Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Au moins 60 morts dans l'attaque de Boko Haram contre la ville de Rann

Des blessés sont installés dans un camp après une attaque sur un camp de déplacés à Rann, Nigeria, le 17 janvier 2017.

L'attaque du groupe jihadiste nigérian Boko Haram contre la ville de Rann en début de semaine a fait au moins 60 morts, selon Amnesty International qui a réalisé une enquête de terrain dans la région.

"L'attaque la plus sanglante de Boko Haram contre Rann - ville dans l'extrême nord-est du Nigeria - a fait au moins 60 morts", a révélé l'organisation de défense des droits de l'homme.

"Aux alentours de 9 heures du matin le 28 janvier, un groupe de combattants de Boko Haram est arrivé sur des motos et a incendié la ville", peut-on lire dans un rapport d'Amnesty.

"Ils ont poursuivi les civils qui tentaient de s'enfuir (...). Onze corps ont été retrouvés dans l'enceinte de la ville et 49 autres à l'extérieur", est-il indiqué.

Isa Sanusi, porte-parole d'Amnesty International Nigeria, a expliqué à l'AFP que l'ONG avait réalisé une enquête de terrain approfondie et recoupé des informations recueillies auprès de nombreuses sources sécuritaires, de témoins ou de personnes travaillant dans la région.

Rann est une localité devenue inaccessible pour des raisons de sécurité, même pour le personnel humanitaire, d'où il est extrêmement difficile d'obtenir des informations.

Sur plusieurs images satellites du centre CNES/Airbus ainsi que de l'institut européen de surveillance Copernicus, on peut distinguer que certaines parties de la ville, où s'étaient réfugiées des dizaines de milliers de personnes, ont été totalement rasées par les flammes.

Au lendemain de l'attaque, en l'espace de 48 heures, "toute la population semble paniquée et a pris la fuite pour tenter d'échapper à la mort", avait déclaré le porte-parole du HCR, Babar Baloch, au cours d'un point de presse à Genève.

Plus de 30.000 personnes sont arrivées au Cameroun, affirmant que le groupe jihadiste contrôlait désormais la ville et que les soldats nigérians et camerounais avaient également fui.

Il s'agit de l'une des attaques les plus meurtrières contre les civils depuis des mois dans le nord-est du Nigeria, dans un contexte d'accélération des violences.

Depuis le mois de juillet, le groupe, qui a fait allégeance à l'Etat Islamique en 2015, semblait davantage se concentrer sur les attaques de bases militaires où il récupérait les armes et le matériel militaire.

Le président Muhammadu Buhari, élu en 2015 sur la promesse d'éradiquer le groupe, est candidat à sa propre réélection aux élections du 16 février prochain, mais il doit faire face à un bilan sécuritaire très critiqué.

L'occupation de Rann par Boko Haram intervient alors que l'ONU a lancé mardi à Abuja un appel à financement de 848 millions de dollars (741 millions d'euros) pour des projets humanitaires dans le Borno et deux autres Etats du nord-est sur trois ans.

Un montant supplémentaire de 135 millions de dollars est nécessaire pour aider les 228.500 Nigérians réfugiés au Cameroun, au Tchad et au Niger voisins, selon l'ONU.

Quelque 260 travailleurs humanitaires ont été obligés de quitter trois collectivités locales dans l'Etat du Borno, foyer des violences, à cause des combats entre les insurgés et l'armée.

Mais la ville de Rann a payé un prix particulièrement élevé.

Début novembre Boko Haram avait exécuté deux femmes humanitaires enlevées à Rann plusieurs mois auparavant. Une troisième, Alice Loksha, qui travaillait pour l'Unicef, est toujours entre les mains du groupe.

L'insurrection jihadiste a fait plus de 27.000 morts depuis 2009 et plus 1,7 million de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

La campagne pour la présidentielle du 16 février bat son plein

La campagne pour la présidentielle du 16 février bat son plein
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

L'analyse politique de la campagne présidentielle

L'analyse politique de la campagne présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

L'opposant Atiku Abubakar propose une amnistie aux personnes coupables de corruption

L'opposant Atiku Abubakar propose une amnistie aux personnes coupables de corruption
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Reprise lundi du procès du président de la cour suprême

Des manifestants devant le secrétariat du Barreau du Niger protestent contre la suspension du président de la cour suprême du Nigeria, Walter Onnoghen, à Abuja, Nigeria, le 28 janvier, 2019.

Le procès du président de la cour suprême du Nigeria reprendra lundi, a annoncé jeudi la juridiction spécialisée dans les questions d'éthique, vingt-quatre heures après le rejet du recours du juge pour faire cesser ce procès.

Le tribunal du code de conduite, qui poursuit le juge Walter Onnoghen depuis deux semaines, est une juridiction qui examine les affaires de non-déclaration ou fausse déclaration sur les biens des suspects.

Une cour d'appel avait rejeté mercredi le recours intenté par le président de la cour suprême, accusé de fraudes et suspendu de ses fonctions par le président nigérian la semaine dernière, à moins de trois semaines de la présidentielle.

Le chef de l'Etat, Muhammadu Buhari, l'a suspendu sans attendre son audition, provoquant la colère de l'opposition et du monde de la justice, qui ont dénoncé une dérive autoritaire et un "coup d'Etat contre l'appareil judiciaire".

M. Onnoghen avait intenté un recours devant la cour d'appel d'Abuja pour tenter d'annuler son procès par le tribunal du code de conduite, mais sa demande a été rejetée mercredi à l'unanimité.

Il est accusé d'avoir dissimulé des comptes en devises étrangères, mais les détracteurs du chef de l'Etat voient dans ces accusations et cette suspension une chasse aux sorcières menées contre les opposants du parti au pouvoir.

Les élections de février s'annoncent très disputées entre le président sortant, candidat du Congrès des progressistes (APC), et le principal mouvement de l'opposition, le Parti populaire démocratique, représenté par Atiku Abubakar, un ancien vice-président.

Le juge de la cour suprême a autorité de départager les candidats en cas de litiges et d'accusation de fraudes par l'un ou l'autre des partis.

Voir plus

XS
SM
MD
LG