Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Quatre otages enlevés en juillet exécutés par des djihadistes (ONG française)

Les gendarmes bloquent l'accès à Trebes, où un homme a pris des otages dans un supermarché à Trebes, dans le sud-ouest de la France, le 23 mars 2018.

Quatre des six otages enlevés au Nigeria en juillet par un groupe djihadiste ont été exécutés, a annoncé vendredi l'ONG française Action contre la Faim, qui demande "la libération immédiate de sa dernière otage détenue".

"Le groupe armé responsable de l'enlèvement de travailleurs humanitaires le 18 juillet dernier, a assassiné quatre autres otages", écrit ACF, sans préciser l'identité des otages exécutés. Parmi les six personnes enlevées en juillet, toutes nigérianes, une avait déjà été exécutée en septembre.

Action contre la faim demande donc "la libération immédiate de sa dernière otage détenue".

Le 18 juillet, une employée de l'ONG française, deux chauffeurs et trois membres du personnel du ministère de la Santé avaient été enlevés dans l'attaque de leur convoi sur la route entre la capitale de l'Etat du Borno, Maiduguri, et la ville de Damasak, dans le nord du Nigeria. Un chauffeur avait été tué dans l'embuscade.

"Action contre la Faim condamne avec la plus grande fermeté ces quatre assassinats et regrette profondément que ses appels à la libération des otages n'aient pas été entendus", a écrit l'ONG.

L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), affilié au groupe djihadiste Etat islamique (EI), avait publié, peu après l'enlèvement, une vidéo de l'employée d'ACF demandant la libération des otages. Les cinq autres prisonniers - des hommes - se tenaient derrière elle.

Iswap, une faction du groupe armé Boko Haram ayant fait scission en 2016, est particulièrement active dans cette région reculée proche du lac Tchad et frontalière avec le Niger, où il mène depuis un an des attaques répétées contre les forces de sécurité nigérianes.

Jeudi encore, quatorze membres des milices civiles anti-djihadistes et un policier ont été tués dans une attaque menée par le groupe dans le nord-est du pays.

Et début décembre, des hommes de l'Iswap ont enlevé quatorze personnes dont deux travailleurs humanitaires.

Ces derniers sont régulièrement pris pour cible par les djihadistes, qui pratiquent les enlèvements contre rançon pour financer leurs opérations ou pour échanger avec le gouvernement nigérian leurs captifs contre des membres de leur groupe faits prisonniers, menaçant de tuer leurs victimes si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

Le nord-est du Nigéria est en proie à une sanglante insurrection de djihadistes, qui prospèrent dans cette zone reculée à la frontière du Niger et proche du lac Tchad.

Elle a fait depuis 2009 plus de 35.000 morts et deux millions de déplacés, et plus de 7,1 millions de personnes en besoin d'une aide humanitaire dans le nord-est du pays, selon l'ONU.

L'insurrection s'est aussi étendue aux pays voisins, Niger, Cameroun et Tchad.

Toutes les actualités

Un Nigérian fabrique des prothèses aux teintes de ses patients

Un Nigérian fabrique des prothèses aux teintes de ses patients
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Cinq civils tués par Boko Haram

Un véhicule appartenant au groupe djihadiste Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP)

Des combattants du groupe djihadiste Boko Haram ont tué cinq personnes et en ont enlevé plusieurs autres, alors qu'elles ramassaient du bois dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris vendredi auprès de sources de sécurité.

Les islamistes armés ont ouvert le feu sur ces civils jeudi près de la ville de Dikwa, à 90 km de Maiduguri, dans l'Etat de Borno, bastion de l'insurrection.

"Un groupe de personnes était sorti de la ville pour aller ramasser du bois, mais les terroristes de Boko Haram les ont attaqués, tuant cinq d'entre eux", a déclaré à l'AFP Babakura Kolo, responsable d'une milice engagée aux côtés des forces de sécurité dans la lutte anti-djihadiste.

"Les autres bûcherons ont pris la fuite et plusieurs d'entre eux ont été capturés par les assaillants", a-t-il ajouté.

Dikwa abrite plus de 70.000 personnes déplacées par les violences, vivant de l'aide humanitaire, dans plusieurs camps. Certains tentent d'améliorer leur quotidien en coupant les arbres des environs, revendus comme bois de chauffage.

Les djihadistes s'en prennent régulièrement aux fermiers, bergers et bûcherons qu'ils accusent de collaborer avec l'armée en lui transmettant des informations.

Le conflit a fait 36.000 morts et environ deux millions de déplacés depuis 2009, selon les Nations unies.

La violence s'est propagée au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins, poussant les pays du bassin du lac Tchad à former une coalition militaire régionale pour combattre les djihadistes.

Le concept des bureaux partagés se développe à Abuja

Sumailla Mustapha et ses collègues à Abuja, le 15 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)

Abuja, la capitale du Nigéria, est traditionnellement une ville de bureaucrates. Aujourd'hui, elle n'est plus seulement une ville administrative, mais il y a un afflux régulier de jeunes innovateurs en technologie et des entrepreneurs alors que l’économie nigériane a un taux de chômage élevé.

Un immeuble moderne de deux étages situé dans le grand quartier chic de Wusé au centre d’Abuja, nommé Civic Media Hub, est un centre d’innovation technologique.

Abuja face à l'afflux de jeunes innovateurs et entrepreneurs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00


Des couleurs chatoyantes, des espaces limités dans certains cas par des vitres transparentes. Dans certains bureaux, on trouve de gros poufs. Un espace bien équipé d’ordinateurs modernes, d’un système d’Internet à haut débit, le tout dans un environnement calme.

"Nous avons des espaces de bureaux où les start-ups peuvent venir travailler sur les idées d’innovation. Nous faisons la promotion des communautés, des formations en informatique, une école de cinématographie et tout ce que vous pouvez imaginer", explique Steven Chidi, qui travaille pour Civic Media hub.




Ce mercredi matin, les bureaux sont calmes. Quelques jeunes innovateurs y travaillent. Parmi eux, Victor Ezeun, un élève de 16 ans qui fréquente ce centre depuis août 2018. Il explique qu’il avait des idées d’innovation.

Pour lui, dit-il, "il y a tout ce qu’il me faut pour faire de mes idées une réalité en utilisant des équipements modernes. Ce centre m’a permis de prendre de nouvelles initiatives et d’ajouter de nouvelles compétences à mes connaissances".

Sumailla Mustapha est assis dans la salle commune de neuf collaborateurs. Il est concepteur créatif d'une start-up qui loue aussi un bureau dans cet espace partagé de 9 personnes.

"Mon rôle est d’aider les gens qui veulent commencer une entreprise. Beaucoup ne savent pas comment faire lorsqu’il s’agit de la créativité des visuels. Donc moi mon travail, c’est de les aider à convertir leurs idées en visuel pour montrer au public ce qu’ils sont capables d’offrir comme services. C’est cela mon travail".

Une organisation panafricaine pour les entrepreneurs digitaux
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:06 0:00




Civic Media Hub dispose également d'une fondation pour l’innovation qui opère dans les zones rurales. Charon Obiakeni dirige la fondation qui est un véritable outil de développement pour les enfants dans ces zones.

"Le projet est un laboratoire d’apprentissage. Nous avons un camion mobile équipé de tablettes, d’ordinateurs et des bureaux. Donc, avec le camion mobile d’apprentissage, nous partons dans les communautés rurales et nous apprenons aux enfants les techniques digitales sur une tablette ou sur un ordinateur".

À une époque où l’économie nigériane est aux prises avec un taux de chômage élevé, de nombreux jeunes hommes et femmes profitent de ces centres pour développer leurs idées et lancer de nouvelles affaires.

Il y a environ cinq hubs à Abuja qui reçoivent des centaines de jeunes et ce système d’espaces de co-working s’impose bien aux jeunes entrepreneurs nigérians. Il apporte une solution pratique pour l'émulation des jeunes entrepreneurs.

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

Problèmes de mortalité infantile et maternelle au Nigeria

La mortalité lors d’accouchements au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Le taux de mortalité infantile et maternelle inquiète au Nigeria. De nombreuses femmes y meurent régulièrement pendant l’accouchement tandis que certains enfants décèdent immédiatement après la naissance.

Devant quelques dizaines de femmes en grossesse, Nkasi Obim Nebo discute des règles, et les donnes des conseils élémentaires à suivre pendant la période prénatale.

La jeune dame infirmière se considère tous les jours en mission de sauvetage. N’kasi Nebo et son équipe de cinq infirmières sont venues dans le camp de déplacés de Kuchingoro à la périphérie d’Abuja la capitale fédérale du Nigeria.

Des femmes en grossesse attendnt pour se faire consulter, le 18 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)
Des femmes en grossesse attendnt pour se faire consulter, le 18 janvier 2020. (VOA/Gilbert Tamba)


Pour cette journée de consultations, l’infirmière et sa suite occupent un des conteneurs offerts par la Fondation Nelson déjà en état d’abandon.

"Elles n’ont pas d’opportunité d’effectuer leurs consultations prénatales. La période prénatale est l’un des moyens les plus importants de s’occuper de la femme et de son bébé qui doit naître. Donc nous avions décidé d’offrir à ces communautés au moins quatre différents services de prises en charge pour ces femmes ce qui représente la base établie par l’OMS".

Chassées de leurs villes et villages d’origines dans le nord-est, ces femmes dans ce camp de plus de 3 milles déplacés n’ont pas accès à un centre de santé ni à des soins réguliers.


Il n’ y a pas une famille dans ce camp qui n’ait pas perdu des femmes en couche ou bébé pendant ou après l’accouchement. Il y a quelques mois, Queen Friday a perdu son bébé pendant l’accouchement.

"Nous sommes allés à l'hôpital et le médecin a dit qu'il y avait un problème, je ne peux pas accoucher jusqu'à ce qu’ une césarienne soit effectuée parce que les jumeaux ont été mal positionnés et je pourrais mourir si je dois accoucher. J'ai accepté la césarienne et l'un des jumeaux est décédé pendant l'opération tandis que l'autre a survécu".

Difficile de dire qui ne fait pas son travail, mais le problème au Nigeria la majorité des travailleurs du secteur de la santé est concentré dans les milieux urbains considérés plus favorisés.

Les femmes en état de grossesse sont souvent obligées de parcourir des kilomètres à pied ou à moto pour se rendre dans une structure sanitaire de proximité.




Pour Mary Zakaria qui aussi perdu son enfant dans ce camp après sa naissance la situation est alarmante.

"Quand mon temps pour accoucher s’est approché, je suis allé à l'hôpital. J'ai passé toute la journée dans les douleurs. Je pensais que j'allais mourir, Juste avant 16 heures, j'ai accouché d'un petit garçon et il est mort instantanément".

Au Nigeria, plus de cent femmes meurent chaque jour pendant l’accouchement. Le problème entre 86 et 90 % des femmes surtout dans les zones rurales a accès à un accouchement assisté à la maison.

Voir plus

XS
SM
MD
LG