Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump s'en prend encore à la Fed et exige des taux plus bas

Le marché financier de Wall Street

Donald Trump s'en est une nouvelle fois pris à la Banque centrale américaine vendredi l'accusant de tous les maux et exigeant qu'elle baisse ses taux ... ce qu'elle avait déjà envisagé de faire à la fin du mois.

Pour le président américain, il est temps pour la Fed de "CORRIGER !" le tir.

"Nous sommes engagés dans une compétition mondiale et nous gagnons gros ... mais pas grâce à la Reserve Federale", a accusé le milliardaire républicain sur Twitter.

"S'ils n'avaient pas agi aussi vite et +autant+ nous serions dans une posture encore meilleure que celle dans laquelle nous nous trouvons. Nous avons une chance de produire de la richesse et du succès sans pareils pour les Etats-Unis, CROISSANCE ... Ne gâchez pas tout !", admoneste le président.

La Fed a augmenté ses taux à quatre reprises en 2018 dans un contexte de forte croissance, mais le président et nombre d'économistes reprochent à l'institut d'émission d'être allée trop loin avec sa hausse de décembre alors que la première économie du monde donnait ses premiers signes de faiblesse.

Donald Trump, qui sait l'importance de la bonne santé de l'économie pour ses chances de décrocher un second mandat, ne lui a pas pardonné.

Toutefois, il semble désormais acquis que le Comité monétaire décidera de baisser les taux fin juillet lors de sa prochaine réunion.

Les tweets critiques du président font écho à un discours du patron de la banque centrale régionale de New York, John Williams, qui expliquait que moins une banque centrale avait de munitions à sa disposition (les taux étant déjà très bas) plus elle devait agir vite au moindre signe de ralentissement.

Des propos immédiatement interprétés par le marché comme l'annonce d'une baisse d'un demi-point de pourcentage en juillet, soit le double de ce qui est attendu. La Fed de New York a ensuite tenté d'expliquer qu'il ne s'agissait nullement d'une annonce de choses à venir mais du résultat de 20 ans de recherche.

Donald Trump a salué le discours de M. Williams : "sa première déclaration était juste à 100% parce que la Fed a +relevé+ beaucoup trop vite et trop tôt".

Le président Donald Trump sous le feu des critiques

Le président Donald Trump sous le feu des critiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Une vague de chaleur avec des températures jusqu’à 43°

Une vague de chaleur avec des températures jusqu’à 43°
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Téhéran dément des "allégations délirantes" de Washington

Téhéran dément des "allégations délirantes" de Washington
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Trump s'en prend aux médias après les critiques sur les chants de ses supporters

Le président Donald Trump, alors candidat, en campagne électorale à Phoenix, Arizona, le 29 octobre 2016.

Donald Trump a attaqué vendredi la couverture médiatique, qu'il a qualifiée de "dingue", des cris proférés par une centaine de ses partisans, qui ont demandé mercredi de "renvoyer" des Etats-Unis une élue démocrate d'origine somalienne.

"Renvoyez-la ! Renvoyez-la !", avaient scandé mercredi soir en Caroline du Nord des supporters du milliardaire républicain lors d'un de ses meetings, en visant l'élue à la Chambre des représentants Ilhan Omar, l'une des deux premières femmes musulmanes élues au Congrès américain.

Sous le feu des critiques depuis cette séquence, Donald Trump a répliqué vendredi en dénonçant l'"alliance malsaine" des médias avec ses opposants démocrates.

"C'est incroyable de voir comment les médias sont devenus fous à propos des chants +renvoyez-la+ dans une salle pleine... mais restent totalement calmes et acceptent les déclarations les plus ignobles et écoeurantes faites par les trois élues de gauche radicale", a tweeté Donald Trump.

"Les médias grand public, qui ont perdu toute crédibilité, sont officiellement ou officieusement devenus un morceau du Parti de Gauche Radicale Démocrate", a-t-il poursuivi. "C'est pathétique à regarder !"

Le président américain est engagé depuis le week-end dernier dans une bataille verbale avec plusieurs élues démocrates à la Chambre des représentants, dont Ilhan Omar, toutes issues de minorités, et à qui il intime de "quitter" les Etats-Unis si elles ne les "aiment pas".

Donald Trump avait tenté jeudi de se distancier des chants de ses partisans, sans convaincre : "Cela ne m'a pas plu. Je ne suis pas d'accord avec cela", a-t-il déclaré, assurant --contre toute évidence-- avoir essayé de les interrompre en reprenant rapidement la parole.

"Je suis convaincue que c'est un fasciste", a répondu jeudi Ilhan Omar, à propos du président américain. "Le cauchemar (de Donald Trump) est de voir une réfugiée somalienne parvenir au Congrès", a-t-elle lancé. "Nous allons continuer à être le cauchemar de ce président, parce que sa politique est un cauchemar pour nous".

La chambre basse du Congrès américain, à majorité démocrate, avait formellement condamné mardi lors d'un vote les "commentaires racistes" de Donald Trump.

Voir plus

XS
SM
MD
LG