Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Politique

Le général Nouri arrêté en France pour crimes contre l'humanité

Le général Nouri arrêté en France pour crimes contre l'humanité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Le patron de l'armée rejette encore la transition réclamée par la contestation

Ahmed Gaïd Salah à Alger le 1er juillet 2018.

Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée algérienne a encore rejeté lundi la mise en place d'institutions de transition, réclamée par le mouvement de contestation pour organiser la succession du président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Samedi, une centaine d'organisations de la société civile ont proposé une transition de six mois à un an, dirigée par une instance présidentielle ou un personnalité consensuelle, avec un gouvernement chargé de gérer les affaires courantes et l'installation d'une commission indépendante chargée d'organiser la présidentielle devant élire un successeur à M. Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril.

Devenu de facto l'homme fort du pays, le général Gaïd Salah, qui multiplie les déclarations publiques, a réitéré lundi "l'attachement résolu" de l'armée algérienne "aux solutions légales et constitutionnelles pour résoudre la crise que traverse l'Algérie".

"La priorité aujourd'hui consiste à accélérer l'élection d'un président de la République dans les délais possibles constitutionnellement et acceptables dans le temps", a-t-il poursuivi, rappelant que "ces délais ont atteint aujourd'hui leur limite". "Trouver ces voies qui mèneraient aux présidentielles ne peut se faire qu'à travers le dialogue", a-t-il souligné.

Le Conseil constitutionnel a récemment constaté "l'impossibilité", faute de candidats, d'organiser la présidentielle convoquée le 4 juillet par le chef de l'Etat par intérim, Abdelkader Bensalah et a chargé ce dernier d'organiser un nouveau scrutin.

Mais le mouvement de contestation inédit, qui agite l'Algérie depuis le 22 février et a contraint M. Bouteflika à démissionner après 20 ans au pouvoir, continue de refuser que ses fidèles toujours aux manettes organisent le scrutin devant élire son successeur et réclame leur départ, notamment celui de M. Bensalah et du général Gaïd Salah.

La Constitution prévoit que M. Bensalah assure l'intérim jusqu'au 9 juillet, délai à l'issue duquel il est censé remettre le pouvoir à un nouveau président élu. Mais les différents délais (convocation, candidatures, campagne...) prévus par la loi électorale rendent impossibles l'organisation d'un scrutin d'ici cette date.

Le général Gaïd Salah a également mis en garde le peuple contre ceux qui "continuent à faire montre d'une opposition fondée uniquement sur le dénigrement d'autrui ou la formulation de nouvelles revendications et de propositions guère adéquates (...) tendant sciemment à faire perdurer la crise".

"C'est au nouveau président seul que revient la tâche de traduire concrètement sur le terrain le programme détaillé et précis des réformes", a-t-il répété.

L'avenir de l'alliance Tshisekedi-Kabila questionnée

L'avenir de l'alliance Tshisekedi-Kabila questionnée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Appel au calme après les violentes manifestations

Appel au calme après les violentes manifestations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Calme relatif dans le centre du Bénin après une semaine de violences

Une rue déserte de la ville de Save, au lendemain de troubles dans le Bénin, un pays d'Afrique de l'Ouest, le 15 juin 2019.

Le calme était revenu dans le centre du Bénin, après une semaine d'affrontements violents entre les forces de l'ordre et des partisans de l'ancien président Boni Yayi, qui avaient bloqué la principale route du pays.

"La voie circule normalement et tout est calme. Tous les commerces fermés n'ont pas encore ouvert", a témoigné à l'AFP Avademe Inès, une habitante de Savè, soulignant toutefois que la ville vivait "dans la peur": "Les hommes de l'armée sont encore partout".

Un policier en poste à Savè a confirmé qu'aucun incident n'était à déplorer depuis samedi matin. "A Tchaourou et Savè, le calme est revenu, mais le siège (présence des forces de l'ordre) ne sera pas levé de si tôt", a-t-il confié à l'AFP sous couvert d'anonymat.

Des négociations, non-officielles, entre les élus locaux, des émissaires du gouvernement, les forces de sécurité et les "chasseurs" (manifestants armés) se déroulent depuis dimanche dans ces deux communes, où des échauffourées violentes ont fait au moins deux morts côté civil, d'après des témoins, et 50 policiers blessés, selon le gouvernement béninois.

Les violences ont éclaté mardi dernier à Tchaourou, la ville natale de l'ancien président Boni Yayi, après l'arrestation de deux personnes, accusées de violences électorales lors des législatives du 28 avril.

Jeudi, à cent kilomètres au sud, des habitants de Savè, ont également bloqué la route pour empêcher un contingent de la police nationale d'atteindre Tchaourou.

Violents affrontements dans le centre du Bénin entre armée et manifestants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Dans les deux villes, l'armée et la police ont délogé les manifestants par des tirs à balles réelles entre vendredi et samedi, affirmant qu'il s'agissait de tirs de sommation.

Ce dernier épisode de violences intervient plusieurs semaines après les violentes altercations des 1er et 2 mai à Cotonou, autour du domicile de Boni Yayi, dans le quartier de Cadjéhoun, toujours surveillé par une importante présence des forces armées.

Au lendemain des législatives, auxquelles l'opposition n'avait pas été autorisée à présenter de candidats, des centaines de partisans de l'ancien chef d'Etat étaient descendus dans les rues de Cotonou, craignant qu'il ne se fasse arrêter.

Les avocats de Boni Yayi, qui vit toujours reclus dans sa maison selon ses proches, ont dénoncé un "assassinat politique" perpétré par le président Patrice Talon contre son adversaire.

"Tchaourou et Savè sont aujourd'hui les victimes expiatoires d'une tyrannie cruelle qui conduit inexorablement à l'embrasement général de notre pays", a dénoncé le parti de l'ex-président, les Forces Cauris pour un Bénin Émergent, dans un communiqué.

Des ONG de défense des droits de l'homme ont dénoncé le tournant autoritaire du président Patrice Talon dans un pays qui a longtemps été considéré comme un modèle de démocratie en Afrique de l'Ouest.

Voir plus

XS
SM
MD
LG