Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Zone Euro : examen des déficits portugais et espagnol

Le Commissaire européen aux Affaires économiques et financières Pierre Moscovici au siège de l'UE à Bruxelles, le 28 janvier 2016

Les ministres des Finances se penchent à Bruxelles sur les dérapages budgétaires de ces deux pays. Des amendes "égales à zéro" sont possibles sous réserve de justification.

Mettant en avant "les efforts monstrueux faits par le Portugal ces dernières années", le ministre français des Finances, Michel Sapin, a toutefois estimé que le Portugal "ne méritait pas d'être sanctionné", lors d'un point presse lundi organisé avant son départ pour Bruxelles.

Vendredi, la vice-présidente du gouvernement espagnol Soraya Saenz de Santamaria avait assuré que l'Espagne avait bon espoir qu'une éventuelle sanction de la Commission européenne pour son dérapage budgétaire en 2015 ne déboucherait pas sur une amende.

Ces déclarations, qui laissent à penser que les sanctions pourraient être clémentes, tranchent avec les récentes remarques du ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, prompt à rappeler la vertu budgétaire.

"Le Portugal commettrait une grave erreur s'il ne respecte plus ses engagements", avait-il jugé il y a plus d'une semaine, provoquant la colère de Lisbonne qui avait convoqué l'ambassadeur d'Allemagne au Portugal.

Mardi, les ministres de la zone euro -lors d'une réunion des 28 de l'UE- doivent donner leur aval au constat fait par la Commission européenne jeudi dernier du dérapage budgétaire du Portugal et de l'Espagne.

Plusieurs sources européennes estiment que les grands argentiers entérineront ce constat. "Il n'y a pas eu de respect des objectifs. Là-dessus, c'est assez consensuel", a déclaré l'une de ces sources.

A partir du moment où les ministres auront confirmé le constat de dérapage, le compte à rebours sera lancé: le Portugal et l'Espagne auront alors dix jours pour expliquer pourquoi ils ont laissé filer leurs déficits et comment ils comptent rectifier le tir.

- Amendes 'égales à zéro'? -

La Commission européenne a quant à elle vingt jours pour proposer une amende pouvant aller jusqu'à 0,2% du Produit intérieur brut (PIB). Toutefois, cette dernière peut être réduite ou même annulée "en raison de circonstances économiques exceptionnelles ou si les pays justifient leur dérapage et promettent de mieux faire".

Jeudi, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici n'a pas exclu que "les amendes puissent être égales à zéro", expliquant que "les règles européennes étaient intelligentes".

Dans le cadre de cette échéance de vingt jours, l'exécutif européen "doit aussi proposer la suspension d'une partie des engagements de versements de fonds structurels européens" à partir de 2017.

Selon une source européenne, les fonds concernés pour l'an prochain s'élèvent pour l'Espagne à 1,3 milliard d'euros et pour le Portugal à 500 millions d'euros.

Une autre source européenne met en avant le fait que "Lisbonne et Madrid auront le temps de proposer des solutions puisque le gel porte sur l'année à venir". Et d'insister: "Il n'y a pas de risque qu'un projet déjà en cours soit bloqué".

Une fois que la Commission européenne aura fait ses propositions de sanctions -probablement décidées lors la réunion de tous ses commissaires le 27 juillet-, les ministres des Finances de la zone euro devront à nouveau donner leur feu vert.

Selon une source européenne, ces derniers pourraient opter pour un aval par procédure écrite, sans avoir besoin d'une nouvelle réunion imprévue, en plein été.

En 2015, le déficit public espagnol a atteint 5% du produit intérieur brut (PIB), bien au-delà du seuil du pacte de stabilité (3% du PIB) et des objectifs que lui avait fixés la Commission, à 4,2%.

Il devrait aussi déraper en 2016, alors que l'Espagne n'est pas encore parvenue à former un gouvernement après les élections législatives du 26 juin, précédées de six mois de blocage politique.

Quant au Portugal, il avait affiché un déficit public de 4,4% du PIB l'an passé alors que l'objectif fixé était de repasser sous les 3%. En 2016, il devrait toutefois rentrer dans les clous.

