Liens d'accessibilité

La coopération nord-américaine


Les leaders des Etats-Unis, du Mexique et du Canada disent que la prospérité de leur pays dépend de celle de leurs voisins. Le président George W. Bush, son homologue mexicain, Felipe Calderon, et le Premier ministre canadien, Stephen Harper, estiment que les défis économiques, écologiques et sécuritaires exigent tous des plans établis de commun accord et un dialogue ouvert entre les nations des Amériques. Les Etats-Unis ont intérêt à ce que leurs voisins connaissent la réussite économique, a souligné M. Bush. « Si vous êtes citoyen américain, vous voulez que ceux qui vivent près de vous, soient prospères. Plus il y a de prospérité dans votre quartier, et plus il y a d’espoir dans votre quartier », a-t-il dit.

Les échanges commerciaux, la sécurité aux frontières, l’immigration, les questions écologiques et le Plan des Amériques contre la grippe aviaire et une pandémie de grippe figuraient en tête de l’ordre du jour au récent sommet des trois leaders. Ce plan établit les grandes lignes des efforts communs du Canada, du Mexique et des Etats-Unis pour faire face à d’éventuels foyers de maladies gravement infectieuses et les endiguer.

M. Bush a souligné que l’accroissement du total annuel des échanges commerciaux entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada - un total qui est passé de quelque 290 milliards de dollars à environ 880 milliards au cours de la décennie écoulée - démontre les bénéfices d’une coopération réussie. Mais le président Calderon a indiqué que davantage de collaboration sera nécessaire pour résoudre les questions de sécurité frontalière et de mondialisation. « Il y a un ordre du jour énorme à établir... et je pense que nous devons donner une nouvelle force aux relations entre les pays libres de l’Amérique du nord... et je pense que cette rencontre... pourrait constituer le début d’un âge nouveau dans les liens entre nos 3 pays », a déclaré le chef de l’Etat mexicain.

Le Premier ministre canadien Harper a dit que les états souverains ne sont pas isolés par cette souveraineté. « Nous avons des problèmes communs et nous devons en discuter... Nous devons comparer nos stratégies, et parfois, nous nous devons de collaborer très étroitement », a dit le M. Harper.

Les peuples des Amériques comptent sur leurs dirigeants pour mettre au point des stratégies communes qui donneront des résultats, a souligné le président Bush. Oeuvrer de concert, c’est ce que nos peuples attendent de nous, a affirmé le chef de l’exécutif américain.

XS
SM
MD
LG