Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Science et technologie

Une voiture-robot présentée au CES 2019

Une voiture-robot présentée au CES 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

Tech: le secteur optimiste mais soucieux, sur fond d'incertitudes économiques

Une application de jardinage présentée lors du CES 2019 à Las Vegas aux Etats-Unis le 6 janvier 2018.

Malgré une année de controverses qui ont ébranlé la confiance des consommateurs, le secteur technologique américain s'est montré optimiste dimanche côté chiffre d'affaires mais a aussi exprimé des inquiétudes, liées aux tensions commerciales qui pèsent sur l'économie.

Les Américains devraient dépenser cette année 398 milliards de dollars pour s'acheter des appareils électroniques, anticipe la Consumer Technology Association (CTA), qui organise le salon CES à Las Vegas aux Etats-Unis.

"Nous approchons rapidement d'une nouvelle ère de l'électronique grand public", a assuré Steve Koenig lors d'une conférence de presse organisée en amont de la grand-messe annuelle de la tech, alors que le secteur attend avec impatience depuis des années le nouvel appareil qui révolutionnera le secteur comme le fit par exemple l'iPhone en 2007.

La CTA, qui tablait l'an dernier à la même époque sur 351 milliards de dollars de dépenses aux Etats-Unis, ne donne plus depuis l'an dernier de données mondiales comme il le faisait auparavant. En 2017, il avait anticipé 929 milliards de dollars de dépenses mondiales.

- "Matrix" -

Côté smartphones, la CTA espère une modeste progression de 2% en chiffre d'affaires (80 milliards de dollars) et de 1% en volume (170,7 millions d'unités) en 2019.

Le marché reste en effet plombé par la saturation du marché du smartphone dans les pays les plus riches et par les tensions commerciales entre Pékin et Washington, qui pèsent sur de nombreux pans de l'économie, notamment la technologie.

Apple a d'ailleurs jeté un froid glacial mercredi en annonçant une baisse de ses prévisions de chiffre d'affaires trimestriel, qu'il attribue au ralentissement de la croissance chinoise, aggravé par les tensions entre les deux pays.

Les tensions sont d'autant plus préoccupantes que c'est en Chine que les entreprises américaines fabriquent l'essentiel de leurs produits et que la Chine est également l'un de leurs principaux marchés.

Dimanche, le président de la CTA Gary Shapiro a d'ailleurs estimé que "le président (Donald) Trump ne comprend pas" à quel point les économies sont interdépendantes.

"Lorsque la Chine est enrhumée, nous éternuons", a-t-il résumé, rappelant son opposition aux taxes douanières punitives, même si "la Chine a été déloyale avec des compagnies non-chinoises".

"Les motivations du président Trump sont légitimes mais sa stratégie n'est pas la bonne", a-t-il ajouté devant des journalistes.

Malgré ces inquiétudes macro-économiques, le secteur espère mettre derrière lui cette année les nombreuses polémiques autour des fuites de données personnelles qui ont lourdement écorné l'image des géants technologiques, à commencer par Facebook.

"2018 a été une année très dure pour plusieurs grosses entreprises technologiques, du coup, il y a aussi pas mal de gens qui veulent (l') oublier et foncer tête baissée vers un avenir enthousiasmant", pense Bob O'Donnell, analyste de Technalysis, qui compte notamment sur la 5G, les écrans pliables ou les améliorations de l'intelligence artificielle sans connexion internet.

Mais difficile de faire l'impasse sur la problématiques des données personnelles car le CES va fourmiller de milliers d'objets connectés, qui précisément collectent les données de l'utilisateur, par exemple pour anticiper ses goûts en matière de musique (enceintes intelligentes), ou déterminer s'il aura besoin de soins médicaux (bracelets santé...).

Tout l'écosystème des objets connectés repose sur l'exploitation de ces données, et donc sur la confiance des usagers dans le fait qu'elles ne finiront pas dans la nature, une inquiétude largement justifiée par les scandales autour de Facebook, Google et autres plateformes. Leur modèle économique repose sur ces données, qui leur permettent de cibler finement la publicité.

"Où que vous alliez, le dénominateur commun, ce sera les données", a d'ailleurs souligné Steve Koenig, parlant d'une "transition vers le +Data Age+ ("l'ère des données"), un peu comme dans le film +Matrix+", célèbre film de science-fiction sorti en 1999.

Interrogé sur les polémiques autour des données, Gary Shapiro a espéré que le secteur puisse s'autoréguler, mais, si besoin, "nous défendrons une loi" fédérale américaine posant les principes à respecter par les entreprises.

Les enceintes connectées -- grosses collecteuses de données personnelles -- devraient encore croître en 2019 mais ralentie, avec +7% attendus en revenus (3,2 milliards de dollars) et +5% en volume (36,6 millions d'unités), selon, la CTA, qui anticipait l'an dernier un bond de 60% des ventes par rapport à l'année précédente.

Télés, smartphones : cap sur les écrans pliables et enroulables

Présentation de la télévision à l'écran enroulable au CES 19 à Las Vegas aux Etats-Unis le 7 janvier 2019.

