Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Explorer l'art de la pensée

Explorer l'art de la pensée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Felwine Sarr : "retrouver la mémoire longue" à travers la restitution de l'art africain

Felwine Sarr : "retrouver la mémoire longue" à travers de la restitution de l'art africain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Le Sénégalais Felwine Sarr, co-auteur du rapport sur la Restitution du patrimoine culturel africain a partagé ses idées sur l'humanité et ses défis lors de la Nuit des idées organisé à l'ambassade de France à Washington DC.

Felwine Sarr : "retrouver la mémoire longue" à travers la restitution de l'art africain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

VOA Afrique: Pourquoi c’est si important la restitution de l’argent africain en Afrique ?

Felwine Sarr : Pourquoi c’est important parce que ces œuvres d’art ces objets, ces artefacts font partie de l’histoire africaine et pour les jeunes générations qui ont besoin de se construire, de savoir d’où elles viennent, d’avoir des traces de leur histoire, être à nouveau en face de ces objets, c’est quelque part retrouvé la mémoire longue.

VOA Afrique : Quelle est l’ampleur de cette restitution en France et quels musées sont prêts à le faire?

Felwine Sarr : ​Les oeuvres appartiennent à l'Etat, ils sont dans le domaine national donc si la France vote une loi, les musées doivent s'exécuter. Le quai Branly est le plus concerné car il a 70.000 pièces d'art duqui viennent duu Continent, sur les 90.000 objets d'art africain en France. Des pays comme le Bénin, ont l'essentiel de leur art au quai Branly, c'est pour cela que le Bénin est en pointe dans la demande de restitution.

VOA Afrique : Comment être sûr que la restitution se passe bien et que les objets d'art soient protégés dans les meilleures conditions?

Felwine Sarr : ​Sur 54 pays, il y a des pays où il peut y avoir des difficultés, mais pour l'essentiel, ce sont des pays qui ont des musées qui fonctionnent, avec des conservateurs qui savent concerver, et qui connaissent très bien leur travail. L'Afrique a largement les capacités d'acceuil. Nous voulons laisser le temps au pays qui ne sont pas prêts, et qui veulent récupérer leurs oeuvres, qui doivent construire des infrastructures, mais si c'est dans 10 ans.

VOA Afrique : Est-ce que les Africains vont aller davantage dans les musées?

Felwine Sarr : ​J'étais à Dakar le mois dernier, pour l'inauguration du Musée des civilisations noires. 512 visiteurs par jour depuis le début. A Abidjan, pour le nouveau musée, c'est la même chose, des milliers de gens. Dès que la structure est belle, qu'elle est bien faite, les gens y vont. J'ai vu des cars d'écoliers, il y a donc aussi une éducation à la pratique. J'ai vu des familles, il n'y a pas forcément que l'élite et la bourgeoisie.

Explorer l'art de la pensée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Lire le rapport en entier : "Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain".

Les négociations entre Américains et Chinois se poursuivent

Les négociations entre Américains et Chinois se poursuivent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

Trump s'oriente vers le recours à "l'urgence nationale" pour le mur

Le président Donald Trump lors d'un point de presse au jardin Rose de la Maison Blanche, Washington, 25 janvier 2019.

Le président américain Donald Trump a indiqué vendredi qu'il pourrait prochainement déclarer une "urgence nationale" pour contourner le Congrès et construire le mur qu'il veut ériger à la frontière avec le Mexique.

"Je pense qu'il y a de bonnes chances que nous devions faire cela", a déclaré M. Trump lors d'un échange avec des journalistes à la Maison Blanche à l'issue d'une réunion sur le trafic d'êtres humains.

Fera-t-il cette annonce à l'occasion de son discours sur l'état de l'Union mardi soir devant le Congrès réuni au grand complet? Sans répondre explicitement, le locataire de la Maison Blanche a clairement laissé entendre que cela pourrait être le cas. "Ecoutez attentivement le discours", a-t-il lancé dans un sourire.

Ne craint-il pas que cette décision soit immédiatement attaquée en justice ? "Nous avons des bases juridiques très très solides", a-t-il répondu.

Pour sortir du "shutdown" le plus long de l'histoire américaine, Donald Trump a fini par céder fin janvier face à ses adversaires politiques en acceptant le financement temporaire des services fédéraux sans que le moindre dollar ait été débloqué pour le mur.

Mais le répit prendra fin le 15 février. D'ici là, les républicains qui contrôlent le Sénat et les démocrates du Congrès doivent trouver un compromis budgétaire de longue durée. Les discussions butent une nouvelle fois sur le financement du mur contre lequel les démocrates sont vent debout.

Réaffirmant sa conviction que les discussions en cours au Congrès étaient vaines, M. Trump a une nouvelle fois accusé ses adversaires de faire de petits calculs politiques au détriment de la sécurité nationale.

"Nous n'allons nulle part avec les démocrates", a-t-il lancé. "Ils veulent faire de ce débat un argument de campagne (pour la présidentielle de 2020) mais je ne pense pas que cela fonctionne politiquement".

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a réaffirmé jeudi qu'il n'y aurait "pas un sou" pour le mur dans la loi de financement qui sortira des négociations en cours.

Les négociations entre Américains et Chinois se poursuivent

Les négociations entre Américains et Chinois se poursuivent
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:03 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG