Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Syrie: la France convoque l'ambassadeur de Turquie (source diplomatique)

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, part après une réunion hebdomadaire du cabinet à l'Elysée à Paris, le 3 août 2018.

La France a convoqué jeudi l'ambassadeur de Turquie après le lancement d'une nouvelle offensive turque, la veille, dans le nord de la Syrie, a indiqué une source diplomatique française à l'AFP. L'ambassadeur "est convoqué en début d'après-midi" au ministère français des Affaires étrangères.

"J'y vais tout à l'heure", avait confirmé l'ambassadeur Ismail Hakki Musa, contacté par l'AFP.

L'offensive de la Turquie a provoqué un tollé international, plusieurs pays craignant une résurgence du groupe djihadiste État islamique (EI). Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU doit avoir lieu jeudi.

Le président Emmanuel Macron a appelé la Turquie "à mettre un terme le plus rapidement possible" à son offensive en Syrie, qui "risque d'aider Daech (acronyme arabe de l'EI) à reconstruire son califat".

"C'est une lutte que nous menons contre une organisation terroriste issue du PKK (...), nous ne sommes pas en train d'aider Daech", a assuré en fin d'après-midi Ismail Hakki Musa, interrogé par la radio RTL.

"La Turquie est décidée à éradiquer les noyaux terroristes de ses frontières, les opérations vont continuer", a-t-il insisté, rappelant que son pays partageait une frontière commune de plus de 900 kilomètres avec la Syrie.

L'offensive turque vise les positions de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), un groupe qu'Ankara considère comme terroriste pour ses liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), mais qui est soutenu par les pays occidentaux pour combattre les djihadistes du groupe État islamique.

"Si, entre alliés, nous n'avons pas la même définition des organisations terroristes, alors dans quelle mesure peut-on parler de la solidarité qui nous lie ?", a demandé Ismail Hakki Musa, dont le pays est membre de l'Otan.

Interrogé sur le risque d'une évasion de grande ampleur des djihadistes étrangers détenus par les forces kurdes à la faveur du chaos provoqué par l'assaut turc, il a rappelé la position d'Ankara, favorable au rapatriement de ces prisonniers dans leurs pays pour y être jugés. Plusieurs pays européens, dont la France, demandent qu'ils soient jugés là où ils ont commis leurs crimes.

"Nous, nous attendons que les pays d'origine reçoivent leur djihadistes (...). La Turquie ne va pas laisser des éléments djihadistes dans la nature, elle s'en occupera", a-t-il toutefois assuré.

Les Kurdes syriens ont été aux avant-postes de la lutte contre le groupe djihadiste avec le soutien aérien de la coalition internationale anti-EI.

En mars 2019, les Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition à majorité kurde, se sont emparées de l'ultime bastion syrien de l'EI à Baghouz. Mais le groupe djihadiste reste actif dans la clandestinité.

La Norvège, pays de l'Otan, suspend toute nouvelle exportation d'armes vers la Turquie

La Norvège, pays allié de la Turquie au sein de l'Otan, a annoncé jeudi la suspension de toute nouvelle exportation d'armements vers Ankara après le lancement d'une offensive militaire turque dans le nord-est de la Syrie.

"Etant donné que la situation est complexe et change rapidement, le ministère des Affaires étrangères, par mesure de précaution, ne traitera pas de nouvelles demandes de licences d'exportation de matériels de défense et de matériels à usages multiples (...) vers la Turquie jusqu'à nouvel ordre", a déclaré la cheffe de la diplomatie norvégienne, Ine Eriksen Søreide.

"Nous passons maintenant en revue toutes les licences (déjà, ndlr) en vigueur", a-t-elle ajouté dans un courriel envoyé par ses services à l'AFP.

La Turquie a lancé mercredi une offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, alliées des Occidentaux dans la lutte antijihadiste, suscitant une volée de critiques internationales.

La Finlande, qui n'est pas membre de l'Otan contrairement à la Norvège, avait également annoncé mercredi la suspension de toute nouvelle exportation d'armements vers la Turquie ou autre pays engagé dans la guerre.

Le Nobel de littérature 2018 à Olga Tokarczuk, le prix 2019 à Peter Handke

Illustration de l'écrivaine polonaise Olga Tokarczuk, Nobel de littérature 2018, et l'Autrichien Peter Handke, Nobel 2019.

Le prix Nobel de littérature a été décerné à la Polonaise Olga Tokarczuk pour l'édition 2018, reportée d'un an après un scandale d'agression sexuelle, et à l'Autrichien Peter Handke pour 2019.

15e femme seulement à recevoir le Graal des écrivains depuis sa création en 1901, Olga Tokarczuk est récompensée pour "une imagination narrative qui, avec une passion encyclopédique, symbolise le dépassement des frontières comme forme de vie", a déclaré le secrétaire perpétuel de l'Académie suédoise, Mats Malm, à Stockholm.

L’œuvre d’Olga Tokarczuk, qui compte une douzaine d'opus traduits dans plus de 25 langues, va d'un conte philosophique, "Les Enfants verts" (2016), à un roman policier écologiste engagé et métaphysique "Sur les ossements des morts" (2010), et à un roman historique de 900 pages "Les livres de Jakob (2014)". Engagée politiquement à gauche, écologiste et végétarienne, l'écrivaine n'hésite pas à critiquer la politique de l'actuel gouvernement conservateur nationaliste de Droit et Justice (PiS).

Peter Handke est distingué pour une œuvre qui "forte d'ingénuité linguistique, a exploré la périphérie et la singularité de l'expérience humaine", a-t-il ajouté. Le Nobel de littérature? "Il faudrait enfin le supprimer. C'est une fausse canonisation" qui "n'apporte rien au lecteur", a-t-il un jour déclaré. Toutefois selon l'académie qui l'a appelé jeudi, il s'est dit très heureux et a assuré qu'il viendrait chercher son prix en Suède.

Les lauréats recevront leur prix des mains du roi lors d'une cérémonie le 10 décembre à Stockholm.

- Une institution à huis clos -

L'Académie suédoise a implosé après la publication en novembre 2017, en plein mouvement #MeToo, des témoignages de 18 femmes (autant que d'académiciens) accusant de harcèlement, d'agression sexuelle et de viol un Français, Jean-Claude Arnault.

Marié à une académicienne, propriétaire d'un club underground fréquenté par le gratin artistique et intellectuel suédois, il recevait de généreux subsides de l'académie, se vantait d'en être le "19e membre" et, selon des témoins, soufflait le nom des futurs lauréats du Nobel à ses amis. Parfois qualifié de "fossoyeur de l'Académie", il a été définitivement condamné à deux ans et demi de prison pour viol.

Au-delà de son volet purement judiciaire, l'affaire a mis au jour le huis clos vicié d'une institution rongée par les intrigues, les prébendes, les conflits d'intérêt, les déchirements entre hussards de la vieille garde et dragons de la relève.

Privée du quorum de membres siégeant requis pour désigner un lauréat Nobel après une cascade de démissions et mises en retrait, l'académie avait dû reporter d'un an l'édition 2018, pour la sixième fois depuis 1901, la dernière en 1949.

Protecteur de l'académie créée en 1786, le roi Carl XVI Gustaf a dû intervenir pour remettre de l'ordre et réformer les statuts, les fauteuils vacants ont été pourvus et un nouveau secrétaire perpétuel élu, Mats Malm, sur qui repose désormais la responsabilité de préserver la réputation de la "Svenska Akademien".

Washington condamne les violences en Irak et exhorte le gouvernement à la "retenue"

Selon un bilan officiel, plus de 100 personnes ont été tuées dans les violences en Irak, en grande majorité des manifestants, et plus de 6.000 blessées.. (AP Foto / Hadi Mizban)

Les Etats-Unis ont condamné les violences en Irak qui ont fait plus de 100 morts en une semaine et exhorté le gouvernement irakien à la "retenue", a indiqué mardi le département d'Etat américain.

Au cours d'un entretien téléphonique "récent", avec le Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, "le secrétaire Pompeo a condamné les violences récentes en Irak et indiqué que ceux ayant violé les droits humains devront être tenus responsables", a rapporté dans un communiqué la diplomatie américaine.

"Le secrétaire se désole des pertes de vies tragiques ces derniers jours et exhorte le gouvernement irakien à faire preuve d'une retenue maximale", poursuit le ministère.

"Les manifestations publiques pacifiques sont un élément essentiel de toutes les démocraties", a dit le secrétaire d'Etat américain, soulignant "que la violence n'avait aucune place dans les manifestations, que ce soit du côté des forces de sécurités ou des protestataires."

Ce mouvement de contestation, qui a débuté le 1er octobre, dénonce la corruption, le chômage et la déliquescence des services publics, dans un pays en pénurie chronique d'électricité et d'eau potable.

Selon un bilan officiel, plus de 100 personnes ont été tuées, en grande majorité des manifestants, et plus de 6.000 blessées.

Cette contestation a entraîné une crise politique à laquelle le président irakien a réagi en appelant au dialogue.

Avec AFP

Page sports : Ping-pong NBA/ Chine et inquiétudes après le lancement du foot féminin soudanais lancé

Page sports : Ping-pong NBA/ Chine et inquiétudes après le lancement du foot féminin soudanais lancé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:20 0:00

Retrait de troupes américaines, une décision contestée

Retrait de troupes américaines, une décision contestée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG