Liens d'accessibilité

Afrique de l’Ouest : des jeunes continuent de braver la mer malgré le dispositif Frontex


La gendarmerie sénégalaise a retrouvé le 8 décembre 2007, une pirogue qui avait échoué sur la côte de Yoff, près de Dakar, avec, à bord, un mort et quarante-six survivants. Les premiers renseignements recueillis indiquent que l’embarcation aurait quitté le village de Djogué, une île aux large de la Casamance, le 28 novembre. Elle a emprunté un long itinéraire à cause de certains problèmes en mer, avant de rebrousser chemin, a expliqué le commandant Daouda Diop, porte-parole de la gendarmerie sénégalaise.

D’autres candidats à la migration clandestine avaient déjà trouvé la mort à l’occasion d’une précédente tentative, encore plus désastreuse. Le bilan de ces périlleuses traversées, pour le seul week-end dernier, s’est élevé à 90 morts. Le commandant Diop explique ces échecs répétés par le fait que les contrôles se font de plus en plus stricts. « Le Sénégal a, dit-il, 800 km de côtes » dont la surveillance n’est pas aisée.

Le porte-parole de la gendarmerie sénégalaise rassure aussitôt, ajoutant que depuis la mise en place de l’opération Frontex, les départs se sont considérablement réduits. Pour Jean-Philippe Chauzy, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations, les tragédies de ces derniers jours sont la preuve que des migrants sont toujours prêts à prendre plus de risques pour atteindre les Iles Canaries. Plus de 32 000 personnes sont arrivées l’an passé sur cet archipel, explique-t-il, sachant très bien qu’ils risquent d’être rapatriés au titre des accords de réadmission signés il y a près d’un an entre le Sénégal et l’Espagne...

XS
SM
MD
LG