Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Nigeria : au moins 30 morts dans un attentat contre le marché d’une caserne d’Abuja

Un soldat près d’une ambulance évacuant les blessés de l’attentat

Les autorités nigérianes ont fait état de l’explosion d’une bombe dans un marché situé à l’intérieur d’une caserne d’Abuja.

Selon la télévision nigériane, au moins 30 personnes ont péri dans l’explosion, un bilan que la police n’a pas confirmé.

L’attentat a eu lieu dans le marché alors que les gens y mangeaient et buvaient en célébration du Nouvel An. Il n’a pas été revendiqué.

Le président Goodluck Jonathan a accusé les islamistes du groupe Boko Haram d’en être responsables.

Ce groupe avait revendiqué la responsabilité des attentats de la nuit de Noël à Jos, dans le centre du pays, et contre plusieurs églises de Maiduguri, dans le Nord-est du pays.

Abuja avait été secoué des attentats à la voiture piégée lors des célébrations du cinquantenaire de l’indépendance en octobre dernier. Des militants de la région pétrolièrre du delta du Niger en avaient revendiqué la responsabilité.

Egypte: Hosni Moubarak exhorte ses compatriotes à dénoncer le terrorisme suite à l’attentat contre une église d’Alexandrie

Les services de secours et de sécurité à l’œuvre après l’attentat

Le président égyptien Hosni Moubarak a appelé des Egyptiens de toutes les confessions religieuses à s’élever contre ce qu’il a appelé des actes de terrorisme suite à l’attentat qui a tué au moins 21 personnes dans une église copte d’Alexandrie, samedi à l'aube. Plusieurs autres personnes ont été blessées.

M. Moubarak a adressé ses condoléances aux familles des victimes.

L’attentat a eu lieu peu après le Nouvel An. Des fidèles étaient rassemblées dans l’église pour une messe lorsqu’un véhicule garé en face de l’édifice a explosé.

L’attentat n’a pas été revendiqué, qui intervient après une série de heurts entre chrétiens et musulmans.

Un groupe lié à Al Qaïda avait revendiqué les précédentes attaques, disant qu’elles étaient en représailles à la prise en otage, par des chrétiens, de deux femmes chrétiennes qui se seraint converties à l’islam.

Côte d’Ivoire : Ouattara et Gbabgo ignorent les ultimatums

Le récent séjour des émissaires de la CEDEAO à Abidjan n’a rien donné

L’année 2011 débute en Côte d’Ivoire sous le signe d'une impasse persistante. Le pays compte toujours deux présidents, qui ont choisi d’ignorer, chacun en ce qui le concerne, les ultimatums qui leur avaient été adressés l’année dernière.

Le leaders des Jeunes Patriotes, Charle Blé Goudé, ministre de la Jeunesse de Laurent Gbagbo, avait donné à Ouattara jusqu’à samedi pour évacuer le Golf Hotel. Les Jeunes Patriotes, avait-il prévenu, entendaient « libérer » cet établissement hôtelier « à maines nues. »

Le leader des Jeunes Patriotes, Charles Blé Goudé, ministre de la Jeunesse de Gbagbo
Le leader des Jeunes Patriotes, Charles Blé Goudé, ministre de la Jeunesse de Gbagbo

Toutefois, selon Associated Press, aucun partisan de Gbagbo ne s’est pointé au Golf Hotel samedi, et M. Ouattara s’y touve toujours.

De son côté, le président Gbagbo, a ignoré l’ultimatum du Premier ministre de Ouattara, Guillaume Soro, qui lui avait donné jusqu’à vendredi minuit pour quitter le pouvoir. Dans un discours à la nation, vendredi, Laurent Gbagbo a fait savoir qu’il n’entendait pas bouger et a accusé les leaders du monde de fomenter un complot en vue de le renverser.

Des partisans de Ouattara
Des partisans de Ouattara

La communauté internationale a accru ses pressions sur le président sortant dans l’espoir de l’obliger à remettre le pouvoir à Ouattara. Vendredi, l’Union européenne a annoncé avoir pris de nouvelles sanctions contre 59 personnes liées à Gbagbo.

Selon un responsable militaire nigérian, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a discuté d'un possible recours à la force contre le président sortant ivoirien. La force en attente de la sous-région, forte de 6 500 hommes, pourrait être mise à contribution.

