Liens d'accessibilité

Google entend donner l’exemple pour les énergies renouvelables


Cette société, qui s’est donné pour mission d’organiser l’information à l’échelle mondiale et de la rendre universellement accessible, entend également être la première entreprise mondiale à vocation « verte ».

Récemment, les dirigeants de ce moteur de recherche ont révélé vouloir investir des centaines de millions de dollars dans les énergies renouvelables. « Au fur et à mesure que Google croît, nous ne voulons pas que notre principale activité fasse partie du problème, mais plutôt de la solution. Nous ne tentons pas de contrôler l’univers, mais nous sommes ambitieux dans le sens que nous voulons mettre fin au changement climatique, l’atténuer et le ralentir » explique Larry Brilliant, haut responsable de Google.

L’entreprise explore diverses possibilités: énergie éolienne, géothermique, et surtout, solaire. « Nous pouvons réduire les coûts jusqu’à ce que cette énergie soit compétitive avec le charbon, et je pense qu’à ce point là, on assistera à une explosion » de la demande, fait valoir Bill Weihl, l’ingénieur chargé du programme énergétique de Google.

Parmi les investissements les plus intéressants des deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin: les millions de dollars accordés ces dernières années à Nanosolar, une société qui vient de mettre en vente une pellicule solaire d’un type révolutionnaire. Cette mince pellicule, qui vient d’être sacrée « Innovation de l’année » par la revue Science, permet de créer des panneaux solaires à peu prés sur toutes les surfaces possibles, des toits aux murs. Les minuscules cellules solaires peuvent littéralement être imprimées, puis utilisées pour capter l’énergie solaire.

« Notre but est d’atteindre une capacité de production d’un milliard de watts d’énergie renouvelable plus rentable que le charbon, et nous sommes optimistes, nous pensons que cet objectif pourra être atteint, d’ici quelques années, et non dans des décennies » a lancé Larry Page, co-fondateur de Google.

Si certains reprochent à cette société de s’ingérer dans un domaine qui n’est pas le sien, d’autres rappellent que la fondation Bill et Melinda Gates de l’ancien patron du géant des logiciels Microsoft s’investit, depuis des années, dans le secteur de la santé, notamment dans la lutte contre le VIH/SIDA.

D’ailleurs, Google pourrait faire des émules. Déjà toute une gamme de grandes entreprises, dont Wal-Mart, Cisco Systems, Microsoft, Intel et IBM, cherchent publiquement à être plus efficaces au niveau de la consommation d’énergie. Wal-Mart a même lancé cette année un appel d’offres considérable, afin d’équiper progressivement les toits de tous ses centres commerciaux de cellules photovoltaïques.

XS
SM
MD
LG