Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

41.000 membres des forces de sécurité pour le Nouvel An à Istanbul


Policiers à l'aéroport Ataturk d'Istanbul, après un attentat meurtrier, 30 juin 2016.

Une mesure prise un an après l'attentat perpétré par Daesh contre une discothèque qui avait fait 39 morts.

Après l'attaque de la discothèque Reina revendiquée par le groupe Etat Islamique, les célébrations devraient être plus discrètes cette année à Istanbul où plusieurs quartiers populaires ont interdit les rassemblements publics.

Le gouverneur d'Istanbul Vasip Shain a annoncé que 37.000 policiers et 4.000 membres de la gendarmerie et des garde-côtes seraient déployés dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier pour assurer la sécurité.

"Nous avons pris des mesures de sécurité très sérieuses pour assurer à nos citoyens, si Dieu le veut, un Nouvel An dans la paix et la sécurité", a-t-il ajouté, selon l'agence de presse Dogan.

La police turque a arrêté des dizaines de suspects jihadistes à travers le pays ces derniers jours, sans qu'aucun lien ne soit toutefois établi avec un projet d'attentat pour le Nouvel An.

Les autorités turques ont annoncé l'interdiction des rassemblements sur l'emblématique place Taksim d'Istanbul, au cœur du quartier européen, ainsi que dans le quartier très animé de Besikats.

Avec Afp

Le quartier de Sisli, connu pour ses commerces huppés et ses zones résidentielles, a également interdit les célébrations du Nouvel An pour des raisons de sécurité.

L'auteur présumé du massacre de Reina est un citoyen ouzbek Abdulkadir Masharipov, qui a déclaré avoir agi pour le compte du groupe jihadiste Etat islamique.

Depuis cet attentat, les forces de sécurité turques ont procédé à de nombreuses arrestations de suspects jihadistes, exploitant vraisemblablement des informations obtenues grâce à l'arrestation de Masharipov vivant.

Lors des derniers raids menés par les forces de sécurité turques, 38 personnes suspectées d'appartenir au groupe Etat islamique, principalement des Syriens, ont été arrêtées dans la ville de Bursa au sud d'Istanbul, selon l'agence de presse Dogan.

Sept personnes ont été arrêtées à Istanbul et 17 autres à Gaziantep, dans le sud-est de la Turquie.

Avec Afp

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG