Liens d'accessibilité

Sanctions contre Pyong Yang : Une manche gagnée selon Washington


Les Etats-Unis se félicitent de l’adoption, par le Conseil de sécurité de l’ONU, de sanctions contre la Corée du Nord. La secrétaire d’Etat américaine se dit satisfaite que la résolution ait fait l’objet d’un vote unanime samedi. Condoleezza Rice a révélé qu’elle discutera des détails de la mise en oeuvre de ces sanctions lorsqu’elle se rendra à Tokyo, Séoul et Beijing cette semaine.

La résolution onusienne demande à Pyong Yang d’abandonner son programme d’armes nucléaires et donne aux autres pays le droit d’empêcher toute exportation d’armes de destruction massive ou de technologies de missile par la Corée du Nord. La Chine partage avec ce pays une frontière longue de 1 400 km et est considérée comme sa plus proche alliée.

Interrogée sur les informations selon lesquelles Pékin n’a pas l’intention de participer à l’inspection des cargos entrant en Corée du Nord ou en sortant, la secrétaire d’Etat Rice a souligné que la Chine a voté en faveur de l’adoption des sanctions onusiennes. « C’est une résolution prise sous le chapitre 7 et je suis certaine que la Chine assumera ses responsabilités,» a-t-elle déclaré.

L’ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, John Bolton, a souligné, de son côté, que la résolution laisse la porte ouverte à un retour de Pyong Yang aux pourparlers des six nations sur son programme nucléaire. « Si la Corée du Nord ne choisit pas cette option, nous allons intensifier la pression, lui montrer que son isolement international s’accroîtra, » a averti M. Bolton.

Selon l’ambassadeur américain à l’ONU, le président Bush n’a pas retiré l’option militaire de la table, mais préférerait résoudre la crise nucléaire nord-coréenne de manière pacifique. La Corée du Nord dit qu’elle se sent menacée par les Etats-Unis, mais le président Bush a, à plusieurs reprises, assuré que les forces américaines n’attaqueront pas ce pays.

Le sénateur démocrate John Kerry, adversaire du président Bush à l’élection présidentielle de 2004, a accusé l’administration Bush de tolérer le programme nucléaire nord-coréen. M. Kerry est d’avis que les Etats-Unis doivent engager des pourparlers directs avec la Corée du Nord pour discuter du dossier nucléaire et des autres problèmes non résolus depuis l’armistice de 1953 qui a mis fin à la guerre de Corée.

XS
SM
MD
LG