Liens d'accessibilité

Discovery dans l’espace


La navette Discovery a quitté le centre spatial Kennedy de Floride mardi, à destination de la station spatiale internationale, avec à bord sept membres d’équipage: Cinq hommes et deux femmes. Leur mission, qui doit durer en principe douze jours et peut-être 13, consiste à transporter du fret destiné à la station internationale, notamment des vivres et de l’équipement.

C’est le deuxième vol de la navette depuis la tragédie de 2003. Cette année-là, la navette Columbia s’était désintégrée à sa rentrée dans l’atmosphère terrestre à cause des dégâts provoqués par un morceau de mousse qui s’était détaché du réservoir externe pendant le décollage. Depuis cette catastrophe, la NASA, l’agence spatiale américaine, examine à la loupe tous les détails du lancement des navettes; d’où les instructions du centre de contrôle spatial de Houston, mardi, aux membres d’équipage de Discovery leur demandant de procéder à une inspection minutieuse de la surface de leur véhicule.

L’équipage a déployé un bras télémanipulateur de 15 mètres de long, équipé d’une camera et d’un laser pour cette opération. Celle-ci était d’autant plus importante que les caméras d’observation du lancement au centre spatial Kennedy ont détecté des débris divers tombant du réservoir externe de la navette au moment du décollage. La NASA parle d’incident mineur qui ne pose aucun danger à Discovery. Mais « la prudence est mère de la sureté. »

La navette dont le commandant de bord est Steven Lindsey doit s’arrimer à la station spatiale internationale jeudi pour livrer le fret à bord. Egalement au programme de l’équipage: des exercices de réparation de matériel dans l’espace. Parmi les occupants de Discovery: le spationaute allemand Thomas Reiter de l’Agence spatiale européenne. Il doit rester à la station spatiale internationale, quand la navette prendra le chemin du retour sur la Terre dans une douzaine de jours.

XS
SM
MD
LG