Avec AFP

Toutes les actualités

Moscou suit de près les élections présidentielles américaines

Moscou suit de près les élections présidentielles américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora

Minute Eco: Le Faso lance une plateforme pour les PME de sa diaspora
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19

Confinement dans certains pays européens à cause de la pandémie de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:18 0:00

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC

Les États-Unis s'opposent à la désignation de Ngozi Okonjo Iweala à l'OMC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

L'ouragan Zeta a touché terre près de La Nouvelle-Orléans, en Louisiane

Un panneau de campagne électorale se trouve dans un arbre alors que l'ouragan Zeta balaie la Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis, le 28 octobre 2020.

L'ouragan Zeta a touché terre mercredi après-midi près de La Nouvelle-Orléans,dans l'Etat américain de Louisiane, avec des vents allant jusqu'à 130 km/h, après avoir légèrement perdu en puissance, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Zeta, la 11e tempête portant un nom à frapper les Etats-Unis cette année, un record, a touché terre en temps qu'ouragan de catégorie 2 sur une échelle qui en compte 5 à environ 100 kilomètres au sud de la Nouvelle-Orléans.

Les effets de sept tempêtes ou ouragans se sont fait ressentir, à des degrés divers, en Louisiane, particulièrement affectée cette saison.

Une alerte ouragan a été émise et s'étend sur plus de 300 kilomètres de la ville de Morgan City en Louisiane, jusqu'à la frontière entre le Mississippi et l'Alabama. Des ordres d'évacuation obligatoire ont été émis dans certaines régions côtières.

Outre les vents et les fortes pluies attendues, le NHC a également mis en garde contre les dangers posés par la montée des eaux de la mer: une alerte à la submersion côtière est en place pour toute une partie du littoral, avec une houle attendue à plus de 3 mètres.

Les habitants de La Nouvelle-Orléans, rodés à l'exercice, bouclaient les préparatifs mercredi avant l'arrivée de Zeta: provisions stockées, en prévision des coupures d'eau ou d'électricité, et maisons protégées par des sacs de sable ou du contreplaqué.

"Pour les gens qui habitent ici, ça fait juste partie du fait de vivre ici", a expliqué à l'AFP, Geoff Wallace, 60 ans. "Ce qui a de bien avec celui-là, c'est qu'il bouge vite."

Zeta se déplace en effet à une vitesse de 40 km/h, ce qui diminue les risques d'inondation sur La Nouvelle-Orléans. Cette dernière reste encore traumatisée par le passage de l'ouragan Katrina en 2005 qui avait eu le temps d'inonder 80% de la ville et de provoquer environ 1.500 décès en Louisiane.

"Il semble assez clair maintenant que Zeta frappera directement La Nouvelle Orléans. Finissez de vous préparer ce matin", a tweeté dans la matinée la maire de la ville, LaToya Cantrell. "Assurez-vous que vous avez de l'eau, de la nourriture et des médicaments pour tous les membres de votre foyer."

Le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards a pour sa part appelé les gens à rester chez eux, ajoutant sur Twitter que si "aujourd'hui a été dur, nous continuons à subir Zeta, chacun doit rester à l'écoute des consignes locales et suivre les couvre-feux là où ils sont déclarés".

Lors d'une interview radio, le gouverneur a précisé que 500.000 foyers étaient déjà privés d'électricité, donc 78% de la Nouvelle-Orléans, où son emblématique quartier Français a été totalement déserté.

Certaines zones côtières, particulièrement touchés, ont déclaré le couvre-feu.

Le président Donald Trump a approuvé mardi soir la déclaration d'état d'urgence pour la Louisiane, permettant de débloquer des moyens fédéraux, a annoncé la Maison Blanche.

L'ouragan Zeta, qui s'était formé sur la mer des caraïbes, avait touché terre lundi soir dans les environs de Ciudad Chemuyil, dans l'Etat de Quintano Roo au Mexique. Son passage n'y a pas fait de victimes, selon son gouverneur. Il avait ensuite été rétrogradé en tempête tropicale avant de reprendre de la puissance et de toucher les Etats-Unis.

La saison des ouragans, qui n'est pas encore terminée, est particulièrement intense cette année. A cause de l'épuisement de la liste des noms latins prévus, les météorologues ont commencé à les identifier avec l'alphabet grec.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques, qui prévoient une augmentation de la proportion de cyclones de catégorie 4 et 5, les plus destructrices.

Voir plus

XS
SM
MD
LG