Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Qatar : abolition totale du système de visas de sortie d'ici fin 2019 (OIT)

La 107e session de la CITravail a adopté les conclusions du rapport de la Commission sur la violence et le harcèlement contre les femmes et les hommes dans le monde du travail, à Genève, 8 juin 2018. (Twitter/OIT)

Le Qatar va totalement abolir d'ici fin 2019 son système controversé de visas de sortie pour les travailleurs étrangers, a indiqué vendredi l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

"L'année dernière, le visa de sortie a été supprimé pour la majorité des travailleurs, cette année, cela sera étendu à toutes les catégories de travailleurs restantes", a indiqué à l'AFP le chef du bureau de l'OIT à Doha, Houtan Homayounpour.

En septembre 2018, le Qatar avait approuvé la suppression des visas de sortie. Ces autorisations étaient le pilier de la "kafala", un système de parrainage dénoncé par des ONG comme de l'esclavage moderne, permettant entre autres aux entreprises d'interdire à leurs employés de changer d'employeur ou de quitter le pays.

La loi est entrée en vigueur en octobre, excepté pour 5% du personnel des entreprises principalement des hauts cadres, selon les médias qui doivent encore obtenir le feu vert des employeurs.

"Cette année est une année importante" pour les travailleurs étrangers, a déclaré M. Homayounpour, ajoutant que le système de visas de sortie "sera officiellement supprimé" d'ici fin 2019.

En février, le Qatar s'est engagé à parachever une réforme du code du travail destinée à améliorer les conditions des travailleurs migrants avant le début du Mondial de football prévu dans l'émirat en 2022, en réponse aux critiques de l'ONG Amnesty International.

Riche émirat gazier, le Qatar a également instauré un salaire minimum de 750 riyals (environ 185 euros) et accepté de travailler plus étroitement avec l'OIT.

Toutes les actualités

Explosion de Beyrouth: entretien avec la journaliste Sunniva Rose

Explosion de Beyrouth: entretien avec la journaliste Sunniva Rose
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:04 0:00

Journée de la femme africaine: les Togolaises donnent leurs avis

Journée de la femme africaine: les Togolaises donnent leurs avis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:57 0:00

Au moins 17 morts dans un attentat à la voiture piégée en Afghanistan

Des soldats de l'Armée nationale afghane (ANA) surveillent les environs à un poste de contrôle dans la province de Logar, en Afghanistan, le 16 février 2016.

Un attentat à la voiture piégée a fait au moins 17 morts et 21 blessés jeudi soir au sud de Kaboul, la capitale afghane, selon des responsables et un soignant, quelques heures à peine avant le début d'un cessez-le-feu.

"17 morts et 21 blessés ont été amenés à notre hôpital. Il y avait des civils et des soldats parmi les victimes", a déclaré à l'AFP le docteur Sediqullah, le chef des urgences de l'hôpital de Pul-i-Alam, la capitale de la province de Logar où l'attaque a eu lieu.

"La plupart des victimes étaient des civils (...) dans un lieu bondé où les gens étaient venus faire des courses avant l'Aïd ", a précisé le porte-parole du gouverneur de Logar, Dedar Lawang.


Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Tariq Arian, a quant à lui confirmé l'incident, mais dénombré huit morts et 30 blessés.

"J'ai vu 15 cadavres et 20 blessés emmenés à l'hôpital par la police", a pour sa part déclaré à l'AFP Jamshed Ahmad, un étudiant de 22 ans présent au moment de l'attaque.

"Cela s'est passé près du bureau du gouverneur et a fait beaucoup de bruit", a-t-il ajouté.

L'attentat n'a pour l'instant pas été revendiqué, et, selon le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid, l'incident "n'a rien à voir" avec les insurgés.

Ces derniers se sont engagés à observer une trêve de trois jours avec le gouvernement afghan qui doit commencer vendredi matin, le premier jour des fêtes de l'Aïd Al-Adha.

Ce cessez-le-feu représente une étape cruciale en vue d'une possible ouverture de pourparlers inédits entre les talibans et Kaboul, qui pourraient mettre fin à des décennies de conflit.

Une trêve ne suffit pas, les Afghans veulent une paix durable

Une trêve ne suffit pas, les Afghans veulent une paix durable
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Coronavirus: en Inde, les masques se parent de diamants

Coronavirus: en Inde, les masques se parent de diamants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG