Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

La croissance américaine repasse sous la barre des 3% au quatrième trimestre


Des conteneurs attendent d'être déchargés au port de Baltimore aux Etats-Unis.

La croissance américaine est repassée sous la barre des 3% au 4e trimestre, décevant les analystes, mais confirmant une meilleure performance sur l'ensemble de 2017 pour la première année de Donald Trump à la Maison Blanche.

Le Produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a avancé en rythme annuel de 2,6% au quatrième trimestre après +3,2% au troisième, selon les chiffres du département du Commerce vendredi. Les analystes misaient sur 2,9%.

Pour 2017, l'expansion fait mieux avec 2,3% qu'en 2016 (+1,5%) mais moins bien qu'en 2015 (+2,9%).


L'administration Trump affirme pouvoir doper la croissance du PIB de la première économie mondiale au-dessus de 3%, ce qui a été le cas aux deuxième et troisième trimestres.

C'est la consommation (+3,8%) qui a tiré l'expansion au dernier trimestre, sans doute encouragée par les perspectives de baisses d'impôts adoptées et par l'optimisme de la Bourse.

Les ménages ont largement dépensé dans les biens (+8,2%), soit la plus forte progression d'achats en quatorze ans.

Les achats de biens durables (voitures, télévisions, réfrigérateurs par exemple) ont accéléré de 14,2%, le rythme le plus fort depuis 2009.

>> Pour en savoir plus : Wall Street marche sur un nuage depuis l'élection de Trump

Mais cette vigueur de la consommation a un revers : les importations ont bondi. Celles-ci, qui sont déduites du PIB, ont accéléré de 13,9%, une progression inédite depuis sept ans. Elles avaient reculé de 0,7% au trimestre précédent.

Cette forte hausse des importations a été très partiellement compensée par un progrès des exportations (+6,9%).

L'autre pendant d'une consommation vigoureuse est l'évolution négative des stocks qui représente un coût pour le PIB, puisque ce sont autant d'articles qui ne sont pas produits.

D'octobre à décembre, les industriels, qui avaient accumulé des marchandises au trimestre d'auparavant dans la perspective des ventes de fin d'année, ont préféré déstocker plutôt que fabriquer davantage. La diminution de ces stocks a coûté 0,67 point de croissance au dernier trimestre.

Point positif du côté des entreprises, les investissements ont gagné 6,8%, portés par les dépenses d'équipements (+11,4%) qui signent leur plus forte progression depuis trois ans.

Le marché immobilier, qui était tombé dans le rouge les deux trimestres précédents, a repris de la vigueur (+11,6%). Sur l'année, il n'a avancé que de 1,7%, la plus faible progression depuis 2011. Il avait gagné 5,5% en 2016 et 10,2% en 2015.

Les dépenses publiques ont nettement participé à la croissance, affichant une hausse de 3%, inédite depuis 2015 et tirée au dernier trimestre par les investissements dans la défense. Ceux-ci ont gonflé de 6%, signant la plus forte avancée depuis six ans.

Ces chiffres doivent encore faire l'objet de deux révisions.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG