Liens d'accessibilité

Etats-Unis: diminution du taux de séropositivité chez les noirs américains


“Nous avons découvert que les diagnostics de nouveaux cas de séropositivité frappent toujours de façon disproportionnée les Africains-Américains, hommes et femmes, explique un responsable des Centres pour le Contrôle des Maladies, le docteur Ron Valdiserri.

En 2004, “les noirs étaient toujours huit fois plus susceptibles que les blancs d’être diagnostiqués séropositifs”, précise-t-il. “Nous ne devons pas oublier l’impact humain de ces chiffres, et nous devons continuer à travailler ensemble pour réduire ces disparités flagrantes”, a affirmé le Docteur Valdiserri.

Mis à part les noirs, ce sont les Hispaniques et les indiens américains qui sont les plus susceptibles de contracter le VIH, précisent les Centres de Controle des Maladies. A noter que l’étude réalisée n’a porté que sur 33 des 50 états du pays, et n’incluait ni la Californie, ni l’Illinois, deux état très peuplés.

“Il s’agit donc d’une étude pour ainsi dire incomplète déclarent les Centres de Controle des Maladies d’Atlanta.” De surcroit, ajoute le Docteur Ron Valdiserri, “le gouvernement ne parvient pas à déterminer si le taux des infections par VIH signalé ces quatre dernières années concerne uniquement de nouveaux cas, ou reflète également des cas anciens nouvellement détectés”. “Ce dont nous parlons ici, ce sont des diagnostics de VIH/SIDA, qui peuvent, ou non, représenter de nouvelles infections. Cela dépend de la rapidité des gens à se faire diagnostiquer. Mais ces chiffres donnent quand même la meilleure idée possible de l’ampleur de l’épidémie aux Etats Unis”, explique en substance le Docteur Ron Valdiserri.

Les chiffres montrent qu’environ un million d’américains sont séro-positifs, sur 295 millions d’habitants. En gros, on constate donc une légère baisse des cas de VIH/SIDA entre 2001 et 2004. Mais le tableau est nettement plus sombre en ce qui concerne les homosexuels. Parmi eux, le taux de VIH/SIDA aurait augmenté de 8 pour cent en 2005, alors qu’il était resté stable entre 2001 et 2003.

Les responsables des services de santé ne savent pas pourquoi. “Quant à la baisse parmi les africains-américains, elle pourrait être dûe notamment aux programmes de distribution d’aiguilles propres pour les drogués qui utilisent des séringues, estiment les responsables des services de santé publique.”

XS
SM
MD
LG