Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Boeing suspend la livraison des Dreamliners

Des passagers quittant le Boeing 787 Dreamliner immobilisé suite à un problème de batterie au lithium-ion
Le géant américain de l’aéronautique, Boeing, a interrompu les livraisons de ses appareils 787, surnommés Dreamliners. Une décision prise alors que des experts de la sécurité annonçaient vendredi que les incendies qui se sont récemment déclarés sur deux de ces avions ont probablement été causés par la surcharge des batteries au lithium-ion.

Le fabriquant d’avion affirme qu'il continuera à construire le 787 Dreamliner pendant que les vérifications se poursuivent. Un appareil de la All Nippon Airways (ANA) a été forcé de faire un atterrissage d'urgence au Japon mercredi après ses pilotes eurent détecté une odeur de brûlé dans le cockpit.

Un enquêteur a déclaré vendredi que l’intérieur de la batterie, détruit par les flammes, semblait avoir été soumis à une tension supérieure à la limite prévue. Un problème similaire avait été détecté sur une batterie dans un Boeing 787 de Japan Airlines (JA) stationné à l’aéroport international Logan de Boston début janvier.

Ce problème de batterie a incité l'Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) à suspendre temporairement les vols de tous les 787 exploités par des sociétés aériennes américaines. Au Japon, en Inde, en Europe et au Qatar , les autorités régulatrices ont immédiatement emboité le pas à la FAA, jusqu'à ce que le problème soit résolu.

USA : Investiture du président Barack Obama lundi 21 janvier

Le président américain Barack Obama
Des centaines de milliers de personnes sont attendues à Washington pour assister à la seconde investiture du président Barack Obama. Il doit prêter serment, publiquement, lundi 21 janvier, le jour de commémoration de Martin Luther King.

La cérémonie débute samedi par une Journée de service national, en hommage à la mémoire du leader du mouvement des droits civiques, qui a été assassiné le 4 avril 1968 à Memphis.

Pour l’occasion, le président Obama a demandé à ses concitoyens de participer à des projets contribuant à l’amélioration de leurs communautés.

"Il y a tellement de problèmes, et beaucoup de personnes continuent de se débattre face aux grandes difficultés économiques et autres. Donner un peu de son temps et de soi-même, vous remonte vraiment le moral », estime Stephanie Garlick, qui travaille dans une banque alimentaire de la région de Washington.

Elle fait partie de quelques 18.000 bénévoles distribuant des vivres à un demi-million d’enfants, personnes âgées et mères célibataires. Grace à leur travail, leur agence économise plus de deux millions de dollars quant à son budget de fonctionnement.

"Nous travaillons 7 jours sur 7 avec eux, essentiellement pour récupérer les dons en vivres. C’est surtout dans ce domaine que nous avons le plus besoin de bénévoles », a dit à la VOA Matt Crawford, en charge des bénévoles.

Avant son assassinat en 1968, le Pasteur King menait ce qu’il avait appelé “la Campagne des gens pauvres”, un effort pour réduire la pauvreté et la faim aux Etats-Unis.

Nancy Roman, présidente de la « Capital Area Food Bank », en a appelé à la générosité de tous. " Je remercie le président Obama pour son appel, auquel nous nous joignons avec fierté. Mais nous avons vraiment besoin du concours des gens et de la société civile, parce qu’il s’agit-là d’un gros problème, et ce n’est qu’en serrant les coudes que nous allons accroitre nos chances de mettre un terme à la faim », a-t-elle reconnu.

Pour Francine Blake de l’association “Delta Sorority Sisters” - la plus importante organisation de femmes afro-américaines qui compte pas moins de 260.000 membres - le bénévolat est un engagement pour la vie.

"Nous servons la communauté, non seulement au niveau local et national, mais aussi au niveau international. Nous avons maintenant donné des bourses à des millions de jeunes femmes, et aussi à des garçons", a dit à la VOA Francine Blake.

Armstrong admet s’être dopé pour la première fois

La confession était attendue. L'ancien champion cycliste américain a confirmé à Oprah Winfrey ce que tout le monde soupçonnait depuis des années.

Plusieurs fois, Lance Armstrong a répondu «oui» aux questions de l'animatrice : vous êtes-vous dopé ? "Oui". Avez-vous pris de l'EPO ? "Oui." Des transfusions sanguines ? "Oui." D'autres produits comme de l'hormone de croissance : "Yes." Pendant les sept Tours de France que vous avez gagnés ? "Oui."

Quelques heures auparavant, le Comité international olympique a demandé à l'ancien cycliste américain de rendre sa médaille de bronze du contre-la-montre des JO 2000.

Obama propose des mesures concrètes pour lutter contre la violence armée aux Etats-Unis

Le président Barack Obama a annoncé mercredi son plan d'action pour empêcher d'autres tueries aux Etats-Unis
Le président Barack Obama a fait mercredi des propositions qualifiées de « concrètes » pour juguler la violence armée dans le pays. Ces propositions sont fondées sur les recommandations de son vice-président, Joe Biden, qu’il avait chargé d’étudier la question et de rencontrer divers groupes impliqués dans le grand débat sur le contrôle des armes à feu, après le massacre du mois dernier dans l’école de Sandy Hook, qui avait coûté la vie à 20 enfants et 6 adultes à Newtown, dans l’Etat de Connecticut.

Le plan inclut des mesures qui nécessiteront leur approbation par le Congrès, ainsi que d’autres qu’il peut lui-même prendre par décret. M. Obama a proposé une interdiction des fusils d’assaut, des vérifications plus strictes sur les antécédents de ceux et celles qui achètent des armes, et de plus grands efforts pour renforcer les services de santé mentale. Le chef de l’exécutif ne se fait aucune illusion sur le combat qu’il va devoir livrer au sein d’un Congrès fort divisé sur la question des armes.

