Liens d'accessibilité

Togo : élections législatives dans le calme


Les Togolais sont allés aux urnes dimanche pour élire leurs députés. Plus de 2 000 candidats issus de 32 partis briguent les 81 sièges de l’Assemblée nationale. L’Union des forces du changement (UFC), le principal parti d’opposition est en lice cette fois-ci, contrairement aux élections des autres années qu’il avait boycottées.

Le taux de participation était élevé selon les observateurs. Face à cette affluence, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a dû autoriser les responsables des bureaux de vote à les laisser ouverts plus longtemps que prévu pour permettre à tous les électeurs d’accomplir leur devoir civique. Le vote s’est très bien déroulé, sans heurt, a expliqué notre correspondant Modeste Messavoussou Akwe.

Depuis l’instauration du multipartisme au Togo en 1993, les élections avaient été régulièrement marquées par de violents incidents et des accusations de fraudes. Celles de 2005, qui ont permis au président Faure Gnassingbe d’accéder au pouvoir, s’étaient soldées par une sanglante intervention des forces de sécurité contre les militants de l’opposition.

L’année dernière, le président Gnassingbe a signé un accord de réconciliation nationale avec l’opposition. Il s’est engagé à accepter les résultats du scrutin de dimanche. Celui-ci constitue le premier véritable test pour le Rassemblement du peuple togolais (RPT), parti au pouvoir depuis près de quatre décennies.

XS
SM
MD
LG