Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

Italie: Pour Allegri et la Juventus, "le moment était venu"

L'entraîneur de la Juventus Massimiliano Allegri lors d'un match au stade de la Juventus, à Turin, Italie, le 8 janvier 2017.

"Le moment était venu de se séparer, de la meilleure des façons", a expliqué samedi Massimiliano Allegri qui, après cinq années sur le banc de la Juventus, ne sera plus l'entraîneur du club turinois la saison prochaine.

"On a parlé, discuté, et chacun a donné son avis sur le futur et sur ce qu'il faut pour la Juve. Le club a jugé que le mieux était que je ne sois plus l'entraîneur", a déclaré Allegri lors d'une conférence de presse tenue en présence de tous les joueurs de l'équipe.

"Je vis ce moment avec sérénité. Dans la vie professionnelle, il y a des moments où on se sépare, c'est physiologique", a-t-il ajouté.

Egalement présent, le président de la Juventus, Andrea Agnelli, a confirmé que c'est lui qui avait pris la décision de ne pas poursuivre avec Allegri, qui en cinq ans aura remporté cinq titres de champion et quatre Coupes d'Italie, mais ne sera pas parvenu malgré deux finales à remporter la Ligue des Champions.

"Après la défaite contre l'Ajax, je pensais sincèrement continuer avec Max. Il a été difficile de comprendre ensemble que c'était le bon moment pour conclure un des cycles les plus extraordinaires de l'histoire de la Juve", a déclaré Agnelli.

"En tant que dirigeant d'entreprise, il faut savoir prendre les décisions au bon moment. L'avenir dira si ça a été le bon choix. Nous sommes tous utiles, personne n'est indispensable. L'histoire du club est toujours plus grande que l'histoire de n'importe quelle individualité", a-t-il ajouté.

Le président de la Juventus a par ailleurs absolument refusé de répondre aux questions sur le futur entraîneur de son équipe. Quant à Allegri, il est resté très vague sur son avenir.

- Adieux à Barzagli -

"Je ne sais rien. On verra. Peut-être qu'une pause me ferait du bien. Mais peut-être que dès le 15 juillet, j'aurais envie de reprendre. Ca va dépendre de moi, de ce qui se passe. Je dois évaluer les choses qu'on me proposera", a-t-il dit.

Souvent très ému, Allegri a dû s'interrompre à plusieurs reprises pour pouvoir continuer à répondre aux questions. Mais il est longuement revenu sur la question du "beau jeu", de nombreux observateurs lui ayant reproché un football souvent trop frileux et pragmatique.

"Tu dois atteindre les objectifs qu'on te fixe. A la Juve, c'est gagner. Si quelqu'un est content de sortir du terrain et de dire, on a bien joué mais on a perdu, ça n'est pas fait pour moi", a-t-il expliqué.

"Dans la vie, il y a des catégories, et dans le foot aussi. Il y a ceux qui gagnent tout le temps, ceux qui ne gagnent jamais, ceux qui ne sont jamais relégués, les joueurs, les entraîneurs, les présidents. Mais bon sang, quand quelqu'un ne gagne jamais, c'est qu'il y a une raison ! Ceux qui gagnent sont meilleurs que les autres. C'est une petite chose, mais c'est une chose certaine", a-t-il développé.

Dimanche, Allegri sera pour la dernière fois sur le banc de la Juventus à domicile, pour affronter l'Atalanta Bergame lors de la 37e journée de Serie A.

"Demain soir, il faut faire la fête. Et il y a deux choses à fêter: la première c'est la conquête du scudetto, et l'autre ce sont les adieux à Andrea Barzagli, le professeur des défenseurs", a-t-il dit.

Copa América-2019 : le Brésil avec Neymar et Thiago Silva

Le Brésilien Neymar lors du match amical international opposant le Brésil et les Etats-Unis au Metlife Stadium à East Rutherford, New Jersey, le 7 septembre 2018.

Le sélectionneur brésilien Tite a dévoilé les noms des 23 joueurs qui disputeront la Copa America à domicile (14 juin au 7 juillet), une liste sans surprise, avec l'attaquant vedette Neymar et le défenseur Thiago Silva, malgré sa blessure au genou.

Remis d'une blessure au pied qui l'a tenu trois mois à l'écart des terrains, Neymar espère être en forme pour briller avec la Seleçao devant son public.

L'an dernier, une blessure similaire l'avait contraint à rejouer seulement juste avant le Mondial-2018, où il n'avait été que l'ombre de lui-même.

Cette fois, l'attaquant vedette a eu le temps de retrouver un peu de rythme, disputant cinq matches avec le Paris SG depuis son retour de blessure.

Il aurait pu en jouer deux autres, mais sa suspension pour trois matches pour son altercation avec un supporter après la défaite en finale de la Coupe de France l'a contraint à écourter sa fin de saison.

Tite a esquivé les nombreuses questions de journalistes au sujet de cet incident, qui pourrait remettre en cause le capitanat de Neymar.

"Il a commis une faute. Mais je veux avant tout lui parler en tête à tête", a affirmé le sélectionneur.

Coéquipier de Neymar au PSG, Thiago Silva a été convoqué malgré une blessure au genou qui l'a contraint à subir une arthroscopie il y a deux semaines.

Mais Fábio Mahseredjian, préparateur physique de la Seleçao, a indiqué que le défenseur pourrait se présenter "dans de bonnes conditions" le 28 mai et qu'il avait déjà "recommencé à courir, avec des changements de direction.

En attaque, le jeune David Neres, de l'Ajax Amsterdam, qui s'est aussi blessé récemment, a été convoqué, au détriment de Vinicius Junior, également victime de pépins physiques avec le Real Madrid.

Le Brésil, dont le dernier titre continental remonte à 2007, fera ses grands débuts dans la compétition lors du match d'ouverture contre la Bolivie, le 14 juin, à Sao Paulo.

La Seleçao affrontera ensuite le Venezuela le 18, à Salvador, avant de retourner à Sao Paulo pour son dernier match de poule, contre le Pérou, le 22.

Avant la compétition, les Brésiliens disputeront deux matchs amicaux, contre le Qatar, le 5 juin à Brasilia, et contre le Honduras, le 9 juin à Porto Alegre.

. Les 23 Brésiliens convoqués :

Gardiens : Alisson (Liverpool/ENG), Cassio (Corinthians), Éderson (Manchester City/ENG),

Défenseurs : Alex Sandro (Juventus/ITA), Daniel Alves (Paris SG/FRA), Éder Militao (Porto/POR), Fagner (Corinthians), Filipe Luis (Atlético Madrid/ESP), Marquinhos (Paris SG/FRA), Miranda (Inter Milan/ITA), Thiago Silva (Paris SG/FRA)

Milieux : Allan (Naples/ITA), Arthur (FC Barcelone/ESP), Casemiro (Real Madrid/ESP), Fernandinho (Manchester City/ENG), Lucas Paqueta (AC Milan/ITA), Philippe Coutinho (FC Barcelone/ESP),

Attaquants: Neymar (Paris SG/FRA), David Neres (Ajax Amsterdam/NED), Everton (Gremio), Gabriel Jesus (Manchester City/ENG), Roberto Firmino (Liverpool/ENG), Richarlison (Everton/ENG)

Atlético Madrid : Simeone n'a "que des remerciements" pour Griezmann

L'attaquant français de l'Atlético Madrid, Antoine Griezmann, jubile à l'issue du match retour de demi-finale de l'UEFA Europa League contre l'Arsenal FC, au stade Wanda Metropolitano, Italie, 3 mai 2018.

L'entraîneur de l'Atlético Madrid Diego Simeone a déclaré vendredi n'avoir "que des paroles de remerciements" pour Antoine Griezmann, en partance du club "colchonero", ajoutant "ne pas juger" le choix du Français de vouloir relever de nouveaux défis après cinq années à Madrid.