Déjà, lundi, il avait déclaré que « les législateurs devront faire leur propre examen conscience », et qu’il va en ce qui le concerne « proposer des réponses qui mettent de côté la politique politicienne ». Il a annoncé ses propositions lors d’une intervention à la Maison Blanche, en présence des familles de victimes de la tuerie de l'école primaire et d’enfants qui lui avaient écrit après ce drame.

Le président a dit que ce jour-là était le pire de sa présidence, et il a averti que les générations futures se souviendront de ce que les parlementaires feront, ou ne feront pas. « C’est de cette façon que nous serons jugés, et les voix de ces enfants devraient nous forcer à changer », a-t-il dit.

Après son allocution, le président a signé 23 mesures réglementaires destinées à lutter contre la violence due aux armes, et a appelé le Congrès à interdire les armes d'assaut et les chargeurs de plus de dix balles.

« Nous ne pouvons plus retarder » une action sur le contrôle de la circulation des armes, a-t-il fait valoir. LE président a souligné que le fait d’assurer la sécurité des enfants est « notre première tâche, en tant que société ». « Faisons ce qui est correct. Faisons ce qui est bon pour eux, et pour ce pays que nous aimons tant », a souligné M. Obama, en ajoutant que même si « une seule vie peut être sauvée par la réduction de la violence armée, c’est une obligation pour le pays d’essayer ».

Mardi, la National Rifle Association (NRA), soit le plus puissant lobby pro-armes des Etats-Unis, a lancé une campagne publicitaire pour attaquer, avant même qu’elles ne soient dévoilées, les propositions du président. Dans les publicités en question, la NRA a qualifié M. Obama « d’élitiste hypocrite » pour avoir permis que ses filles soient protégées par des agents de sécurité armés, pendant qu’il rejette une proposition sur le stationnement de gardes armés dans chaque école.

L’initiative de M. Obama est intervenue 24 heures après que l’Etat de New York soit devenu le premier, dans la nation américaine, à imposer des mesures draconiennes de contrôle des armes.

Cette loi élargit, de son côté, l’interdiction des fusils d’assaut dans l’Etat de New York, et exige des vérifications préliminaires sur les antécédents de toute personne tentant d’acheter des munitions. Elle impose aussi des limites sur le nombre de balles dans les chargeurs, et inclut des clauses pour éviter que les personnes souffrant de troubles mentaux aient accès à des armes à feu.

Dans un communiqué, la NRA a dit que « de tels projets de contrôle des armes n’ont fait qu’échouer dans le passé, et qu’ils n’auront aucun impact sur la sécurité publique et la criminalité ».

Selon un certain nombre de sondages d’opinion publique, beaucoup d’Américains semblent plus ouverts maintenant à des restrictions gouvernementales plus draconiennes sur les armes à feu. Et un sondage « Associated Press-GfK » a révélé qu’une majorité d’Américains est favorable à une interdiction des fusils d’assaut, tandis que 84% pensent qu’il faut vérifier les antécédents des acheteurs d’armes. Un sondage du Pew Research Center offre des conclusions similaires.

Obama désigne son nouveau secrétaire au Trésor

Le nouveau secrétaire américain au Trésor, Jack Lew
Remaniement en cours au sein de l’administration américaine alors que Barack Obama va bientôt prêter serment pour un second mandat. Le président recompose son équipe et c’est dans ce cadre que Timothy Geithner va quitter le department du Trésor. Son successeur a été nommé jeudi en la personne de Jack Lew, l’actuel secrétaire général de la Maison-Blanche

Lors de sa prise de fonction il y a 4 ans, M. Geithner avait été confronté à la hausse du chômage alors que la bourse et le marché de l’immobilier étaient sur le point de s’effondrer. Le nouveau secrétaire au Trésor avait à l’époque fait injecter 700 milliards de dollars pour soutenir les grandes banques américaines et rassurer les investisseurs et les consommateurs.

En dépit des critiques, ce plan a fonctionné estime l’économiste Desmond Lachman. « Le pays faisait face à une grande crise, beaucoup pensaient qu’on allait vers une dépression. Il a réussi à stabiliser la situation » déclare l’économiste. Néanmoins, M. Lachman et d’autres affirment que M. Geithner n’a pas fait assez pour améliorer la reprise de l’économie. « Il a favorisé trop souvent Wall Street et les riches investisseurs au détriment de la rue, de gens normaux », ajoute M. Lachman.

Sarah Anderson de l’Institut des affaires politiques espère que le prochain secrétaire au Trésor aura une approche différente. « Il faudra surveiller trois choses : vont-ils être plus agressifs pour contrôler Wall Street ? Vont-ils aider davantage les propriétaires qui risquent de perdre leurs maisons ? Seront-ils très pointilleux sur la réduction du déficit ou vont-ils aider l’économie avant de réduire le déficit ? » s’interroge Mme Anderson.

M. Lew a commencé sa carrière comme assistant parlementaire en 1973 avant d’occuper différents postes importants en matière budgétaire sous les présidents Clinton et Obama. Il a aussi été banquier d’affaires

M. Lew a la réputation d’être un négociateur tenace qui a une bonne compréhension du budget américain. Ce qui lui sera certainement utile au cours des prochains mois, le Congrès et la Maison Blanche se préparant à s’affronter une fois de plus sur le déficit et le plafond de la dette du pays.

Voir plus

XS
SM
MD
LG