Après des années de prototypes, les écrans pliables vont commencer à entrer dans le quotidien, ouvrant de nouvelles perspectives au secteur technologique, en particulier aux industriels du smartphone, qui attend impatiemment de quoi relancer un marché atone.

Le sud-coréen LG a dévoilé lundi une télévision dont l'écran peut s'enrouler et se dérouler entièrement, lors d'une présentation à la veille de l'ouverture officielle du salon CES de l'électronique grand public de Las Vegas (Nevada, ouest), où le monde de la tech doit dévoiler jusqu'à vendredi ses dernières innovations.

L'écran de 65 pouces (165 cm) peut complètement se rétracter et disparaître dans sa base, qui fait office d'enceinte dernier cri. LG n'a pas donné de date pour sa commercialisation -- ni de prix --, mais le groupe a présenté ce modèle dans sa gamme 2019, laissant supposer qu'il pourrait être disponible cette année.

"Ce que la science-fiction a imaginé il y a des décennies est désormais une réalité", a lancé David VanderWaal, responsable du marketing.

"C'est très cool, les décorateurs d'intérieur vont l'adorer", s'est enthousiasmé Avi Greengart, analyste de GlobalData, évoquant une "technologie unique".

LG vient donc confirmer l'engouement pour les écrans pliables et enroulables, déjà présentés dans les salons sous forme de prototypes depuis quelques années.

"Les écrans pliables vont être la grosse tendance cette année", selon Avi Greengart, notant cependant qu'en matière de smartphones, plusieurs entreprises devraient réserver leurs annonces pour le Mobile World Congress fin février.

"Tout le monde sait que 2019 sera l'année des débuts +officiels+ de deux technologies vraiment enthousiasmantes dans le monde du mobile : les écrans pliables et les smartphones 5G" (l'internet mobile ultra rapide), estime dans une note l'analyste Bob O'Donnell, de Technalysis.

"A court terme, je prévois que ce sera les smartphones à écrans pliables qui auront le plus de succès car leur impact sur la façon d'utiliser le téléphone et le design sont tellement irrésistibles que les consommateurs voudront bien oublier la vitesse de la 5G", analyse M. O'Donnell.

Les écrans pliables supposent en effet que les applications et systèmes d'exploitation soient entièrement repensés pour fonctionner sur ces nouveaux écrans, ouvrant de nouvelles opportunités pour les développeurs (ceux qui conçoivent les apps).

Quant aux groupes technologiques, ils sont avides de relancer un marché du smartphone devenu atone, plombé notamment par une saturation du marché et un manque d'innovations renversantes en mesure de justifier les prix élevés des iPhone de l'américain Apple ou de certains modèles du sud-coréen Samsung.

Mais cela suppose aussi un délai avant qu'un smartphone entièrement optimisé soit commercialisé.

Au CES, la startup chinoise Royole a présenté un modèle de smartphone --le FlexPai-- avec un écran pliable, pouvant se transformer en tablette, disponible en Chine et désormais aux Etats-Unis pour 1.300 dollars.

"Les gens veulent la mobilité mais aussi de grands écrans", a déclaré le fondateur de Royole Bill Liu lors d'une conférence de presse.

- Le smartphone "de demain" -

D'autres fabricants devraient sortir des appareils pliables cette année mais M. Liu a expliqué que la technologie utilisant des couches ultra fines de nano-capteurs permettaient de faire plus que des téléphones et servir par exemple pour les tableaux de bord de voitures ou les accessoires électroniques à porter sur soi.

"Nous pensons que c'est la prochaine génération d'interface entre l'humain et la machine", a-t-il déclaré.

Numéro un mondial des smartphone, Samsung n'a pas présenté de nouveau modèle d'écran pliable lors de sa conférence de presse au CES lundi, réservant peut-être une annonce pour le salon de Barcelone.

Il avait présenté en novembre un prototype d'écran pliable pour smartphone mais sans avancer de date pour la commercialisation d'un appareil avec un tel écran. Samsung fabrique à la fois des composants et des téléphones tout entiers.

Samsung "sera prêt pour la production de masse" de ce nouveau type d'écran -- appelé "Infinity Flex Display" -- "dans les mois qu viennent", avait indiqué Justin Denison, l'un des responsables du groupe, assurant que cet écran "pos(ait) les fondations du smartphone de demain".

Google, qui conçoit le système mobile Android qui fait tourner les appareils mobiles de Samsung, avait annoncé dans la foulée collaborer avec ce dernier pour optimiser Android pour ces futurs appareils.

Le CES attend 4.500 exposants répartis sur 250.000 mètres carrés dans tout Las Vegas. 182.000 visiteurs sont attendus.

Et si vous pouviez entraîner votre cerveau à mieux dormir ?

Et si vous pouviez entraîner votre cerveau à mieux dormir ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:27 0:00

Premier gilet Airbag pour cyclistes

Premier gilet Airbag pour cyclistes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG