Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Robin Williams souffrait de démence, selon sa veuve

Robin Williams, le légendaire acteur américain

La veuve du légendaire acteur qui a mis fin à ses jours l'an dernier a indiqué qu’il ne souffrait pas de la maladie de Parkinson mais d'une forme de démence.

Selon la veuve Susan Schneider, l'inoubliable acteur du "Cercle des poètes disparus" ou de "Madame Doubtfire" avait commencé à perdre la raison.

Le légendaire acteur avait mis fin à ses jours l'an dernier.

Susan Schneider affirme que son défunt mari, était atteint de démence à corps de Lewy, maladie neurodégénérative qui provoque de violents changements d'humeur et des hallucinations, caractéristiques partagées avec les maladies de Parkinson et d'Alzheimer.

Quelques jours après la mort tragique du comédien, qui s'est suicidé chez lui le 11 août 2014 à l'âge de 63 ans, son épouse avait révélé qu'il luttait contre la maladie de Parkinson, la dépression et l'anxiété.

Susan Schneider a déclaré à la revue People que "ce n'est pas la dépression qui a tué Robin. La dépression est l'un des, disons, cinquante symptômes" dont il faisait l'objet et "c'était l'un des plus minimes".

Les premiers signes sont apparus à partir de novembre 2013, "comme des boules de flipper, on ne savait plus où regarder", poursuit Mme Schneider, qui s'est exprimée simultanément dans plusieurs médias américains.

Avec AFP

Toutes les actualités

Biden, choix de la raison des démocrates pour battre Trump

Le Vice-président sortant américain Joe Biden tient sa femme qui l’a rejoint sur le podium après son discours à la Convention nationale démocrate à Philadelphie, 27 juillet 2016.

Six femmes, trois Noirs et une dizaine de jeunes candidats démocrates se présentent à la présidentielle américaines de 2020. Mais Denise Haley parie sur le vétéran septuagénaire de la politique Joe Biden pour battre Donald Trump en 2020.

Il peut "nous rassembler", espère-t-elle, faisant écho à une opinion assez partagée chez les électeurs démocrates qui offrent une bonne avance dans les sondages de ce début de course à l'ancien vice-président américain, âgé de 76 ans, face à ses plus de 20 concurrents.

Venue assister à Philadelphie à son premier grand meeting de campagne depuis l'annonce de sa candidature fin avril, cette sexagénaire noire, professionnelle du secteur de la santé, souligne que son choix de candidat ne dépendra pas de la couleur de peau ou de l'âge mais plutôt de sa capacité à gagner contre le président républicain.

"Je ne pense pas qu'on ait besoin d'être une femme ou noir pour le faire", explique-t-elle.

Parmi les milliers de supporteurs rassemblés à Philadelphie, en Pennsylvanie, beaucoup se réjouissaient de voir Joe Biden se positionner au-dessus de la mêlée démocrate dans un duel direct avec Donald Trump.

Après avoir basculé dans le camp républicain en 2016, cet Etat pourrait jouer un rôle clé lors de la prochaine présidentielle.

Biden "a le plus de chances de sortir Trump" de la Maison Blanche, souligne Ankita Kalasabail, une lycéenne de 16 ans qui pourra voter en 2020.

Après 36 ans passés au Sénat et huit aux côtés du président démocrate Barack Obama, Joe Biden peut se targuer d'avoir le CV le plus solide face aux autres candidats qui veulent empêcher Donald Trump de décrocher un second mandat.

Mais son atout le plus précieux, selon Mickey Kirzecky, une consultante, est sa popularité auprès des ouvriers qui ont en partie permis à Donald Trump de gagner l'élection en 2016.

"Il pourrait être le candidat de l'apaisement", espère-t-elle.

Reflétant une diversité inédite, le groupe des 23 candidats à l'investiture démocrate est aussi composé de plusieurs progressistes poussant vers la gauche du parti et de nombreux prétendants de moins de 60 ans.

Mais l'âge du centriste Joe Biden, l'un des trois septuagénaires en lice pour la présidentielle avec le sénateur indépendant Bernie Sanders (77 ans) et Donald Trump (72 ans), ne compte pas pour Norda Lewis, une enseignante de 36 ans.

"Pour moi l'âge ne compte pas", explique-t-elle, en décrivant Joe Biden comme un "homme qui se bat pour le peuple", capable de séduire les démocrates traditionnels, les indépendants et même les ouvriers républicains.

- "Capable de relever ce défi" -

Pour John Lester, un graphiste de Philadelphie, l'âge du candidat Biden, qui aurait 78 ans à sa prise de fonctions, pourrait devenir un problème même s'il "a vraiment l'air d'être en bonne santé".

Mais sa popularité chez de nombreux groupes d'électeurs et ses politiques modérées le font pencher vers Joe Biden, explique M. Lester, 61 ans.

"Je suis sensible à la question de la diversité" mais aller trop vite vers un programme progressiste dans une Amérique aussi divisée politiquement pourrait être contreproductif, s'inquiète-t-il.

Son excellente relation avec Barack Obama, le premier président noir des Etats-Unis, lui confère aussi une solide popularité chez les électeurs afro-américains, qui pourraient jouer un rôle crucial en 2020. Joe Biden a d'ailleurs pris soin de le mentionner à plusieurs reprises à Philadelphie.

Mais plusieurs épisodes jalonnant sa longue carrière risquent aussi de lui poser des problèmes, comme son soutien dans les années 1990 à une législation pénale qui avait frappé particulièrement durement les hommes noirs.

Ses habitudes très tactiles ont également été dénoncées par plusieurs femmes qui se sont récemment dites profondément gênées par ses gestes publics d'affection.

"Son heure est passée", avait tranché Laura Benedetto, 36 ans, employée d'une ONG spécialisée dans l'éducation, lorsqu'elle était allée voir jeudi la progressiste Elizabeth Warren qui faisait campagne en Virginie.

Pas du tout, rétorque une haute conseillère de Joe Biden, Symone Sanders.

Joe Biden "est capable de relever ce défi, il ne serait pas entré dans la course s'il ne l'était pas", affirme-t-elle à l'AFP.

"Nous sommes au sommet" des sondages, poursuit-elle "mais nous menons cette campagne comme si nous étions les derniers".

Deutsche Bank a étouffé des soupçons de blanchiment impliquant Trump

La Deutsche Bank allemande à Francfort, en Allemagne, le 30 septembre 2016.

La direction de Deutsche Bank a étouffé des soupçons de blanchiment émis en interne et impliquant le président américain Donald Trump et son gendre, selon le New York Times, ce que la banque allemande a démenti lundi.

Selon le quotidien américain, une poignée de salariés de Deutsche Bank spécialisés dans la détection d'opérations de blanchiment d'argent ont recommandé en 2016 et 2017 que de multiples transactions impliquant des entités juridiques contrôlées par M. Trump et par Jared Kushner soient signalées au ministère américain du Trésor, qui chapeaute la lutte contre les délits financiers.

Mais les dirigeants de la banque allemande, établissement ayant prêté "des milliards de dollars" aux sociétés contrôlées par les deux hommes "ont rejeté les recommandations de leurs employés", affirme le NYT, ajoutant que "la nature des transactions n'était pas claire" mais qu'il s'agissait d'argent faisant de multiples allers-retours entre des entités et des personnes à l'étranger.

Le journal a relevé que des promoteurs immobiliers comme le milliardaire et son gendre faisaient parfois des opérations importantes, totalement en liquide, y compris hors des Etats-Unis. Ces opérations sont particulièrement scrutées par les services anti-blanchiment des banques.

"A aucun moment, un enquêteur (interne) n'a été empêché de faire remonter une activité potentiellement suspecte", a riposté un porte-parole de la banque, dans un communiqué.

En outre, "l'allégation selon laquelle quiconque aurait été muté ou licencié dans le but d'étouffer les soucis relatifs à un client est totalement fausse", a-t-il ajouté.

Dans une série matinale de tweets, le président américain a semblé réagir à l'article du New York Times en accusant le journal et d'autres médias d'écrire des "histoires bidon sur le fait que je n'ai pas utilisé beaucoup de banques parce qu'elles ne voulaient pas faire affaire avec moi".

"Faux ! C'est parce que je n'avais pas besoin d'argent. Très vieux jeu mais vrai", a-t-il poursuivi, sans pour autant évoquer les soupçons de blanchiment mentionnés par le journal.

"Deutsche Bank a été très bien et a été hautement professionnel dans les relations d'affaire --et si, pour une quelconque raison, je ne les avais pas aimés, je serais allé ailleurs. Il y a toujours eu plein d'argent et de banques parmi lesquelles choisir", a-t-il relevé.

La banque francfortoise a affirmé avoir renforcé ces dernières années ses effectifs en matière de contrôle et de lutte contre la délinquance financière, un domaine placé depuis l'été 2014 sous la responsabilité de la Française Sylvie Mathérat, membre du directoire de l'établissement allemand.

Ces équipes, en grande partie des enquêteurs de terrain, comptaient environ 3.000 personnes dans le monde en 2018 réparties entre Francfort, Hong Kong, Singapour, Londres et New York.

Mais, estimant que les choses n'allaient pas assez vite, le superviseur allemand a pris la décision inédite en septembre de demander au cabinet KPMG d'évaluer les progrès de la principale banque allemande dans la lutte contre l'utilisation criminelle de fonds (blanchiment, financement du terrorisme ou du crime organisé).

Cette mission a depuis été élargie au rôle de banque correspondante, après la vaste affaire de blanchiment impliquant l'établissement danois Danske Bank, pour laquelle Deutsche Bank a servi pendant des années de banque correspondante à l'étranger.

Les "railleries génocidaires" de Trump "ne mettront pas fin à l'Iran"

Les "railleries génocidaires" de Trump "ne mettront pas fin à l'Iran"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Ford va supprimer 7.000 emplois dans le monde, soit 10% de ses effectifs

Un membre du personnel d'assemblage travaille sur un camion Ford F-150 à l'usine Ford Rouge de Dearborn, au Michigan, le 27 septembre 2018.

Ford a annoncé lundi la suppression d'ici fin août de 7.000 emplois à travers le monde, soit 10% de ses effectifs, pour faire des économies et s'adapter au déclin des ventes de berlines et de citadines aux Etats-Unis notamment.

Le constructeur automobile américain n'a pas donné le détail précis des coupes par région, ni par métier mais a indiqué qu'il allait réduire les fonctions d'encadrement de 20%, "ce qui devrait conduire à des économies annuelles d'environ 600 millions de dollars", a indiqué une porte-parole à l'AFP.

Elle a précisé que ces coupes devaient être un mélange de départs volontaires et de licenciements secs.

Environ 800 emplois doivent être supprimés en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), dont 500 dès cette semaine, a précisé la porte-parole. Ce qui s'ajoutera aux quelque 1.500 employés ayant quitté le groupe ces derniers mois dans cette région via un plan de départs volontaires.

Les mesures d'économies touchent également la Chine, l'Europe et l'Amérique du Sud : "Pour l'instant, nous n'avons pas encore de détails précis pour chacune de ces régions (...) parce que la restructuration est en cours mais nous pouvons dire qu'elle devrait être finalisée d'ici la fin du mois d'août", a ajouté la porte-parole.

"Nous comprenons que ce soit un moment difficile pour nos équipes mais ces mesures sont nécessaires afin de mettre Ford sur le chemin du succès aujourd'hui et de préparer l'entreprise à se développer pour le futur", a-t-elle poursuivi.

Cette cure d'austérité fait partie d'une vaste restructuration annoncée à l'automne par le PDG Jim Hackett pour économiser 11 milliards de dollars et faire de Ford un groupe plus "agile" avec des procédures de prise de décisions accélérées.

Ford veut en effet retrouver le peloton de tête dans la transformation en cours du secteur automobile sous l'effet de l'explosion de l'auto-partage, du covoiturage et surtout du développement de la voiture autonome et de l'accélération vers l'électrique.

Ces deux dernières technologies, très coûteuses, demandent soit de nouvelles usines soit une modernisation complète de celles existantes.

Dans cette optique, Ford est en train de réorganiser ses activités européennes et envisage une possible réduction de la production de modèles populaires comme la Fiesta, la Focus et la Mondeo.

En Amérique du Nord, le groupe de Dearborn (Michigan, nord) devrait se focaliser sur la marque Mustang, les camionnettes à plateau (pickups), les SUV (4X4 de ville) et les crossovers, véhicules prisés par les consommateurs locaux.

Il travaille également actuellement sur une alliance avec le géant allemand Volkswagen dans la voiture électrique et autonome.

Un hélicoptère finit sa course dans le fleuve Hudson à New York

Un hélicoptère finit sa course dans le fleuve Hudson à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG