Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Clinton au Congrès pour rendre des comptes sur Benghazi

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton passe mercredi au Congrès ou elle doit s'expliquer sur l'attaque de Benghazi
La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a de nouveau assumé la responsabilité de l’attaque le 11 septembre 2012 contre le complexe diplomatique à Benghazi, en Libye, où l'ambassadeur des Etats-Unis et trois autres Américains ont trouvé la mort.

Lors d’une audition mercredi devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, Mme Clinton a dit qu'elle est en train d’adopter les recommandations de la Commission d’étude de responsabilité chargée d’enquêter sur l’attaque. Ces mesures visent à renforcer la sécurité des diplomates et à « réduire la possibilité qu’un autre incident du type de celui survenu à Benghazi se reproduise », a-t-elle rappelé.

Elle a souligné que le département d’Etat est confronté à une menace terroriste grandissante. « Les révolutions arabes ont bouleversé la dynamique du pouvoir et brisé les forces de sécurité dans toute la région », a ajouté Mme Clinton.

Plus tard dans la journée, la secrétaire d’Etat comparaitra également devant une commission de la Chambre des représentants. Il s’agira probablement de sa dernière prestation devant le Congrès, avant qu’elle ne quitte ses fonctions. Le président Barack Obama a nommé le sénateur du Massachusetts, John Kerry, pour la remplacer.

Des dirigeants pakistanais dénoncent la poursuite des frappes de drones américains

Les frappes de drones américains restent très controversées au Pakistan
Des leaders pakistanais sont furieux à l’idée que les Etats-Unis entendent poursuivre leur programme controversé de drones contre les sanctuaires présumes des militants liés au réseau terroriste Al-Qaïda au Pakistan. C’est presqu’une guerre perpétuelle, contrairement aux propos du président Barack Obama dans son discours d’investiture, estiment-ils.

Les frappes des drones américains contre des régions pakistanaises proches de l’Afghanistan demeurent controversées et très impopulaires au Pakistan. La semaine dernière, le quotidien Washington Post a rapporté que les autorités américaines ont presque achevé l’élaboration d’un manuel de contreterrorisme qui établirait des règles strictes concernant les assassinats ciblés de militants sous le deuxième mandat du président Obama.

Toutefois, le journal a également cité des officiels non identifiés qui disent qu’avant l’entrée en vigueur des nouvelles directives, il sera permis à l’agence du renseignement, la CIA, d’utiliser les drones pendant encore au moins un an pour tirer des missiles sur des positions présumées des Talibans au Pakistan.

Il s’agit d’une violation de la souveraineté du Pakistan et ces mesures sont contreproductives dans la lutte contre le terrorisme, a déclaré la chef de la diplomatie pakistanaise, Hina Rabbani Khar, aux sénateurs de son pays.

Rappelant que les Etats-Unis recherchent activement la coopération du Pakistan dans la promotion de la paix en Afghanistan, pour permettre le retrait des troupes de l’Otan de ce pays, le président de la Commission de la défense du Sénat pakistanais, Mushahid Hussain, qui a dit que l’utilisation continue des drones pourraient nuire aux relations bilatérales entre Washington et Islamabad.

« Cela va aussi à l’encontre de la promesse du président Barack Hussein Obama dans son discours d’investiture, lorsqu’il a dit que les Etats-Unis ne peuvent plus se permettre une guerre perpétuelle » fait valoir M. Hussain. « Mais ce qu’il prescrit au Pakistan est proche d’une guerre perpétuelle à l’aide de drones », a souligné le président de la Commission de la défense du Sénat pakistanais, avertissant que cela ne manquera pas de promouvoir de l’antiaméricanisme chez les Pakistanais.

Les autorités américaines soutiennent, de leur côté, que les frappes des drones sont un outil efficace ayant permis de perturber le réseau Al-Qaïda.

De nouvelles réalités sur le terrain pourraient amener Washington à être plus attentif aux réserves émises par Islamabad au sujet de l’utilisation des drones, prédit le sénateur Hussain.

« Les Etats-Unis vont s’appuyer beaucoup plus sur le Pakistan, le gouvernement pakistanais, les forces armées et les forces de sécurité pakistanaises pour faciliter un retrait en douceur de l’Afghanistan », dit-il, ajoutant que dans un tel contexte, Islamabad a plus de moyens d’amener Washington à considérer le point de vue pakistanais.

Les Etats-Unis ont mené des centaines de raids par drones aériens dans les zones tribales du Pakistan, ou se sont réfugiés les militants d’Al-Qaïda et des Talibans ayant fui l’Afghanistan. Il reste difficile d’évaluer l’impact des drones, mais selon des ONG indépendantes qui suivent ce dossier, jusqu’à 3.300 personnes, y compris plusieurs centaines de civils, auraient péri dans ces raids.

Pour son second mandat, Obama fait « une déclaration de conscience »

Le Président Barack Obama et la Prémière Dame Michelle Obama, 21 jan., 2013.

