Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Réunion de l'opposition à Abuja

Réunion de l'opposition à Abuja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:16 0:00

Accusation de fraudes électorales au Nigeria

Accusation de fraudes électorales au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

L'opposition réplique aux propos de Buhari

Le président sortant Muhammadu Buhari, au centre, quitte le siège de son parti après une réunion d'urgence avec des membres éminents du Congrès All Progressives (APC) à Abuja, au Nigeria, le 18 février 2019.

Au Nigeria, le principal parti d’opposition s’est réuni aujourd’hui à Abuja pour dénoncer les propos  du président sortant Muhammadu Buhari. Il a avoué avoir ordonné aux forces de sécurité d’agir sans pitié contre les semeurs de troubles durant les élections du samedi.

La sortie du président nigérian Muhammadu Buhari au cours de la réunion de son parti a dominé les débats de la réunion d’urgence du principal parti d’opposition: le PDP.

Le président du Parti démocratique du peuple, Uché Sécondus a déclaré: "Vous ne demandez pas que ces gens soient arrêtés et traduits devant la justice, mais vous aviez donné l’ordre de les tuer. Monsieur le président, nous vous demandons de revenir sur cette déclaration et ces instructions".

Les partis politiques mettent la pression sur la Céni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Même réaction de déception au sein de la population et de la société civile du pays.

Pour Juke Emmanuel, membre de l'ONG locale "Code", il y a une loi qui prévoit une punition pour des actes de violences durant la période électorale.

"La loi électorale stipule clairement la punition pour les gens qui attaquent des bureaux de vote. Si vous emportez un bureau de vote le jour du scrutin, vous devez être arrêté et jugé. Si vous êtes coupable, vous serez condamné à 24 mois de prison. Mais pour un président de faire de telles déclarations qui ont tendance à provoquer des violences et qui demande à l’armée de tirer sur les gens, c’est décevant".

La loi électorale interdit également la présence des éléments de l’armée nationale dans les bureaux de vote.

Auwal Musa Rafsanjani, de l'organisation CISLAC, s’inquiète et pense que la déclaration du président pourrait avoir un impact négatif sur la participation des électeurs aux élections de ce samedi.

"Il y aura une tension et cela pourrait décourager certains à sortir pour aller voter de peur d’être tué. Déjà l’armée a publié un communiqué dans lequel elle affirme qu’elle va obéir aux instructions du président. Donc cela veut dire que beaucoup d’électeurs auront peur de sortir".

Les Nigérians sont appelés aux urnes ce 23 février pour des élections présidentielles et législatives initialement prévues le weekend dernier mais reportée à la dernière minute par la Céni pour des raisons logistiques.

La Commission électorale nationale indépendante a finalement cédé à la pression des partis politiques, levant l’interdiction de faire campagne avant le scrutin du samedi comme le prévoit la loi électorale du pays.

L'opposant nigérian Atiku Abubakar estime que Buhari n'est "pas un démocrate"

L'opposant nigérian Atiku Abubakar estime que Buhari n'est "pas un démocrate"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:18 0:00

Les partis politiques mettent la pression sur la Céni

Les partis politiques mettent la pression sur la Céni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG