Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Obama propose des mesures concrètes pour lutter contre la violence armée aux Etats-Unis

Le président Barack Obama a annoncé mercredi son plan d'action pour empêcher d'autres tueries aux Etats-Unis
Le président Barack Obama a fait mercredi des propositions qualifiées de « concrètes » pour juguler la violence armée dans le pays. Ces propositions sont fondées sur les recommandations de son vice-président, Joe Biden, qu’il avait chargé d’étudier la question et de rencontrer divers groupes impliqués dans le grand débat sur le contrôle des armes à feu, après le massacre du mois dernier dans l’école de Sandy Hook, qui avait coûté la vie à 20 enfants et 6 adultes à Newtown, dans l’Etat de Connecticut.

Le plan inclut des mesures qui nécessiteront leur approbation par le Congrès, ainsi que d’autres qu’il peut lui-même prendre par décret. M. Obama a proposé une interdiction des fusils d’assaut, des vérifications plus strictes sur les antécédents de ceux et celles qui achètent des armes, et de plus grands efforts pour renforcer les services de santé mentale. Le chef de l’exécutif ne se fait aucune illusion sur le combat qu’il va devoir livrer au sein d’un Congrès fort divisé sur la question des armes.

Déjà, lundi, il avait déclaré que « les législateurs devront faire leur propre examen conscience », et qu’il va en ce qui le concerne « proposer des réponses qui mettent de côté la politique politicienne ». Il a annoncé ses propositions lors d’une intervention à la Maison Blanche, en présence des familles de victimes de la tuerie de l'école primaire et d’enfants qui lui avaient écrit après ce drame.

Le président a dit que ce jour-là était le pire de sa présidence, et il a averti que les générations futures se souviendront de ce que les parlementaires feront, ou ne feront pas. « C’est de cette façon que nous serons jugés, et les voix de ces enfants devraient nous forcer à changer », a-t-il dit.

Après son allocution, le président a signé 23 mesures réglementaires destinées à lutter contre la violence due aux armes, et a appelé le Congrès à interdire les armes d'assaut et les chargeurs de plus de dix balles.

« Nous ne pouvons plus retarder » une action sur le contrôle de la circulation des armes, a-t-il fait valoir. LE président a souligné que le fait d’assurer la sécurité des enfants est « notre première tâche, en tant que société ». « Faisons ce qui est correct. Faisons ce qui est bon pour eux, et pour ce pays que nous aimons tant », a souligné M. Obama, en ajoutant que même si « une seule vie peut être sauvée par la réduction de la violence armée, c’est une obligation pour le pays d’essayer ».

Mardi, la National Rifle Association (NRA), soit le plus puissant lobby pro-armes des Etats-Unis, a lancé une campagne publicitaire pour attaquer, avant même qu’elles ne soient dévoilées, les propositions du président. Dans les publicités en question, la NRA a qualifié M. Obama « d’élitiste hypocrite » pour avoir permis que ses filles soient protégées par des agents de sécurité armés, pendant qu’il rejette une proposition sur le stationnement de gardes armés dans chaque école.

L’initiative de M. Obama est intervenue 24 heures après que l’Etat de New York soit devenu le premier, dans la nation américaine, à imposer des mesures draconiennes de contrôle des armes.

Cette loi élargit, de son côté, l’interdiction des fusils d’assaut dans l’Etat de New York, et exige des vérifications préliminaires sur les antécédents de toute personne tentant d’acheter des munitions. Elle impose aussi des limites sur le nombre de balles dans les chargeurs, et inclut des clauses pour éviter que les personnes souffrant de troubles mentaux aient accès à des armes à feu.

Dans un communiqué, la NRA a dit que « de tels projets de contrôle des armes n’ont fait qu’échouer dans le passé, et qu’ils n’auront aucun impact sur la sécurité publique et la criminalité ».

Selon un certain nombre de sondages d’opinion publique, beaucoup d’Américains semblent plus ouverts maintenant à des restrictions gouvernementales plus draconiennes sur les armes à feu. Et un sondage « Associated Press-GfK » a révélé qu’une majorité d’Américains est favorable à une interdiction des fusils d’assaut, tandis que 84% pensent qu’il faut vérifier les antécédents des acheteurs d’armes. Un sondage du Pew Research Center offre des conclusions similaires.

Obama désigne son nouveau secrétaire au Trésor

Le nouveau secrétaire américain au Trésor, Jack Lew
Remaniement en cours au sein de l’administration américaine alors que Barack Obama va bientôt prêter serment pour un second mandat. Le président recompose son équipe et c’est dans ce cadre que Timothy Geithner va quitter le department du Trésor. Son successeur a été nommé jeudi en la personne de Jack Lew, l’actuel secrétaire général de la Maison-Blanche

Lors de sa prise de fonction il y a 4 ans, M. Geithner avait été confronté à la hausse du chômage alors que la bourse et le marché de l’immobilier étaient sur le point de s’effondrer. Le nouveau secrétaire au Trésor avait à l’époque fait injecter 700 milliards de dollars pour soutenir les grandes banques américaines et rassurer les investisseurs et les consommateurs.

En dépit des critiques, ce plan a fonctionné estime l’économiste Desmond Lachman. « Le pays faisait face à une grande crise, beaucoup pensaient qu’on allait vers une dépression. Il a réussi à stabiliser la situation » déclare l’économiste. Néanmoins, M. Lachman et d’autres affirment que M. Geithner n’a pas fait assez pour améliorer la reprise de l’économie. « Il a favorisé trop souvent Wall Street et les riches investisseurs au détriment de la rue, de gens normaux », ajoute M. Lachman.

Sarah Anderson de l’Institut des affaires politiques espère que le prochain secrétaire au Trésor aura une approche différente. « Il faudra surveiller trois choses : vont-ils être plus agressifs pour contrôler Wall Street ? Vont-ils aider davantage les propriétaires qui risquent de perdre leurs maisons ? Seront-ils très pointilleux sur la réduction du déficit ou vont-ils aider l’économie avant de réduire le déficit ? » s’interroge Mme Anderson.

M. Lew a commencé sa carrière comme assistant parlementaire en 1973 avant d’occuper différents postes importants en matière budgétaire sous les présidents Clinton et Obama. Il a aussi été banquier d’affaires

M. Lew a la réputation d’être un négociateur tenace qui a une bonne compréhension du budget américain. Ce qui lui sera certainement utile au cours des prochains mois, le Congrès et la Maison Blanche se préparant à s’affronter une fois de plus sur le déficit et le plafond de la dette du pays.

Un tireur de 16 ans fait deux blessés dans une école de Californie

Le blessé grave, en train d'être évacué jeudi après une nouvelle tuerie dans une école de Californie
Un élève de 16 ans armé d'un fusil de chasse a ouvert le feu dans une salle de classe en Californie jeudi, blessant grièvement l'un de ses camarades. Un autre élève a été légèrement blessé. Une tragédie qui a rappelé l'urgence d'un débat national sur la violence armée aux Etats-Unis.

Selon la police, un professeur et un administrateur de cette école secondaire de la ville de Taft, à environ 200 kilomètres au nord de Los Angeles, ont convaincu le tireur de déposer son arme, ce qui a permis aux élèves de quitter la salle de classe. Le suspect, âgé de 16 ans, a été arrêté.

L’incident a eu lieu moins d'un mois après que 20 enfants et six adultes eurent été tués lors d'une fusillade dans une école élémentaire du Connecticut, un massacre qui a suscité un intense débat sur le contrôle des armes à feu.

Le vice-président Joe Biden, qui dirige un groupe de travail sur la réduction de la violence, s’est réuni jeudi avec un représentant du puissant lobby américain des armes à feu, la National Rifle Association (NRA). Au terme de la rencontre, la NRA a publié un communiqué dans laquelle elle a eu des mots durs pour le vice-président, l’accusant de chercher davantage à éliminer les droits au port d’armes, plutôt que de protéger les élèves. La Maison Blanche s’est abstenue de tout commentaire.

En début de journée jeudi, M. Biden a déclaré qu'il remettra au président Barack Obama ses recommandations sur la politique à suivre mardi prochain, et qu’elles incluront probablement la vérification des antécédents pour tous les acheteurs d'armes à feu et une limite sur les chargeurs de munitions de grande capacité.

Nette hausse de la production de pétrole aux Etats-Unis

Grâce aux avancées technologiques, les Etats-Unis vont redevenir une grande puissance pétrolière
Selon le département américain de l'Énergie (DoE), la production de pétrole des Etats-Unis vient de dépasser les 7 millions de barils par jour pour la première fois en 20 ans.

Le rapport hebdomadaire ministère fait état d'une augmentation de 1,1 million de barils par rapport à la semaine correspondante en 2012. Ce bond est attribué à l'amélioration des techniques d’exploration et de forage.

De son côté, l’organisme chargés des statistiques au sein du département de l’Energie a prédit dans un autre rapport que la production américaine de pétrole brut connaitra cette année sa hausse la plus importante jamais enregistrée.

En 2013, les Etats-Unis produiront en moyenne 7,3 millions de barils par jour, et 7,9 millions en 2014. Ce qui, selon les analystes, reflète les progrès dans les technologies de forage horizontal et la fracturation hydraulique, des avancées qui ont transformé le marché de l'énergie au cours des 5 dernières années.

A Paris, l’Agence Internationale de l'Energie (AIE) a déclaré en novembre que la production de pétrole des Etats-Unis dépassera celle de l'Arabie saoudite dès 2020.

Un terroriste présumé plaide non coupable à New York

Abid Naseer (à g.) accompagné de son avocat Steven Brounstein (centre), devant le juge Raymond Dearie lundi à New York
Un Pakistanais accusé dans le cadre d’un complot présumé d'Al-Qaïda pour mener des attentats terroristes à la bombe à New York, aux Etats-Unis, et à Manchester, en Grande-Bretagne, a plaidé non coupable lundi.

Abid Naseer, 26 ans, comparaissait devant un tribunal fédéral de Brooklyn, à New York. Il a été extradé de Grande-Bretagne aux Etats-Unis la semaine dernière. Le juge lui a ordonné de rester en prison au moins jusqu'à sa prochaine audience prévue en mars.

La Cour européenne des droits de l'homme avait rejeté l'appel interjeté par Naseer pour empêcher son extradition aux États-Unis. Naseer avait fait valoir qu'il pourrait être transféré au Pakistan, où il serait torturé.

Voir plus

XS
SM
MD
LG