Dans son discours d’investiture ce lundi, le président Barack Obama a, tout d’abord, réaffirmé les idéaux de liberté et d’égalité inscrits dans la Déclaration d’indépendance des États-Unis—il y a plus de deux siècles.

« Aucune Union fondée sur les principes de liberté et d’égalité ne pourrait survivre moitié esclave, moitié libre. Aussi avons-nous redéfini notre identité en prenant l’engagement d’avancer ensemble, » a déclaré le président.

Barack Obama a fait ce que certains commentateurs et historiens de la présidence appellent « une déclaration de conscience » où il a dit ce qu’il croit en tant que leader et homme d’État. Mais il a aussi esquissé les grandes lignes de son agenda pour ces quatre prochaines années.

La parade de la cérémonie d'investiture.
La parade de la cérémonie d'investiture.

“Nous avons toujours compris que nous devons changer avec le temps; que la fidélité à nos principes fondamentaux requiert des réponses nouvelles à des défis nouveaux ; que pour préserver nos libertés individuelles, il nous faut en fin de compte agir collectivement », a déclaré Barack Obama.

Dans un pays où les dissensions entre Démocrates et Républicains tiennent souvent le haut du pavé, M. Obama a lancé un appel à l’unité, afin de faire face aux défis actuels.
“Cette génération d'Américains a été testée par des crises qui ont aguerris et prouvé notre résilience. Une décennie de guerre tire à sa fin. Une relance économique a commencé. Les possibilités de l’Amérique sont sans limite, car nous possédons toutes les qualités que réclame ce monde sans frontières : jeunesse et fougue ; diversité et esprit d’ouverture ; une capacité sans fin pour le risque et un don pour réinventer. Mes chers compatriotes, nous sommes faits pour ce moment et nous allons le saisir, pourvu que nous le fassions ensemble. »

Le second discours d’investiture du président Barack Obama est vu par certains comme un plaidoyer en faveur de l’égalité.
“Nous, le peuple américain, croyons encore que chaque citoyen a droit à un minimum de sécurité et de dignité. Nous devons faire les choix difficiles qui s’imposent, pour réduire le coût des soins de santé et notre déficit budgétaire. Mais nous rejetons la pensée selon laquelle les Etats-Unis doivent choisir entre prendre soin de la génération qui a construit ce pays et investir dans celle qui bâtira son avenir. »

Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:00 0:00
Télécharger

Obama : cérémonie d’investiture publique ce lundi

Le président Obama a prêté serment en privé à la Maison Blanche.

Le président a déjà prêté serment dimanche 20 janvier, conformément à la constitution américaine

Le président Barack Obama va de nouveau prêter serment ce lundi dans une cérémonie publique pour son second mandat, entamé en réalité dimanche. En effet, selon la constitution des Etats-Unis, c’est le 20 janvier que commence le mandat présidentiel, mais puisque cette date tombe un dimanche cette année, M. Obama et son vice-président Joe Biden ont prêté serment en privé dimanche.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le président s’était joint au vice-président Biden pour la cérémonie traditionnelle de dépôt de gerbe à la Tombe des Soldats Inconnus au Cimetière militaire national d’Arlington.

On ne s’attend pas à ce que la cérémonie attire autant les foules que la première investiture de M. Obama. En 2009, près de deux millions de personnes avaient envahi le Mall, la grande esplanade du centre de Washington, pour assister à cet événement historique : la prestation de serment du premier président africain-américain des Etats-Unis. Cette année, on prévoit la présence de quelque 800 000 personnes.

Boeing suspend la livraison des Dreamliners

Des passagers quittant le Boeing 787 Dreamliner immobilisé suite à un problème de batterie au lithium-ion
Le géant américain de l’aéronautique, Boeing, a interrompu les livraisons de ses appareils 787, surnommés Dreamliners. Une décision prise alors que des experts de la sécurité annonçaient vendredi que les incendies qui se sont récemment déclarés sur deux de ces avions ont probablement été causés par la surcharge des batteries au lithium-ion.

Le fabriquant d’avion affirme qu'il continuera à construire le 787 Dreamliner pendant que les vérifications se poursuivent. Un appareil de la All Nippon Airways (ANA) a été forcé de faire un atterrissage d'urgence au Japon mercredi après ses pilotes eurent détecté une odeur de brûlé dans le cockpit.

Un enquêteur a déclaré vendredi que l’intérieur de la batterie, détruit par les flammes, semblait avoir été soumis à une tension supérieure à la limite prévue. Un problème similaire avait été détecté sur une batterie dans un Boeing 787 de Japan Airlines (JA) stationné à l’aéroport international Logan de Boston début janvier.

Ce problème de batterie a incité l'Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) à suspendre temporairement les vols de tous les 787 exploités par des sociétés aériennes américaines. Au Japon, en Inde, en Europe et au Qatar , les autorités régulatrices ont immédiatement emboité le pas à la FAA, jusqu'à ce que le problème soit résolu.

Voir plus

XS
SM
MD
LG