Côte d’Ivoire : la CEDEAO a discuté de l’option militaire contre Laurent Gbagbo, a révélé un responsable militaire nigérian

Les émissaires de la CEDEAO discutant avec le président Gbagbo à Abidjan, le 28 décembre

En début de semaine, trois dirigeants de la CEDEAO s’étaient rendus à Abidjan pour rencontrer M. Gbagbo pour lui réitéré, de vive voix, l’ultimatum de l’organisation. La délégation de la CEDEAO doit retourner en Côte d’Ivoire pour y poursuivre les négociations concernant son départ.

Le colonel Mohamed Yerimah affirme que les chefs militaires des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) se sont réunis pour examiner un plan d’action militaire en rapport avec la situation en Côte d’Ivoire. Toutefois, il n’a pas précisé si une telle intervention était imminente, se contentant de dire qu’une réunion de suivi est prévue pour la mi-janvier.

Des Casques bleus à Abidjan
Des Casques bleus à Abidjan

M. Gbagbo refuse de céder le pouvoir à M. Alassane Ouattara, reconnu internationalement comme le vainqueur du second tour de la présidentielle du 28 novembre. Le président sortant conteste de tels résultats et s’en tient, pour sa part, à ceux publiés par le Conseil constitutionnel, qui le donnent vainqueur.

En début de semaine, trois dirigeants de la CEDEAO s’étaient rendus à Abidjan pour rencontrer M. Gbagbo pour lui réitéré, de vive voix, l’ultimatum de l’organisation. La délégation de la CEDEAO doit retourner en Côte d’Ivoire pour y poursuivre les négociations concernant son départ.

Des Nigérians protestant devant l’ambassade de leur pays à Abidjan. Ils redoutent des représailles en cas d’intervention militaire de la CEDEAO
Des Nigérians protestant devant l’ambassade de leur pays à Abidjan. Ils redoutent des représailles en cas d’intervention militaire de la CEDEAO

Vendredi, le Secrétaire britannique au Foreign Office, William Hague, a déclaré à la BBC que la Grande-Bretagne appuierait une intervention militaire entérinée par les Nations Unies si ces négociations échouent.

Jeudi, le Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, avait mis en garde les partisans de M. Gbagbo contre toute attaque contre le Golf Hôtel. Celle-ci risquerait de provoquer des violences à grande échelle qui pourraient rallumer la guerre civile, a souligné M. Ban. Charles Blé Goudé, ministre de la Jeunesse de M. Gbagbo et leader des Jeunes Patriotes, a appelé ses partisans à « libérer à mains nues » l’hôtel qui sert de QG à M. Ouattara et à son gouvernement. Celui-ci est protégé quelques éléments armés des Forces nouvelles et les Casques bleus.

Des éléments armés des Forces nouvelles prés du Golf Hôtel, à Abidjan
Des éléments armés des Forces nouvelles prés du Golf Hôtel, à Abidjan

Alassane Drame Ouattara a, de son côté, appelé à une résolution pacifique de la crise. S’exprimant jeudi, il a regretté le temps perdu et s’est dit impatient de mettre en œuvre des mesures en vue d’améliorer les conditions de vie en milieu rural notamment et de créer des emplois pour les jeunes.

Côte d'Ivoire: la Croix Rouge se mobilise pour les déplacés

La dégradation de la situation en Côte d'Ivoire met en fuite des dizaines de milliers d'Ivoriens

La Croix Rouge Internationale lance un appel aux dons en faveur des personnes qui sont en train de fuir la Côte d’Ivoire. L’organisation humanitaire demande 1,4 million de dollars pour aider les pays voisins, à savoir le Burkina Faso, la Guinée, le Ghana, le Liberia et le Mali, à faire face à cet afflux de réfugiés.

Ces fonds seront destinés à fournir du matériel hygiénique, des abris, des latrines et de l’eau à quelques 45 000 personnes durant six mois. De plus, pour éviter la propagation d’épidémies, l’organisation prévoit un volet d’éducation sur des questions de santé et d’hygiène.

D’après la Croix Rouge de Dakar, au Sénégal le nombre d’Ivoiriens ayant quitte leur pays, est estimé à plus de 15 millions. La plupart d’entre eux se refugient au Liberia. Parmi eux, on retrouve surtout des femmes et des enfants.

Voir plus

XS
SM
MD
LG