"Je suis très reconnaissant envers le joueur pour ces cinq saisons. Je n'ai que des paroles de remerciements envers lui pour le niveau qui a été le sien avec nous", a dit Simeone en conférence de presse à la veille du dernier match de la saison de l'Atlético, samedi contre Levante en Championnat d'Espagne.

"En tant que personne, je l'aime énormément, j'ai une belle relation avec sa famille. J'ai appris dans la vie à ne pas juger les décisions d'autrui (...). Quand quelqu'un donne tout, comme nous l'avons fait avec Antoine, on peut être tranquille. Sportivement, il est inutile de parler du joueur qu'est Antoine. Il est arrivé ici et maintenant, il fait un pas vers une nouvelle destination. Nous avons tous contribué à le faire grandir. C'étaient cinq années merveilleuses et c'est l'un des meilleurs buteurs de l'histoire de ce club. Je le remercie et je ne le juge pas", a ajouté le technicien argentin.

Après cinq ans et 256 matches (133 buts) sous le maillot "rojiblanco", Griezmann (28 ans) a annoncé mardi son départ de l'Atlético afin de relever "d'autres défis", peut-être au FC Barcelone qui pourrait selon la presse activer sa clause libératoire, ramenée à 120 M EUR le 1er juillet.

En attendant, il lui reste une dernière rencontre à vivre avec l'Atlético samedi (13h00/11h00 GMT) sur le terrain de Levante, un match sans autre enjeu que celui d'offrir une belle sortie aux nombreux joueurs "colchoneros" qui s'apprêtent à quitter le club : outre Griezmann, le capitaine Diego Godin, les latéraux Juanfran et Filipe Luis...

La Juventus et Massimiliano Allegri se séparent

L'entraîneur de la Juventus Massimiliano Allegri lors d'un match au stade de la Juventus, à Turin, Italie, le 8 janvier 2017.

Fin de l'histoire entre la Juventus et Massimiliano Allegri: après cinq ans de grands succès en Italie mais où le rêve de Ligue des champions est resté inaccessible, le club turinois a annoncé vendredi que le technicien toscan ne serait plus aux commandes de l'équipe la saison prochaine.

llegri (51 ans) était arrivé il y a cinq ans sous les sifflets des tifosi turinois qui lui trouvaient alors tous les défauts du monde, à commencer par celui d'être un homme de l'AC Milan et de Silvio Berlusconi.

Cinq ans plus tard, Allegri s'en va après avoir considérablement alourdi l'étagère à trophées du club piémontais, avec cinq titres de champion, quatre Coupes d'Italie et deux SuperCoupes d'Italie. Un gagnant, comme on les aime à la Juventus, mais qui pourtant partira à peine plus apprécié qu'à son arrivée.

Comment expliquer ce désamour et la fin de cette collaboration, alors que le natif de Livourne a plus que contribué à renforcer la mainmise domestique de la Juve et l'a réinstallée solidement dans le Top 8 européen avec deux finales de C1 en 2015 et 2017 ?

Allegri et son président Andrea Agnelli donneront plus d'explications lors d'une conférence de presse samedi à 14h00, mais il est clair que l'élimination face à l'Ajax Amsterdam en quarts de finale de la Ligue des champions cette année a pesé.

L'arrivée de Cristiano Ronaldo l'été dernier avait en effet fait de la C1 l'objectif prioritaire de la saison turinoise, plus encore que les années précédentes.

Malgré un nouveau titre emporté aisément en Serie A, le 8e d'affilée pour le club bianconero, l'échec face à l'Ajax a fragilisé Allegri, durement critiqué depuis en Italie pour un jeu jugé trop frileux et attentiste.

Le coach a eu plusieurs réunions mercredi et jeudi avec les dirigeants du club, ce qui a semblé accréditer l'idée d'un désaccord entre les parties.

- Qui ensuite ? -

La question du renouvellement de son contrat qui arrivait à terme dans un an ou celle des choix de mercato ont eu leur importance, mais le sentiment qui domine est que quelque chose s'est cassé contre l'Ajax.

Après l'élimination face aux jeunes Néerlandais, Allegri comme Agnelli avaient pourtant déclaré qu'il n'y aurait pas de changement la saison prochaine.

"Avec le président, on a parlé il y a quelques jours avec l'idée de se revoir. Mais ma décision a été prise il y a longtemps et c'est celle de rester. J'ai un contrat et il y a du travail à faire", avait ainsi déclaré Allegri.

"Ça sera avec Allegri sur le banc, bien sûr", avait de son côté assuré Agnelli. "Il a encore un an de contrat. On va s'asseoir en fin de saison pour discuter ensemble. On a un groupe jeune et fort, y compris au sein du staff. On réessaiera la saison prochaine".

Malgré ces promesses, Allegri et la Juventus vont donc se séparer après avoir buté sur l'objectif européen, le plus compliqué, comme le rappelait régulièrement le technicien: "Il ne faut pas croire qu'on gagne la Ligue des Champions comme le tournoi des bars-tabacs de Livourne."

Son départ ouvre par ailleurs une double incertitude: où ira-t-il et qui va venir prendre sa place à Turin ?

Pour la première question, l'étranger semble l'hypothèse la plus probable, avec le Paris SG et l'Angleterre comme habituels nids à rumeurs.

Quant à son successeur, la liste des possibles est longue. Antonio Conte, son prédécesseur, aurait le profil mais son arrivée à l'Inter Milan est annoncée comme presque acquise.

Simone Inzaghi, en réussite à la Lazio Rome, est une autre piste, comme celle qui mène à Mauricio Pochettino. D'autres noms - Guardiola, Klopp - ont déjà été cités, mais ils semblent du domaine du rêve.

Yaya Touré à l'essai en Chine dans un club de D2

Yaya Touré lors d'un match de Premier League contre Sunderland, Angleterre, le 3 décembre 2014

L'ancien milieu star de Manchester City et du FC Barcelone Yaya Touré est arrivé en Chine pour un essai au Qingdao Huanghai (2e division), a indiqué vendredi le club à l'AFP.

L'ex-international ivoirien de 36 ans était sans club depuis son départ en décembre de l'Olympiakos (1re division) après seulement trois mois au sein de l'équipe grecque.

Des rumeurs laissaient entendre qu'il était sur le point d'arrêter sa carrière. Mais l'intéressé a fermement démenti le weekend dernier, affirmant qu'il voulait encore jouer "quelques années".

Son dernier défi pourrait ainsi prendre la forme d'un séjour dans la grande ville balnéaire de Qingdao (est), au sein de l'équipe de Huanghai, actuellement en tête de la deuxième division.

Yaya Touré a été aperçu jeudi à son arrivée à l'aéroport local, et des médias britanniques ont affirmé qu'il était sur le point de signer un contrat avec le club chinois.

Mais un porte-parole du Qingdao Huanghai a déclaré à l'AFP que le joueur était simplement "à l'essai" pour le moment.

"Les entraîneurs vont évaluer sa forme et ses aptitudes physiques, avant de décider si sa venue est souhaitable ou non pour notre équipe", a-t-il souligné.

Le milieu de terrain, qui a empilé trois titres de champion d'Angleterre en sept saisons avec les Citizens, avait quitté Manchester en fin de saison dernière, frustré par son faible temps de jeu.

L'agent du joueur ivoirien, Dimitry Seluk, avait affirmé il y a quelques jours sur Twitter que l'ex-international avait "mis fin" à sa carrière de joueur et souhaitait se reconvertir en entraîneur.

Mais Yaya Touré l'avait contredit dimanche.

"Il y a eu beaucoup de confusion sur mon avenir récemment. Je tiens à préciser que j'adore le football et que je suis toujours en lice pour jouer encore quelques années", a-t-il twitté.

En 2016, son agent avait affirmé au quotidien britannique The Sun que l'Ivoirien avait refusé une offre émanant du club chinois du Jiangsu Suning (1re division).

"Nous ne voulons pas aller là-bas. Et nous n'irons jamais en Chine", avait alors indiqué M. Seluk. "Yaya ne pense pas à l'argent. Yaya pense au football."

Voir plus

XS
SM
MD
LG