaire, le fait aussi d’associer les différents instruments d’intégration, non seulement les échanges, mais aussi la monnaie commune » sont d’importants éléments de mise en place d’une communauté, a souligné le professeur Nguini.

XS
SM
MD
LG